dimanche 30 juin 2013

Nintendo 3DS - Paper Mario Sticker star

Pendant le festival des Stickers, tous les personnages attendent l'arrivée d'une comète qui exaucera leurs voeux. Bien sûr, Bowser et son armée interviennent, s'en emparent et divisent la comète en cinq parties dispersées dans le royaume Champignon et la dernière augmente la puissance de Bowser. Mario doit donc retrouver les morceaux, délivrer Peach et battre Bowser.

Il n'y a plus aucun doute, Paper Mario est, pour moi, le meilleur volet de la série Mario. Énigmes, combat à tour de rôle accompagnés de l'esprit de la série, j'avais hâte d'acquérir ce titre quand j'ai su qu'il existait.

Kersti, un sticker et aussi votre seul compagnon, vient vous voir et vous suivra dans votre aventure. Comparativement aux autres titres, et c'est bien dommage, Kersti sera votre seul allié. Il répondra à quelques questions ou permettra la paperization, c'est-à-dire monter Mario dans les airs et lui permettre de coller un sticker si un endroit le requiert. Si c'est le cas, un carré avec des lignes pointillées apparaîtra vous indiquant la grosseur du sticker (il y a différentes grosseurs, parce que vous ramasserez des objets que vous transformerez en gros sticker afin de les utiliser).

Ici, vous lancez le fan sur l'écran et il se transforme en sticker
Comme dans tout bon jeu de Mario qui se respecte, il y a une carte sur laquelle vous vous déplacez. Vous entrez dans ce monde et à vous de jouer! À la fin de ce monde, il y a évidemment un château avec quelques énigmes et un boss.

Les combats sont à tour de rôle
J'ai remarqué que, comparativement aux titres précédents, il est impossible d'améliorer la force de Mario pendant un combat. Certes, vous gagnez des coeurs et votre énergie monte. 

Le système de sticker collé dans un album a été bien pensé. Vous avez un nombre limité de pages donc un nombre limité de collants. Vous devrez sacrifier des collants que vous auriez aimé garder. Ces stickers peuvent être utilisés pendant les combats ou pour résoudre une énigme. Les stickers sont collés un peu partout, maisons, roches, nuages, clôtures, etc. Parfois, vous aurez peu de temps pour les décoller, car un ennemi fonce sur vous et c'est le combat. Pendant les combats, une option vous permet de jouer à la machine à sous et d'obtenir 2 ou 3 attaques consécutives. 

Scène quelconque!
Un magasin d'un village
J'ai lu sur certains sites que la critique avait été sévère. Certains aspects des autres opus, abandonnés pour ce titre, avait déçu. Personnellement, je ne regrette nullement mon achat. Les énigmes sont amusants, les couleurs sont belles, l'atmosphère Paper Mario bien présent, Gooba, Koopa Troopa, Bowser, les Toads, tout le monde est présent et heureusement pour moi, je ne suis pas obligé d'utiliser le 3d!

Si vous êtes intéressé par ce jeu, cliquez ici.

samedi 29 juin 2013

Les statistiques Blogger spammées!

Attention collègues blogueurs, car encore une fois, des spams s'introduisent dans nos statistiques d'URL d'origine.

Ces liens sont vides de tous visiteurs et leur seule utilité est de s'assurer un retour parce que, par curiosité, vous aurez cliqué sur ce lien. Voici donc quelques exemples de liens qu'il faut éviter de cliquer :

http://t.co/MaAptuGFVu

http://blogsrating.pw/

http://www.vampirestat.com

http://www.zombiestat.com

Pendant un certain temps, mon blogue était envahi par des commentaires traduits par des applications connues et pourrissaient mon blogue de commentaires insignifiants. C'est arrêté depuis un bout de temps. Attention à toutes les formes de logiciels malveillants, soyez vigilant!

D'autres explications ici!

Article complet en anglais.

jeudi 27 juin 2013

Les Panzers de la mort - Sven Hassel

Le 27e régiment est un régiment de blindés issu de bataillons disciplinaires. En 1940, Sven Hassel, un danois, est enrôlé de force dans l'armée allemande. Pendant la guerre à l'est, Hassel et son bataillon combattent l'armée rouge et il nous retrace, sous forme d'un roman, à 90% authentiques, ce qui s'est vraiment passé pendant cette guerre meurtrière.

S'il y a de quoi dont je ne suis plus capable, c'est bien ces histoires d'américains libérateurs du monde contre les méchants de la planète, dont les précurseurs ont été les nazis. C'est insupportable tellement les ennemis sont idiots et les américains intelligents et fiers combattants.

Hassel et ses frères d'arme sont devenus de véritable machine à tuer et du Russe, ils en éliminent plus qu'un! Même qu'à un moment donné, je me demandais si les Russes ne s'étaient pas transformés en ses allemands qui combattaient à l'ouest et décrient comme tel par les récits américains.

Quoi qu'il en soit, ce livre bourré d'horreur, pas celle inventée par des écrivains pour vous faire frémir, mais bien celle vécue par des humains comme vous et moi, est, à certains moments, répugnant tellement la torture, le viol ou la nature d'une blessure peut être horribles.

Ce qui m'a le plus étonné, est ce réalisme des troupes, cette haine envers le Fürher et son idéologie nazie, de Goebbels et sa propagande et de ces biens-pensant du commandement suprême. Ces soldats ne détestent pas les juifs et ne combattent pas les Russes avec un acharnement fanatisé. Ils le font car ils n'ont pas le choix. Il est faux de prétendre que tous les allemands étaient nazis et racistes.

Pendant près de 400 pages, l'auteur nous raconte avec justesse la vie dans les bordels, l'enthousiasme des nouveaux lieutenants fraîchement sortis de l'école sans aucune expérience de combat, la destruction des villages, etc.

Ce n'était pas joli du côté des Ivan. La Russie semblait posséder un nombre incalculable de soldats, ils en arrivaient toujours. Il est faux de prétendre que les soldats du troisième Reich n'ont pas bien combattu. J'ai lu que le commandement suprême refusait de bien vêtir ses soldats pour l'hiver prétextant que ceux-ci ne combattraient plus ou combattraient mal. Ces mêmes chefs ont négligé l'aspect nature de l'hiver Russe qui a tué bon nombre de soldats.

Il existe un premier roman, La légion des damnés, je veux le lire ainsi que tous les autres! Le rythme endiablé et la description de la Grande guerre vue de l'autre camp ne fait qu'augmenter mon goût de lire un auteur russe ou japonais (j'ai lu Pluie noire, mais c'est tout).

Achetez-le en papier ou version numérique.

mercredi 26 juin 2013

Mexique - Xcaret

Une des attractions les plus populaires de Riviera Maya est sans aucun doute Xcaret. D'après le pamphlet, le parc Xcaret fut crée pour promouvoir l'amour, le respect de notre environnement naturel et l'héritage culturel du Mexique à travers la connaissance et la convivialité afin de contribuer à rendre sa valeur et sa réalité au monde auquel nous appartenons.

Beaucoup de mots pour rien dire si vous voulez mon avis!

Il en coûte 149$ US pour Xcaret Plus. Si vous voulez connaître les autres tarifs, je vous invite à consulter leur site.

Reproduction d'une scène maya de reconnaissance au dieu du soleil 
Un chemin parmi tant d'autres!
Quand tu voyages dans un tout inclus, tu ne veux surtout pas te casser la tête. En utilisant les services proposés par l'agence de voyage, l'autobus vient et te ramène à la porte de ton hôtel. Je vous jure que c'est une bonne affaire, car la journée durera environ 15 heures, vous allez dormir comme un bébé et même être racké quelques jours!

L'aventure prend du temps avant de démarrer. Avant d'entrer sur le site, il faut montrer notre lotion solaire à un gars dans un kiosque qui approuvera ou non si la lotion est nocive ou non pour la faune marine. Si oui, il confisque la bouteille et te fournit un ou deux petits sachets de lotion bio et sans danger sans oublier un numéro pour récupérer notre lotion à la sortie.

Ensuite, il faut suivre notre guide, qui nous amène à la location des serviettes et d'une case. Nous sommes arrivés dès l'ouverture, nous avons eu la chance de ne pas faire la queue. Après s'être débarrassé de notre équipement en surplus (c'était assez ridicule, nous avions les deux bras chargés de sacs, serviettes, lunettes, tubas, etc.) et en poussant le surplus dans la case, nous devions choisir notre gilet de sauvetage avant de se diriger à l'entrée de la rivière souterraine.

La plage, la mer et au fond, un des restaurants avec buffet
Dans la section des plantes et des végétaux

Jolis papillons n'est-ce pas?
L'activité dure environ quarante minutes. J'ai beaucoup aimé. Le courant nous guide tranquillement pendant que nous regardons le fond de l'eau. Des fois il y a des poissons, mais c'est surtout des roches. À certains endroits, ça descend très profondément et bien sûr, il est impossible d'y aller sinon c'est la noyade assurée. Je vous conseille de ne pas trop souvent vous mettre en position verticale, vous allez vous cogner un pied sur la roche et ça fait mal! Je n'en dis pas plus, ce sera à vous de découvrir.

Il y a plusieurs activités incluses dans le forfait et il y en a qu'il faut payer pour en profiter. Lorsque vous recevrez le pamphlet, demandez-le en français aux gens à l'accueil si votre chauffeur a seulement espagnol et anglais comme langue parlée, et vous pourrez utiliser la carte pour vous guider. L'endroit est immense. C'était la deuxième fois que ma blonde y allait et elle a vu des lieux qu'elle n'avait pas vu la première fois.

Dans le forfait, il y a un buffet. Choisissez celui qui vous intéresse, le principe reste toujours le même!

Après avoir vu les papillons, flamants rose, jaguars, biches, tortues géantes, l'aquarium, etc. sans oublier de lire les renseignements intéressants sur la vie, la reproduction, la nourriture de ces bêtes, (il serait trop long de tout énumérer ce que j'ai vu, ce sera à vous de faire votre propre parcours), vous êtes prêts pour le spectacle de fin de soirée.

Il y a plusieurs bassins avec des tortues à plusieurs mois d'intervalles de leurs vies
Impressionnant en photo, imaginez une douzaine de tortues géantes dans un
bassin tout aussi géant
Il y avait quelques petites piscines alimentées directement par la mer
Ce spectacle grandiose remémore l'histoire du Mexique. De la dynastie maya avec un extrait du jeu de la pelote ou un autre avec des bâtons (semblable à ceux utilisés au hockey) et une boule de feu, les croyances, l'arrivée des européens etc. plus beaucoup de musique. Il faisait une chaleur suffocante, mais j'ai beaucoup apprécié ce spectacle. Il en vaut vraiment la peine. Il y a même un restaurant qui fournit repas et places assises pendant le spectacle.

Xcaret est un incontournable pour les touristes. L'endroit est splendide, propre et très intéressant. Je comprends ma blonde d'y avoir été une seconde fois!
La scène pour le spectacle. En bas à gauche, quelques tables du restaurant

mardi 25 juin 2013

Mexique - Catalonia Yucatan beach


Si nous considérons que tous les hôtels tout inclus reviennent au même, avec une plage, des chambres avec de la peinture aux couleurs chaudes, plusieurs piscines dont quelques une avec un bar qui ne t'oblige pas à sortir de l'eau, les palmiers, grand lobby sans oublier toutes les options comme une discothèque, des magasins, des restaurants avec buffet, etc. on peut maintenant critiquer l'aspect qualité/prix de ces établissements.

Le Catalonia Yucatan est un hôtel quatre étoiles. L'autobus traverse ce qui semble être une petite ville aux condos de luxe, marina aux bateaux de différentes valeurs, magasins (attrapes-touristes pour la plupart), etc. avant d'arriver à notre destination. Si nous incluons la run de lait, surtout que cette fois-ci, l'autobus roulait lentement dans un long chemin en construction aux nids-de-poule qui me faisait penser aux routes de la métropole, cela prend environ 45 minutes de Cancun.

En passant, dans ces pays, tout est un motif pour faire de l'argent. À l'aéroport, ils vont te demander de traîner ta valise ou tenteront de te vendre quelque chose que tu n'as pas besoin. Refuser, c'est un attrape-touriste. La première fois, je ne le savais pas et je n'avais pas encore d'argent US sur moi et j'ai dû donner un dollar canadien!

Donc, comme la plupart de ces endroits, il y a une dizaine de complexes répartis en catégorie du moins cher au plus cher. Quand nous sommes arrivés, nous voulions une chambre au deuxième ou au troisième étage avec, si possible, vu sur la piscine. Nous n'avions rien de cela. Nous avons dû le demander à la réception qui nous ont acquiescé à notre demande, mais qui nous ont expliqué trois fois l'endroit pourquoi nous n'avions pas eu ce que nous voulions.

Les chambres se ressemblaient toutes!

Nous changeons donc de chambre. Nous étions satisfaits, nous avions la vu sur la piscine, c'était juste ça notre exigence! La vue entre deux complexes, c'est assez monotone!

Sauf que le lendemain de notre déménagement de chambre, l'air climatisé a cessé de fonctionner. Le soir, pages de livres ou papiers ondulés et collants, costume de bain qui ne sèche pas ou vêtements secs qui deviennent humides, ces signes ne mentent pas. Encore une fois, après une nuit passée à la chaleur, nous retournons à la réception et expliquons que l'air climatisé ne fonctionne pas.

Et pour la deuxième fois en trois jours, nous déménageons de chambre. Nous devons attendre que la nouvelle chambre soit prête avant d'y emménager. J'ai souris quand la poignée de la porte de la chambre de main m'a resté dans les mains ou que les vis du support à serviette ne tenaient plus dans le mur de céramique. Au moins, nous pourrions dormir au frais.

Ça a été les seules mésaventures à cet hôtel. Le personnel a quand même fait son possible pour satisfaire nos attentes et nous avons eu droit à des excuses. Oui, c'était plate de s'obstiner à ce sujet, mais quand cela fût réglé, tout allait très bien!

Le pont en direction du second lobby

Une des piscines. Les remous  à l'arrière ne font rien sauf diminuer
le bruit environnant

Les différents complexes, nous étions à celui de gauche

Le site est magnifique. Quatre ou cinq piscines, des chaises longues et des parasols (pas assez, mais même s'il en avait eu plus, ils auraient été pris), une mer des Caraïbes aux eaux turquoises, etc. Le seul hic de la plage était les cailloux et les roches quand nous entrions dans la mer. Impossible de déposer le pied sur le sable. Les piscines restent des piscines et ce sont toujours les mêmes activités qui sont offertes (bar ou essai de plongé sous-marine, volleyball dans l'eau, prise de photos, etc.)

Il y a deux restaurants à buffet et un troisième si j'ajoute celui qui reste ouvert jusqu'au souper et qui se métamorphose en steakhouse. Il y a également des restaurants à la carte. Italien, mexicain, tapas, crêpes, steakhouse, japonais. Nous avons essayé mexicain (j'ai eu mal au coeur et au ventre par la suite, j'ignore si c'était la nourriture ou la chaleur la cause), italien (l'air climatisé ne fonctionnait pas, nous n'avons pas attendu le dessert, on se mourait sans courant d'air donc nous avons mangé un dessert au restaurant de crêpes) et steakhouse (portions trop petites).

Vue sur la mer et l'hôtel voisin

La marina

Un homme à son affaire!

Dans tous les hôtels que j'ai visité, je n'ai pas tripé sur les restaurants à la carte et le tour des buffets est rapidement fait (surtout quand les buffets sont plus petits qu'ailleurs).

Je ne recommande pas cet hôtel. Vous pouvez lire d'autres commentaires ici, certains élogieux, d'autres moins.

lundi 24 juin 2013

Le responsable des ressources humaines - Avraham B. Yehoshua

Lors d'un attentat au Mont Scopus, le corps d'une victime sans aucune pièce d'identité, sauf son relevé de paie, n'est pas réclamé après une semaine. Un journaliste dénonce le manque d'humaniste de l'entreprise qui a émise le relevé ce qui oblige le grand patron à ordonner à son responsable des ressources humaines de faire une enquête, retrouver les proches afin que la défunte puisse avoir des obsèques décentes.

En consultant le quatrième de couverture, j'aimais bien l'idée d'une inconnue décédée dans un tragique événement survenu lors d'un attentat à la bombe en Israël et que seul le DRH de la compagnie qui l'employait pouvait mener à bien une enquête dont même la police a omise de faire.

Sauf que le grand problème de ce livre est qu'il ne se passe rien ou presque rien.

Le livre est divisé en trois parties : le responsable, la mission et le voyage.

Dans la première partie, on a droit aux remords du vieillard propriétaire de l'entreprise (quatre-vingt-sept ans) et tout le branle-bas de combat du DRH, ordonné par le vieux, pour connaître l'identité de la victime. Le suspense n'est pas très long, car on sait rapidement le nom de la défunte, ses fonctions au sein de l'entreprise, etc.

Dans la seconde partie, le DRH organise le voyage avec le cercueil. Le nom de famille nous donne un bon indice du pays d'origine de la victime, mais sans jamais le dévoiler, chose que j'aurais voulu savoir. Et c'est un autre aspect qui m'a titillé. Le DRH n'a pas de nom, le patron non plus, le journaliste est appelé la vipère ou le serpent à cause de son article contre l'entreprise, le fils unique de la victime ne possède pas de nom, bref tout le monde sauf la victime n'a pas de nom sauf un nom commun pour définir ce qu'elle ou qu'il est.

La troisième partie est le voyage dans le pays d'origine de la morte. Le cercueil dans l'avion, le transport à bord d'un vieux véhicule datant de la guerre froide et la visite d'un ancien abri antiatomique de la même époque jusqu'au rebondissement final. C'est la meilleure partie, mais plusieurs ne s'y rendront pas!

L'auteur est né en 1936. Loin de moi vouloir utiliser son âge pour l'application de la technologie, mais l'auteur se perd entre la récente et l'obsolète. Un téléphone portable qui fonctionne fort probablement par satellite (l'auteur, encore une fois, ne le dit pas) et qui permet d'appeler à Jérusalem, ville où est situé l'entreprise, peu importe le lieu géographique. De plus, le DRH doit recharger la batterie du téléphone mais il ne peut pas dans une maison. Pourquoi? J'aurais tellement aimé le savoir puisque, de ce que j'en ai compris, le cellulaire est rechargé d'une façon peu commune. Pourquoi?

Le journaliste de l'article compromettant et son photographe suivent le DRH dans son périple dans le pays non identifié. Le photographe ne possède pas un appareil numérique. Pourquoi?

Peut-être qu'en montagne les tempêtes de neige sont différentes, mais quand la neige et les vents déracinent les arbres et arrachent les panneaux de signalisation du sol, j'ai bien de la misère à croire au réalisme.

J’énumérerai pas tout ce que j'ai observé de problématique technologique, il n'y en a pas beaucoup, parce que l'auteur ne les utilise pas vraiment, mais les seuls qu'il nous offre son, pour la plupart, mal rendu.

Un livre décevant que j'avais hâte de terminer pour passer à autre chose. Quoi qu'il en soit, vous pouvez acheter ce livre ici.

jeudi 13 juin 2013

Le procès de Nuremberg - Jean-Marc Varaut

Dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, quatre pays vainqueurs ont traduit plusieurs nazis en justice international. Crime de guerre, crime contre la paix et crime contre l'humanité sont les principaux chefs d'accusations, le troisième étant une nouveauté puisque les alliés avaient pris connaissance des camps de concentration ou des mauvais traitements des prisonniers.

Goering, Dönitz, Hess, Raeder, Ribbentrop, Schirach, Keitel, Sauckel, Kaltenbrunner, Jodl, Rosenberg, Von Papen, Frank, Seyss-Inquart, Frick, Speer, Streicher, Neurath, Funk, Fritzsche et Schacht étaient les accusés.

Le procès dura 10 mois. Le ton monotone des traducteurs faisaient somnoler un peu tout le monde. Varaut a lu les quarante-deux volumes du procès-verbal.

Au début du livre, un graphique nous indique les places où siégeaient les accusés, traducteurs, avocats de la défenses et de la poursuite et le tribunal présidé par lord Geoffrey Lawrence, etc.

Le sommaire nous démontre chaque sujet des chapitres, que ce soit les camps de concentration, la solution finale, les révélations d'Albert Speer, le ministre de l'armement et de la production de guerre du Reich, etc. Ces chapitres contiennent des retranscriptions des dialogues qui ont eu lieu lors de l'interrogatoire. Des fois, c'est pénible à lire par leur caractère juridique.

Enfin, quelques pages des juges et juges suppléants composant le tribunal ainsi que leur pays d'origine.

Détrompez-vous, ce procès n'était pas une parure. Des règles avaient été établies et il fallait les suivre. J'ai été impressionné par la défense allemande. Souvent, les accusés dominaient les avocats de l'accusation. Malgré tout, le président du tribunal était quelqu'un de droit (dans le sens moral et juridique) et n'hésitait à ramener les accusés ou les avocats sur la bonne ligne quand ceux-ci semblaient s'en éloigner.

J'ai trouvé ce livre complet, facile et intéressant à lire malgré un sujet aussi lourd. J'ai après quelques détails que j'ignorais sur la Grand Guerre (j'en apprend presque à chaque lecture de ce genre de livre ou au visionnement d'un documentaire). J'ai aussi aimé cette absence majoritaire américaine comme quoi ils sont des héros contre des imbéciles bêtes et méchants. Oui, la population avait eu le cerveau lavé avec la propagande nazie, mais ce n'était pas tous les allemands qui étaient antisémite ou qui voulaient la guerre. Hitler a réussi à faire passer son message de haine et à imposer son idée d'espace vital allemand. Un excellent ouvrage sur le sujet.

Acheter ce livre.

samedi 8 juin 2013

Bobos et grisaille

Je vous avoue que l'envie d'écrire des billets constructifs m'est bien difficile avec toute cette grisaille des weeks-end.

Je lis actuellement sur le procès de Nuremberg. Très intéressant.

J'espère guérir définitivement de ma blessure musculaire à la jambe. Mon physio étant à bout de ressource, j'ai décidé de laisser une chance à ma chiro et aussi aux médicaments. La chiro m'a mentionné que j'avais le muscle hypertonique. En gros, le muscle ne reprend pas sa forme initiale au repos et reste tendu. Quand je marche, je n'ai pas mal, parce que je ne demande aucun effort supplémentaire, quand je cours, c'est un autre problème.

De plus, à l'autre jambe, je suis ankylosé ou je ressens quelque chose dont j'ai bien de la difficulté à décrire. Le physio n'avait aucune idée. Il avait quand même remis toutes mes articulations du dos en ordre et m'avait guérit d'une sévère blessure à l'aine. Encore une fois, ma chiro m'a dit que c'était le grand trochanter qui était atteint. Probablement qu'à force de jouer avec mon bassin chez le physio et de nouvelle orthèse podiatrique, certaines parties du bas de ventre ont réagi ainsi.

Tanné des bobos, j'essaie donc des anti-inflammatoires et un relaxant musculaire pour une semaine. On verra si cela guérit,  ça voudra dire que le problème était l’inflammation, sinon je continue avec ma chiro quelques temps, elle m'a déjà guérit dans le passé, elle peut certainement le faire encore. J'ai confiance!