mardi 24 décembre 2013

Et si Noël n'était qu'un immense succès commercial?

Ce n'est pas une surprise pour personne, dès qu'une fête se termine, les magasins liquident leur surplus et les remplacent pour ceux de la fête suivante.

Après Noël, c'est le boxing day suivi de la Saint-Valentin, Pâques, la fête des mères, la Saint-Jean, la rentrée scolaire (ce n'est pas une fête, mais c'est très publicisé), l'Halloween et Noël et j'en ai sûrement oublié.

La majorité des enfants manquent tellement de rien qu'ils ne savent même pas quoi demander à Noël donc dès l'adolescence, ils reçoivent des cartes-cadeaux, ce qui permet à ceux qui donnent d'éviter la cohue des centres d'achat.

Je connais peu de monde qui aiment le magasinage de Noël, mais les sapins débordent de cadeaux, cadeaux qui seront majoritairement oubliés dans les jours qui suivent. Mais les magasins mettent de la pression pour acheter des tonnes de bebelles.

Et c'est peut-être là une des sources des problèmes des enfants, ils ont tout et si un parent refuse, ils demanderont à l'autre parent et/ou les beaux-parents. Parce qu'il ne faut pas se leurrer, un fort pourcentage des enfants vivent la garde partagée ou la monoparentalité du moins. Le parent seul, même avec un nouveau conjoint ou une nouvelle conjointe, se sent obligé de satisfaire aux exigences de l'enfant-roi.

Les gens ne l'avoueront pas, mais ils en ont ras-le-bol de cette course aux fêtes.

Et plusieurs couples, surtout après plusieurs années de fréquentation, s'entendent pour ne plus se donner de cadeaux.

On se sent obligé d'offrir des cadeaux et les enfants s'attendent à en recevoir. Où est la magie de Noël quand tu prends deux heures pour ouvrir les cadeaux? À l'Halloween, tu es obligé de donner des bonbons (ou, je connais le vieux truc de garder la lumière éteinte) et comme parents, tu es obligé de passer avec les enfants. Les parents aiment tellement ça qu'ils suivent leurs rejetons en char et je ne parle pas exclusivement quand il y a une averse.

Oui, la réunion des familles est géniale, mais je questionne l'envie de donner par rapport à la pression exercée par les magasins. Je ne dis pas qu'il faut revenir aux oranges, mais les enfants n'ont aucune idée de la signification de Noël autre que de recevoir des cadeaux à la tonne et souvent, par leurs parents séparés, donc les beaux-parents et grands-parents de ceux-ci, ils ont maintenant huit grands-parents et quatre parents. Ce n'est pas de leur faute, mais faut-il gâter autant les enfants? Ces enfants qui ne connaissent pas le refus et encore moins le mérite parce que la société a tout standardisé.

Les commerces font leur année pendant la période des fêtes. C'est tout dire la raison d'insister pour que vous veniez dépenser chez eux.

Bon débat quand même, n'est-ce pas?

4 commentaires:

  1. Comme je suis cheap, je fais mes cadeaux de 2014 au boxinf day de 2013.

    RépondreEffacer
  2. tu es sois en retard, sois très en avance! Cheap? Non, tu profites des semblants de rabais lancés par les commerces. Mais est-ce que tout cela vaut vraiment le coût?

    RépondreEffacer
  3. Aucune idée, je ne fais pas de cadeaux au boxing day. Je blaguais puisque c'est une journée inutile qui favorise l'endettement et, ainsi, la surconsommation.
    C'est drôle, la bière n'est jamais en vedette cette journée-là, je me demande pourquoi?

    RépondreEffacer