vendredi 31 janvier 2014

Nous nous reverrons... hier - Fabrice Nicolas

En 1999, trois amis, Nico, Bob et Capucine ainsi que des milliers de personnes se voient propulsés en pleine Seconde Guerre mondiale. Chacun des personnages arrivent à des moments de l'Histoire de la Seconde guerre et ce, au péril de leur vie.

Soudainement, ils se réveillent en 2112 et apprennent que le tournant de la guerre a changé en faveur des Allemands. Il faut retrouver l'anomalie, l'individu responsable de ce changement et l'éliminer pour que l'Histoire revienne telle que nous la connaissons.

Pour moi, ce livre est divisé en deux parties.

La première partie est la plus passionnante parce qu'en plus de nous expliquer le fonctionnement des voyages dans le temps, de la vie en 2112, etc. Nicolas raconte comment le monde vit sous la gouverne nazi et j'ai adoré et dévoré, littérairement parlant, ses explications.

 J'ai aussi aimé le fait qu'une bonne partie de l'action se passe à Québec. Certes, l'auteur ne semble pas connaître un seul endroit de la ville, quoique qu'il dépeint un monde qui vit avec des technologies inconnues à l'époque des personnages principaux, c'est-à-dire la nôtre, et l'exposition à l'extérieur est devenue dangereuse pour la santé. Sans oublier ce terrible virus qui a inversé la courbe naissance-décès à plus de décès que de naissance.

C'est à la seconde partie que mon intérêt décroit. Après avoir avalé toutes ces explications technologiques du XXIIe siècles, l'obligation de l'auteur de faire des blagues autant dans la narration que dans les discussions (avec Nico et Bob) a commencé à m'agresser.

Au même moment, l'auteur nous envoie une combinaison d'expressions à la française saupoudrées de ces fameuses blagues utilisées pour rendre l'atmosphère moins lourde. Même s'il s'agit d'une caractéristique importante de Bob, de savoir ma vie et l'Humanité en danger me passerait l'envie de dire des anneries. Pour moi, c'est complètement raté.

Une autre question, très importante, même si l'auteur tente d'y répondre tout au long de l'histoire, comment trois quidams sans aucunes compétences militaires et diplomatiques peuvent-ils agir avec de si bonnes stratégies? Neuronal? Trop facile de se débarrasser des difficultés avec les technologies futures.

J'aurais trouvé plus logique une expédition à la SG1. Je comprends très bien l'utilisation du Neuronal, sorte de puce insérée dans la nuque et qui aide les personnages dans leur quête, mais pour moi, ça n'a pas collé.

Cet aspect commando n'est pas crédible et les personnages qui ne cessent de déconner pendant leurs discussions l'est tout autant.

Aussi, cette manie du méchant de tout raconter ses plans aux héros, la cavalerie temporelle qui sauve les trois amis et j'en passe (toujours dans la deuxième partie), voici un beau ramassis d'irréalités. Si je me savais battu et que j'avais un plan B, ici, des directives claires à Hitler pour continuer à prendre les bonnes décisions, je me fermerais la gueule et laisserait le temps, les années faire son oeuvre.

J'ai quand même apprécié ce livre, surtout la première partie, car la deuxième est franchement ridicule (surtout avec les trois amis), payé 3,77$ chez Amazon pour le Kindle. Je suis amateur de voyages dans le temps, mondes parallèles, beaucoup lu sur les deux Grandes Guerres et le concept de la victoire nazie et ses répercussions, juste pour cet aspect, j'ai été comblé.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire