lundi 26 mai 2014

Manque de professionnalisme, indifférence ou incompétence?

Ouvert depuis environ trois ans, dekhockey de la capitale situé sur le boulevard Chauveau deviendra, je l'espère, un beau produit professionnel. J'ai joué à Beauport et à Charny. Il y a des qualités et des défauts à chaque endroit. Parce que je joue à Chauveau, voici ma liste de problématiques bien réelles qui aiderait le centre à s'améliorer et à offrir un produit satisfaisant et professionnel.

Pour le moment, il y a un manque flagrant de leadership, de vision et de direction. Pourquoi j'affirme cela? Laissez-moi vous l'expliquer.

À l'ouverture, il n'y avait aucune classification du calibre des joueurs. Même si plusieurs capitaines plaçaient leur équipe dans la bonne catégorie, ça a prit trois ans avant que le centre accouche d'une liste de classement masculin et féminin. Tout ça dans le but d'éviter les petits comiques qui jouent dans des catégories plus basse pour torcher les adversaires et rafler les honneurs.

Aucun respect pour ces peureux de perdre.

Ce n'était pas normal qu'un gars ait 60 points après moins de 20 matchs. Un protêt et un changement de responsable de la ligue plus tard, notre équipe a gain de cause et l'autre équipe, à raison de son joueur trop fort, s'est vu obligée de monter de calibre.

Pourquoi le responsable précédent était incapable de prendre une décision? L'empêchait-on ou paresse extrême? Qu'arrive-t-il à ce poste pour que personne ne le garde plus de quatre mois? Pas assez payant ou trop d'ingérence pour le travail à accomplir?

De la stabilité dans le personnel autant que la gestion leur serait d'une aide précieuse. Respecter ses promesses et engagements, comme les jours de match, qu'on nous impose sans nous le dire lors de l'inscription, est inévitable pour la crédibilité de la ligue. Qui n'a pas en mémoire la catastrophe des horaires du début de saison 2013-2014? Pourquoi les horaires changent-elles continuellement?

À ma connaissance, seul l'arbitre en chef est là depuis le début. Est-ce que les gestes des actionnaires ou dirigeants sont que d'empocher les profits et gérer les dépenses?

La procédure active de suspension est récente de cette année. Cependant, lors d'une décision, quand un joueur récolte un match de suspension, celle-ci devrait être servie. Pas attendre d'en avoir trois pour écoper d'une comme on me l'a expliqué. Les joueurs prennent tellement ça à cœur qu'ils oublient qu'on travaille tous le lendemain et qu'on a des familles et une vie à l'extérieur du dek. Il faut suspendre pour les gestes plus que les mots.

Pourquoi ne pas utiliser les caméras pour visionner ce qui s'est passé juste pour ne pas avoir à se fier à un arbitre qui voudrait se venger d'un joueur ou placer une équipe dans une position précaire lors des séries ou d'une course au classement général?

Il y a déjà quelques caméras. Ont-elles été installées pour ces motifs?

Actif dès la prochaine saison et dans le but d'éviter l'usurpation d'identité, la ligue s'est associée avec le site hockey profil. Pas plus tard qu'hier, le gardien que nous avons affronté n'était pas celui qui était inscrit sur le line up. Je le sais parce qu'on a affronté ce gardien contre la même équipe lors d'un match en saison régulière et je me souviens qu'il y avait un œil sur chacune de ses jambières oranges ou jaunes ce qui n'était pas le cas hier. Qui, des deux hommes, était le bon gardien?

Ça prend aussi un livre de règlements détaillés en .pdf et disponible en téléchargement sur le site. Exactement comme sur le site de dekhockey Lévis. Ça semble enfantin, mais cela empêchera les ambiguïtés et personne ne pourra dire qu'il ne connait pas le règlement.

Un règlement à ajouter, dans la catégorie punition anti-sportive, le claquage des portes du banc des joueurs et des punitions. Les portes sont brisées, dures à ouvrir quand ce n'est pas la barre en métal qui maintient la porte en place qui est brisée.

Les gars passeront leur frustration ailleurs que sur l'équipement, l'arbitre ou l'adversaire.

Autant les arbitres doivent se faire respecter autant ils ne doivent pas faire de power trip.

J'ajouterais même qu'ils devraient suivre des cours de premiers soins. Ils sont complètement démunis, incrédules ou impuissants lors d'une blessure. Je le sais, je l'ai vécu. Ils m'ont laissé le temps nécessaire pour ramasser mes affaires, mais ce sont mes joueurs qui m'ont aidé et je les remercie.

Quand je parle de professionnalisme, je me souviens de la fois où il n'y avait que deux arbitres pour trois surfaces quand le besoin est de six (deux par surface). Ce n'est pas de la faute du centre si les gars ne sont pas fiables. Les arbitres accomplissent cette tâche parce qu'ils aiment ça, pas pour la paie. Ce n'est pas une raison pour prendre cela à la légère.

Les équipes déboursent des milliers de dollars pour avoir un service.

Les marqueurs représentent un autre problème. Sont-ils incompétents ou lunatiques? C'est toujours plein de fautes dans les statistiques et les marqueurs ne semblent pas connaître la différence entre un tir au but et une balle lancée en zone adverse. Des fois, ils ne regardent même pas le jeu. L'an passé, la majorité des marqueurs s'en foutait tellement qu'il textait pendant les matchs, difficile de comptabiliser les tirs au but...

Le rush du midi au Mcdo doit être pas mal plus stressant que ce job. Faites-le comme du monde!

Je dois ajouter le concept des séries. Ça ne sert presque à rien de finir dans les premiers puisque les derniers ont été avantagés avec plus de matchs à jouer pour savoir lequel des moins bons est le meilleur. C'est un aspect à revoir afin d'avantager ceux qui finissent dans les meilleures positions.

Rien ne sera parfait et il y aura toujours un aspect à améliorer. Il faudra être plus sévère et moins permissif. Pour les quelques années qu'il me reste à jouer, ça serait le fun d'atteindre un niveau professionnel et une certaine stabilité. Pour cela, il faut malheureusement prendre les gars par la main, comme une garderie, sinon ils contourneront toujours les règlements.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire