mardi 17 mars 2015

Je suis Charlie... quand ça fait mon affaire

Ça faisait un bon bout de temps que le nom de Jeff Fillion n'était pas apparu dans les journaux pour annoncer une poursuite ou une supposée dérape de l'animateur. Voilà, c'est fait, la Gaspésie est en criss!

Bon, OK, ce n'est pas la première fois que Fillion s'exprime tout croche en ondes et que ses propos fâchent les gens, mais voilà environ un mois, nous scandions tous "Je suis Charlie" en hommage aux morts de la fusillade au Charlie Hebdo et à la liberté d'expression que les groupes extrémistes musulmans veulent nous limiter et même nous enlever.

Le Québec n'était pas à part.

Mais nous sommes Charlie quand tout le monde dit la même chose, rame du même bord. Si les paroles d'un animateur controversé blesse des gens et que les députés en profitent pour se faire du capital politique à quelques mois des élections fédérales, il faut le dénoncer haut et fort.

Pourquoi vouloir lui retirer son micro et déposer une plainte au CRTC?

J'admets que les mots choisis n'étaient pas les bons. Mais Fillion n'a pas tort : la Gaspésie est une région qui subsiste grâce aux investissements gouvernementaux. Les métiers saisonniers ne sont pas une façon de vivre. Tu ne peux pas travailler 16 heures par jour pendant 6 mois et chômer les autres 6 mois.

D'ailleurs, le gouvernement fédéral coupe aussi dans ses services en Gaspésie. Si le provincial investit des millions de dollars de mes poches dans les éoliennes qui ne servent presque à rien ou dans une cimenterie, je crois que j'ai le droit, et Fillion a le droit, de dire si ou non nous sommes d'accord.

Ce n'est pas un blogue perdu parmi tant d'autres qui changera les choses. Fillion lui, avec sa réputation et son retour sur les ondes traditionnels, peut rejoindre plusieurs milliers d'auditeurs. Ce qu'il dit ne vous plait pas? Changez de poste! Je me suis désabonné de Radio Pirate parce que je commençais à trouver ça redondant et je ne suis plus l'auditeur assidu que j'étais. Je suis un occasionnel. Faîtes pareil!

Lors de l'épopée de la fermeture de CHOI, tous les journalistes écrivaient leur accord avec le choix du CRTC. Depuis ce temps, la liberté d'expression a régressé au Québec et au Canada.

Si les offusqués gaspédiens avaient ignoré les propos de Fillion, les gens auraient déjà oublié ladite déclaration.

Nous sommes Charlie... quand ça fait notre affaire et surtout quand tout le monde dit la même chose. Triste quand même.

1 commentaire:

  1. Je suis d'accord avec presque tout ton propos. Cependant, de comparer le phénomène Je suis Charlie où 10 personnes sont mortes à toutes les fois qu'on critique une opinion... je trouve que c'est utiliser la mémoire de victime de terroriste...

    Pour Jeff Fillion quand ça fait des années que tu chies sur le monde... c'est normal que le monde veulent pu savoir ton opinion lol

    RépondreEffacer