mercredi 13 juillet 2016

Test : Pokémon GO

Même s'il n'est pas officiellement disponible au Canada, il suffit de quelques entourloupettes du beau-fils pour installer ce jeu dans mon cellulaire.

J'étais curieux de l'essayer parce qu'à l'époque où les pokémon ont commencé à être connu, j'avais bien aimé le petit jeu sur Gameboy. Je voulais savoir si, vingt ans plus tard, il y aurait un second engouement pour ces petites bêtes.

Le jeu

Après avoir crée votre personnage et rencontré le professeur, vous voilà prêt à partir à l'aventure. Votre personnage apparaît à l'endroit où vous êtes situé physiquement et vous voyez la carte du quartier qui vous révèle s'il y a un pokéstop ou une arène dans le coin.

Le jeu est très simple. Vous vous promenez n'importe où en vous laissant guider par le radar pokémon du jeu. En bas à droite de l'écran, ce radar permet de savoir quel pokémon est le plus proche. Si vous ne l'avez pas capturé, vous voyez son ombre, sinon vous le voyez en couleur.

L'écran indique les trois plus proches, mais en appuyant sur cet onglet, une fenêtre s'ouvre et vous révèle une dizaine de pokémon à proximité s'il y a lieu.

Le nombre de traces de pattes sous le dessin vous aide à savoir lequel est le plus proche. Si vous avez trois pattes, le pokémon est assez loin, si vous en avez deux, il est plus proche et ainsi de suite. Quand il n'y a pas de trace, le pokémon apparaît quelque part autour de vous. Vous vous promenez et lorsque votre cellulaire vibre, un pokémon est là!

C'est un cercle qui s'agrandit et se rapetisse sans cesse sous vos pieds qui délimite la zone de contact pokémon. C'est dans cette zone que vous pouvez en capturer un. S'il est à l'extérieur, vous pouvez cliquer dessus et essayer d'amorcer le combat. Quand un pokémon surgit à l'écran, vous cliquez sur lui et la capture commence.

Capturer un pokémon est assez simple. Les pokéballs sont au bas de l'écran et vous devez les faire glisser à la bonne distance du pokémon pour que la balle s'ouvre et le capture. Puisque je commence, c'était assez rare que les pokémon faibles réussissaient à sortir de la balle, mais si ça suit la logique du jeu, plus fort seront les pokémons, plus de pokéballs vous devrez utiliser.

Le jeu vous oblige à marcher autant pour gagner une médaille que pour faire éclore un œuf dans l'incubateur.

S'il y a des feuilles qui tournoient proche d'un immeuble par exemple, c'est qu'un pokémon s'y cache. Probablement celui qui a le moins de traces de pattes dans votre radar.

Les pokéstops sont pour la plupart des monuments réels qui vous permet de vous approvisionner en pokéballs, potions et objets utiles. Il suffit de vous y diriger et de cliquer sur le rond bleu de la forme d'une pokéball que votre approche aura crée (au loin, ils ont la forme d'un carré bleu). Vous glissez votre doigt à l'écran pour faire tourner le centre du rond et vous appuyez sur l'écran pour prendre les objets qui en sortent. Vous pouvez recommencer ce stratagème à chaque dix minutes.

Les arènes sont des lieux publics possédés par d'autres joueurs. Ils y laissent leurs meilleurs pokémon pour vous obliger à vous battre (et perdre) si vous aviez en tête de gagner l'arène. Je n'ai pas encore essayé parce que mes pokémon sont trop faibles et quand je me trouvais à proximité d'une arène, je n'avais pas le niveau 5 requis pour entrer.

Vous avez un bon topo. Pour le reste, je vous laisse découvrir!

Points négatifs


  1. Ce sont pas mal toujours les mêmes pokémon qui apparaissent et cela devient rapidement redondant. Même si votre radar indique un nouveau pokémon proche, je ne me suis pas assez promené pour le chercher pour la raison au point 2.
  2. Ça bouffe de la batterie et des datas. Pour quelqu'un qui a un forfait à données limitées, ce jeu peut tout gruger en quelques jours voir quelques heures.
  3. J'avais lu que l'environnement dans lequel nous marchions influençait les pokémon qui apparaissent. J'ai marché le long de la rivière Saint-Charles, dans un parc et dans la rue et je ne trouve pas vraiment que ça a été le cas.
  4. Est-ce que je veux vraiment me transformer en zombie du cellulaire et traquer les pokémon et aller aux pokéstop le reste de mes temps libres? 
  5. Comme les jeux sur Gameboy, ça aurait été intéressant d'affronter des dresseurs virtuels au lieu de seulement des humains. Comme n'importe quel jeu, des maniaques vont se créer des équipes imbattables pour garder leur arène.

Est-ce que ce jeu va créer un engouement, une folie? Oui, sans aucun doute. Il y a déjà quelques histoires louches autour de Pokémon GO (une fille qui trouve un cadavre, un homme qui attendait les jeunes au pokéstop ou un accident automobile avec un piéton qui n'a pas regardé avant de traverser la rue).

On n'a pas fini d'entendre parler d'événements bizarres reliés à Pokémon GO.

Comme mentionné au point 5, est-ce que je désire vraiment virer zombie du cellulaire? La réponse est non. J'ai bien aimé l'essayer et il serait facile de devenir accro. Heureusement pour moi, mon forfait ne me le permet pas et je vais faire autre chose de ma vie!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire