lundi 1 septembre 2014

Burlington - Vermont (troisième et dernière partie)

Troisième journée à Burlington. Le ciel est encore gris comme les deux jours précédents et nous ne savons plus quelle activité choisir pour passer la journée.

Ma blonde lance : On s'en va à Plattsburgh!

L'idée n'était pas mauvaise puisqu'on allait perdre notre journée à se tourner les pouces. Je l'ai écris et je l'écris encore, Burlington est une petite ville et il ne s'y passe pas grand-chose. La publicité et les articles de journaux gonflent exagérément l'endroit. C'est comme si vous alliez passer quatre jours à Trois-Rivières. À un moment donné, surtout si le ciel est toujours nuageux, vous chercheriez les activités à faire.

Nous avons donc emprunté la route qui contourne le lac Champlain et nous roulons vers Plattsburgh dans l'État de New York.

On branche le GPS aidé de celui de nos téléphones portables. Parce que le GPS nous fait rouler sur les chemins les plus courts, nous avons découvert la campagne américaine. Nous étions loin des mégapoles connues comme New York ou Los Angeles. Dépaysement assuré!

Le temps commençait à manquer pour dénicher mes espadrilles à prix incroyable et si Burlington n'offrait pas les rabais attendus, peut-être que Plattsburgh le ferait.

C'était la dernière chance de vérifier les supers prix sans cesse répétés par le président au sujet des rabais imbattables comparés à ceux du Québec. Oui, nos taxes de vente trop élevées et l'impôt diminue nos économies, mais comme je l'ai mentionné dans mon premier billet, si on ajoute essence, nourriture et hébergement, il n'y a aucune économie à faire.

Outlet ou centre d'achat, je n'ai rien vu qui m'a bouleversé même si je sais qu'au Québec tout est trop cher. Oui, j'ai vu le vin Ménage à trois à 9,99$ au lieu de 19,99$. On sait aussi que la SAQ est une vache à lait gouvernementale et que ses résultats financiers servent à tenter de mieux équilibrer le budget provincial. Alors, pour le vin, oui, c'est beaucoup moins cher. Les vêtements ou autres, pantoute!

D'ailleurs, qu'est-ce que les douaniers vous demandent lors de votre retour au pays? Avez-vous acheté de l'alcool ou du tabac?

Denis trouve une microbrasserie à Plattsburgh. Après avoir roulé dans un secteur qui rassemblait à des baraques militaires comme celles à Valcartier et nous arrivons à l'adresse indiquée. Il n'y a rien qui ressemble à une microbrasserie. En fait, on aurait dit la rue Racine à Loretteville tellement tous les commerces étaient fermés ou en arrachaient. Après avoir baragouiné une question en anglais, Denis apprend que l'établissement est fermé depuis 3 ans.

Nos appareils ne sont pas à jour!

Nous avons faim et nous arrêtons dans un restaurant à saveur Texane. Nous pouvions manger des arachides et jeter les écailles au sol. Si je ne le faisais pas, c'était la serveuse qui le faisait! J'ai commandé une grosse entrée que j'ai partagée avec ma blonde. C'était bien comme place, mais ça ne m'a tellement pas marqué que j'ai oublié le nom.

Il n'y avait plus rien à faire à Plattsburgh, nous retournons à Burlington, souper au American flatbread. L'établissement possède aussi une microbrasserie, la Zero gravity brewery.

Une heure d'attente, le restaurant est bondé de monde. Les journaux recommandaient vivement cet endroit et ils avaient raison de le faire! L'attente en valait la peine. Les pizzas et les bières sont excellentes. La pizza n'est pas coupé en pointe, mais en rectangle de dimension modeste. C'est original. L'ambiance est parfaite et quand vous vous dirigez aux toilettes, vous pouvez apercevoir les cuves. Le service est attentionné, rien de négatif à mentionner.

C'est la révélation de notre voyage. Avec le farmhouse, bien sûr.

Je ne me souviens plus du moment exact où nous avons essayé le Switchback brewery à Burlington et le Four quarters brewery, à Winooski. Les deux sont situés à l'écart des commerces, dans des parcs industriels. Le premier offrait que deux bières, une blonde et une brune ainsi que divers objets promotionnels comme des t-shirts, casquettes, verres et autres. Nous pouvions mangé un hot dog vapeur directement sorti d'un petit four utilisé à cet effet. Ce que nous n'avons pas fait.

Le second semblait avoir condensé ses cuves dans un garage et pour essayer ses bières, il faillait se présenter à un minuscule comptoir. On a commandé quatre échantillons pour cinq dollars. Les deux microbrasseries offraient de la qualité, mais encore là, consommation sur place afin d'acheter une bouteille et de boire à la maison ne m'enchante pas.

Ça ne m'intéresse pas, moi, de boire à l'hôtel!

Ma conclusion et mes recommandations : ne pas restez à Burlington plus de 48 heures, sinon, chaque journée supplémentaire vous semblera une éternité. Les bières sont corrects quoique hormis quelques rares places au centre-ville, les microbrasseries offrent une sorte d'extension en complément de l'usine d'embouteillage avec comme concept d'essayer et boire ailleurs.

Évitez l'aquarium, je ne comprends aucunement l'engouement pour cet endroit. Il y a certainement des activités sur le lac Champlain, mais espérez du beau temps pour en profiter. Je ne crois pas retourner au Vermont un jour. Il n'y a pas grand-chose à voir ni à faire.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire