lundi 30 septembre 2013

Cyclistes et RTC

On leur accorde de plus en plus de place sur nos routes et Montréal fait (encore) rire d'elle avec la presque faillite des Bixi, pratiquer le vélo (car le bicycle ou le bike sont out) est devenu une activité commune et encouragée par l'élite green-green et les ennemis de l'automobile.

À Québec, le service d'autobus, le RTC, se nourrit de nos taxes, faute d'usagers, et est incapable de fournir du service quand cela est nécessaire. Consultez mon billet sur un événement vécu lors du spectacle de Offspring sur les plaines. Aussi, je me souviens très bien que le RTC, auparavant nommé la STCUQ, m'a déjà fait vivre 3 transferts et 1h30 de transport pour me rendre de Beauport à... Beauport. De Montmorency (le 53) à l'ancien hôtel-de-ville (les 50 et 801).

Ou cette impossibilité d'utiliser le 52 qui se rendait du terminus Charlesbourg vers Giffard et devoir me taper le 801, 800 et 52, attendre mes transferts et prendre 3 fois plus de temps.

Ou encore, aller travailler à pied, de la 7e rue à Limoilou jusqu'au boulevard Montmorency (une heure aller-retour) parce que les chauffeurs étaient en grève, donc services essentiels seulement, c'est-à-dire aucun service la fin de semaine. Que de beaux souvenirs!

Au moins, la paix avec le syndicat semble prévaloir et les grèves à répétition ne surviennent plus.

Les cyclistes se croient tout permis et ne récoltent aucune contravention ni même un avertissement pour leurs gestes. Même si une auto-patrouille était présente, les policiers n'interviendraient pas. Les autorités sont incapables, tout comme le cellulaire au volant, de faire respecter les lois. Quoique je ne crois pas qu'il existe beaucoup de lois punitives envers les cyclistes pour les infractions aux codes de la sécurité routière.

À Québec, il existe des dizaines et peut-être même des centaines de kilomètres de pistes cyclables, bel et bien utilisés, et les autorités ont imposé aux automobilistes des feux de circulation favorisant le déplacement en toute sécurité des cyclistes, marcheurs, joggers et autres. D'accord, c'est bien normal, la majorité des chauffeurs n'ont aucune courtoisie et ne laisseraient pas la chance à ces gens de traverser la rue.

Ce qui m'enrage, c'est que trop de cyclistes utilisent la route dédiée aux automobiles et ce, même s'il y a une piste cyclable à proximité. Par exemple, sur le boulevard Pierre-Bertrand, on nous a écœuré tout l'été avec la construction et le réaménagement des feux de circulation au milieu du boulevard, mais les cyclistes continuent à emprunter la route. Ils sont tellement brillants que certains roulent en sens inverse du trafic. D'autres cyclistes zigzaguent entre les véhicules, n'arrête pas aux stops, ce que les automobilistes doivent faire parce que ce serait trop dangereux de l'omettre et surtout illégal. Les cyclistes continuent donc, naïvement, à se promener au beau milieu de la circulation cherchant de quelle façon il pourra éviter de perdre son élan.

Je vous entends déjà vous plaindre que ce n'est pas tous les cyclistes qui agissent ainsi. Heureusement, vous avez raison. Les greens ont déclaré la guerre aux automobiles à cause du réchauffement climatique et il y a trop de véhicules, les familles en ont besoin. Je ne vois pas la maman se taper 2 heures d'autobus pour aller chercher bébé chez la gardienne dans un coin de la ville et son plus vieux à l'école à l'autre coin.

Je comprend qu'il faut essayer de protéger notre planète et son écosystème, mais offrez-moi une alternative.

Si un cycliste n'utilise pas une piste cyclable alors qu'il y en a une disponible, il faut qu'on lui donne une contravention. Y a-t-il encore des policiers en vélo sur ces pistes? Si oui, il devrait servir à autre chose que faire de la prévention.

Idem pour les autobus. On nous a imposé des espaces réservés aux autobus, espaces toujours vides d'autobus, mais lorsque je vois un autobus devant moi, rouler, sans raison, dans ma zone réservée, je me dis que lui aussi devrait recevoir une contravention. Parce que moi, si j'emprunte sa zone vide d'autobus et que je me fais prendre, je paie de ma poche ma délinquance, pourquoi pas eux?

Cela fait des années que la guerre aux automobiles et au pétrole a été déclarée et ce n'est pas en écœurant les automobilistes que vous aurez leur appui, même si vous imposez vos choix et votre vision comme le fantasme du maire Labeaume, le tramway.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire