vendredi 29 janvier 2016

Les problèmes de santé mentale

Il s'agit d'un sujet délicat avec lequel la moindre explication, bonne ou mauvaise, pertinente ou pas, peut être prise pour une attaque contre les gens qui souffrent de problèmes de santé mentale.

Maintenant que je ne suis plus épié dans le but de me discréditer ou me faire mal paraître, voici des problèmes de santé mentale que j'ai observé un peu partout autour de moi. Ces problèmes n'empêchent pas celles et ceux qui en souffrent de vivre en société, mais leur agissement révèlent ce qu'eux-même ne voient pas la plupart du temps.

Commençons par le plus récent événement : 

1) Phobie spécifique : une personne dans mon voisinage stationne son véhicule dans la rue en face de sa maison et ce même si elle vit seule et qu'elle ne reçoit pratiquement jamais de visite. 

Cet hiver, son auto est dans son stationnement lors des opérations déneigement, sinon, il est dans la rue. L'été, elle place son bac à recyclage et celui à vidange dans la rue, à l'endroit où elle stationne son véhicule, pour éviter de se faire subtiliser son parking.

Dernièrement, elle a averti quelqu'un de ne pas tourner dans son entrée même si le véhicule n'avait pas pénétré dans l'entrée. 

C'est évident que cette personne est malade et ne peut vivre sans contrôler SON territoire. Après une brève recherche, le symptôme de la phobie spécifique semble approprié, mais je ne suis pas médecin donc ceci n'est pas un diagnostic.

Bref, la personne peut vivre en société, mais a un problème avec le fait que quelqu'un d'autre prenne son stationnement face à sa maison ou tourne à proximité de son entrée.

Petit rappel : la rue appartient à tout le monde. 

2) Paranoïa : La paranoïa fait en sorte que même si vous lui donnez la meilleure explication du monde, la personne va continuer à penser qu'on lui en veut, qu'on la surveille, qu'on lui veut du mal, etc. 

Souvent lié à la schizophrénie, la personne perçoit son environnement comme néfaste et tout changement comme atteinte à son intégrité. 

Ce n'est pas facile de fréquenter des personnes prises avec ce problème de santé mentale parce qu'elle revient sans cesse avec un argument paranoïaque. 

Elle accapare toutes les ressources de premiers répondants sans jamais chercher à corriger la maladie à long terme. Quand la maladie devient trop grande, on ne sait jamais ce que le paranoïaque peut faire parce qu'on ne sait pas ce qui se passe dans sa tête.

3) Une personne vit dans mon quartier et elle ne m'aime pas. Elle en a le droit. Elle me regarde avec son air de bœuf quotidien sans qu'aucun conflit entre elle et moi ait survenu dans le passé. 

En fait, la seule relation que j'ai eue avec elle en plus de 10 ans a été un soir, très tard, alors que seul la lumière des lampadaires éclairait la rue, de lui demander si elle était la sœur de mon défunt voisin. La maison était libre et non vendu. 

Elle m'a répondu, d'un ton sec : « Non, je suis la voisine en face! »

Maniaque du ménage, l'automne, elle ramasse les feuilles dès qu'elles tombent des arbres. Elle ramasse son terrain, ses voisins et la rue. Toute l'année, elle passe un balai pour ramasser neige, sable ou gazon. L'asphalte de son entrée est toujours impeccable et probablement qu'on pourrait manger à terre dans sa maison!

Confronter cette personne et elle détourne le regard.

4) le mythomane : détrompez-vous, ce n'est pas un nouveau super-héro, c'est un autre problème de santé mental assez répandu. 

Le mythomane invente des histoires, ment sur des situations, les croit et veut les faire croire. Des fois, ça a l'air très crédible et quand on décèle le mensonge et que le mythomane continue à mentir, ça peut devenir frustrant. 

Ça se rapproche aussi de la personnalité narcissique. Venter des réussites inventées.

Avec le mensonge, le mythomane reçoit de la sympathie de son entourage surtout s'il ignore qu'il est un menteur compulsif. Moi, je me tiens loin des mythomanes. J'en ai connu quelques uns et je n'aime pas les gens déconnectés de la réalité.

5) les bipolaires : autant ces personnes peuvent être d'une bonne humeur contagieuse, autant qu'elles peuvent vous faire chier le lendemain. 

Quand ça va bien, elle donnerait la lune, quand ça va moins bien, elle vous traite des tous les noms et vous êtes la cause de tous ses maux.

Le hic dans tout cela est qu'on ne peut pas forcer une personne malade à consulter un psychiatre. Et même si elle le fait, elle n'est pas obligée de continuer le traitement. Pourtant, avec le bon diagnostic, la vie serait plus facile pour elle et pour les autres.

Ce n'est pas toujours évident d'identifier quelqu'un avec un problème de santé mentale. Souvent, vous devenez le problème parce que la personne malade ne veut pas reconnaître sa maladie. Sans être un expert, j'identifie assez rapidement les personnes qui vivent avec un problème de santé mentale. 

Dépendamment de la gravité et de la maladie, des fois je me pousse, des fois, je reste. Chaque situation est unique. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire