lundi 20 janvier 2014

Ça fait mal!

Le 12 janvier dernier, lors d'un match de dekhockey, un adversaire est tombé sur mon bras et m'a cassé le poignet droit.

Douloureux et affreusement laid de voir sa main toute croche, c'était pénible d'endurer chaque nid-de-poule crée dans la glace et tous ces chars qui n'avancaient pas pendant que ma blonde me conduisait à l'hôpital.

Aucune attente à l'urgence, on m'a couché sur une civière et injecté de la morphine à 4 reprises pour diminuer la douleur en attendant d'aller passer des radios.

J'ai mal choisi mon moment de fracture, la pluie des derniers jours a transformé les rues en patinoire et a causé plusieurs fractures parmi la population.

Après la radiographie, on m'a fait une réduction chirurgicale avant d'appliquer un plâtre sur mon membre cassé. Il y avait possibilité de passer la nuit à l'hôpital et même d'être opéré dans la soirée, mais les médecins m'ont retourné à la maison, avec un médicament à prendre pour la douleur. Je serais opéré dans les 48 heures. Séjour à l'urgence : 15:00 à 23:00 sans attente dans la salle.

J'ai été appelé le lendemain vers 8:30 pour m'informer de me présenter à la chirurgie d'un jour pour 9:30. Sur place, les documents n'étaient pas arrivés, j'ai dû monter au troisième étage pour remplir ce qui devait l'être. C'est ma blonde qui écrivait pour moi, je suis droitier. Ce billet est donc entièrement rédigé de la main gauche (la critique précédente aussi en passant).

On m'a inséré des tiges pour fixer mes os de poignets (j'ignore lesquels, cubitus, radius ou autres,  personne n'a vraiment pris le temps de m'expliquer ma blessure) et j'ai été opéré vers 15:30.

8 semaines en arrêt de toutes activités, c'est long sans compter, je crois, la réadaptation en physio.


2 commentaires:

  1. Ouch... mec, c'est fou... o.O déjà j'ignorais ce que ça prenait quand on se faisait casser un poignet, mais là, 8 semaines d'arrêt sans activité, te demander ça à toi en plus, j'te dis merde parce que pas bouger, plus facile à dire qu'à faire...

    RépondreEffacer
  2. dans ce cas-ci, on parle de ne pas avoir le choix...

    RépondreEffacer