samedi 4 février 2017

À quand un retour de D-Natural?

2003 a été la grosse année de D-Natural. Ça fait déjà 14 ans et je reçois encore des invitations pour participer à des spectacles. En 14 ans, j'en ai reçu plusieurs, j'en suis flatté et honoré, mais j'ai toujours refusé ces offres. Je vous explique pourquoi :

Le plaisir du vedettariat a duré deux mois peut-être trois. Avec ce nouvel outil de plus en plus populaire appelé Internet et les forums de discussion, j'ai été diffamé, abaissé, menacé, etc. J'ai reçu des menaces de morts par courriel.

Les rappeux de sous-sol étaient sûrement jaloux de mon succès instantané, eux qui demeuraient dans la cave chez leurs parents sans aucun auditoire. Ils voient alors un quidam arriver de nul part et ils peuvent utiliser Internet pour écrire de la marde.

Contrairement à maintenant, la police de l'époque n'avait pas les outils ni les connaissances pour enquêter sur les menaces dont j'étais victime. J'ajoute qu'elle semblait minimiser ce nouveau fléau. Les réseaux sociaux n'existaient pas, ça se passait sur les forums de discussion.

Je devais aussi réparer les pots cassés suite aux chicanes de mon "gérant autoproclamé" et qui, on l'a vu avec une émission à Musique Plus, voulait plus son heure de gloire que m'aider à cheminer. Il recevait sa part du gâteau lui aussi, il n'était pas bénévole.

Il serait injuste d'affirmer qu'il n'a fait que du trouble. J'ai quand même eu du fun avec lui et son frère, même si ça a été de courte durée. Il négociait les spectacles et il réussissait, à ma demande, à les céduler les fins de semaine que je n'avais pas la garde de mon fils.

Cependant, il n'est pas question que je m'associe à nouveau ni de près ni de loin avec ces gens. Pourquoi je l'ai fais? Parce qu'à ce moment, il cherchait quelqu'un pour participer à son album, que je ne connaissais personne pour former un groupe et qu'il avait les outils de base pour composer rapidement un album qui, avec le recul, s'est avéré pas très bon en fin du compte.

Il y avait toujours une base de conflit et ça, c'est beaucoup de pression à gérer.

Il faut dire que distribution Hardel, dont j'ai toujours affirmé qu'il fallait changer le h pour un m, était incapable de fournir les magasins et qu'il vendait le cd trop cher. Même moi je ne me serais pas acheté. Puisque l'album n'était pas disponible pendant le début du phénomène, les gens ont téléchargé mes chansons sur des sites comme Kazaa et Limewire.

L'album a été le seul flop de D-Natural à cause de Hardel.

Quoi qu'il en soit, je ne regrette pas mon association, quoique je n'ai pas eu de fun très longtemps. Il y avait beaucoup de pression, de stress, de conflits.

Lors de mes shows, j'évitais de boire pour rester aux aguets si quelqu'un voulait m'attaquer. Quelle platitude!

Quand j'ai composé D-Natural est mon nom et quelques autres chansons comme Heille Boss! et Ils veulent se faire du cash, j'avais une émission de radio à Radio Basse-ville situé à ce moment sur la rue du Roi. Encore une fois, la chicane a pris avec le co-animateur.

Pourquoi j'ai toujours l'impression que la chicane court après moi à tout ce qui traite de D-Natural?

Jalousie? Je ne sais pas et je m'en contre saint-ciboirise, mais chaque fois que quelqu'un voulait se joindre à moi, il disjonctait et notre relation s'envenimait. Je sais bien que je ne suis pas le meilleur rappeux. D'ailleurs, si je l'avais été, Dollaraclip n'aurait jamais diffusé D-Natural est mon nom et le succès suite à ça n'aurait jamais survenu, mais composer de la musique, en amateur et avec des amateurs de surcroît, devrait être amusant et on devrait rire pas tout le temps se pogner.

Sans oublier qu'en plein buzz de D-Natural, le producteur de D-Natural est mon nom est venu pleurer sur un forum de discussion pour recevoir des dividendes. Je lui ai répondu que je l'avais rémunéré pour son travail et que si ce succès n'avait pas eu lieu, jamais il ne serait sorti de son mutisme pour me quêter de l'argent et qu'en conséquence, je ne lui devais pas une cenne.

Le gars sort de nul part parce qu'il désire sa part du butin, il a flairé l'affaire.

Le seul show dont j'ai passé proche de dire oui était une soirée hip-hop années 90 au Dagobert. Mais quand j'ai parlé d'un cachet, le promoteur s'est mis à bégayer. Il voulait se servir de mon nom pour attirer du monde, mais pas me payer. J'ai donc refusé.

Dernièrement, on m'a informé du podcast de Mike Ward sous écoute qui parlait (avancez l'enregistrement d'environ une heure) des rappeurs des années 90. Remarquez l'imitation d'un haut-le-cœur de Ward et le semblant d'interrogation de la fille sur le refrain de is back. Ils me demandent de me manifester...

Si vous croyez que je vais aller participer à ce dîner de cons, dont je serai le con à Mike Ward, oubliez ça! Aucun intérêt, que Ward s'occupe de ses problèmes avant de descendre les autres.

Je ne dis pas un non définitif à faire quelque chose. Je m'en fais parler régulièrement. Une toune, un clip, un show, une présence en show peu importe. Peut-être que j'accepterais de le faire avec des gens en qui j'ai confiance et surtout, il faut que ces mêmes gens veulent le faire avec moi.

Je suis très méfiant. J'ai connu bien de belles paroles.

Je ne me lève pas le matin nostalgique du passé. Interpréter D-Natural, ça ne me manque pas une fraction de seconde. J'en parle et j'en ris avec plaisir mais faire un retour serait de m'exposer à ce que j'ai mentionné et il y a eu pas mal plus de points négatifs que positifs. Je ne suis aucunement motivé à revenir dans la peau de D et je me méfie des offres proposées.

Je n'ai pas envie de revivre toutes la diffamation et l'intimidation dont j'ai été victime. Même si au début je les ignorais, il y avait toujours quelqu'un qui me disait : "As-tu lu ça à tel endroit?" Il y avait tellement de méchanceté, c'était ignoble.

Sortir de ma retraite ferait sortir les haineux de la leur.

Je ne veux pas revivre les projectiles lancés vers moi comme au Van warp tour.

L'invitation à me battre au Monkey à Jonquière. Je me souviens de ce rappeux étriqué comme s'il vivait à New York avec sa chixx tout aussi ridicule et qui me faisait des doigts d'honneur et de ces imbéciles qui ont voulu se battre après le show.

Du vandalisme avec une balle de paint ball dans la lumière arrière de mon char.

Des coups de téléphone reçus aux petites heures du matin.

Des menaces venant d'un des frères : "Si tu n'utilises pas mon idée dans ton clip, je te tiens personnellement responsable".

Etc.

Maudite pression, j'en veux pas!

Vous allez me dire que je devrais me rappeler des bons souvenirs. Malheureusement, ils sont trop peu nombreux. Je ne suis pas nostalgique et ça ne me manque pas. Je ne sais pas ce que ça va prendre pour allumer la flamme, même temporairement. J'écris des paroles de chansons,  j'aime beaucoup écrire même si jamais je ne serais un écrivain, cela est réservé à un groupe élu par une clique, mais si quelqu'un apprécie ce que je leur propose, je serais honoré s'il les utilises, mais mon implication en musique ne va pas plus loin pour le moment.

P.S. : Je suis pour la liberté d'expression, mais tout commentaire déplacé sera effacé.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire