vendredi 22 mars 2013

Soupe et compagnie

Ce restaurant spécialisé dans les soupes-repas est situé sur la troisième avenue à Limoilou. Comme vous devez vous en douter, dans ce secteur, le stationnement sans vignette est limité à 60 minutes et puisque nous y sommes allés après une journée de tempête, nous avons eu bien du plaisir à garer la voiture dans un amas de neige non ramassé par les déneigeurs (le service de déneigement de Québec étant merdique depuis les fusions forcées).

Le décor est typique du quartier. Briques vieillottes et inégales, plancher de bois franc absent de verni, plafond haut, etc. les habitués ne seront pas dépaysés. Sur les murs, il y a des bois d'orignaux et des louches servent de support à vêtements. Les chaises sont des grosses bûches vernies et la grande banquette contient des coussins élimés.

Il y a une deuxième zone de salle à manger, mais je n'ai pas été la voir.

Après quelques minutes, la serveuse nous apporte notre eau dans des pots mason version tasse et elle dépose le petit menu sur la table. Ma blonde choisit un tartare de saumon et moi, une soupe vietnamienne avec des rouleaux impériaux et un thé glacé maison.

Le thé glacé goûte vraiment le thé et il est rafraîchissant.

Ma blonde reçoit son tartare et la serveuse m'en sert un. Je lui dis que ce n'est pas ce que j'ai commandé. Elle retourne au comptoir, s'obstine un peu avec le cuisinier qui insiste sur le fait que notre table a commandé deux tartares avant d'enfin revenir avec ma soupe. Elle dépose une petite assiette avec fève germée et feuilles de menthe à côté de moi.

Ma soupe contient de grandes nouilles, des échalotes, diverses épices et de la viande à fondue presque crue. Pour manger mon repas, je n'ai autre choix qu'une petite cuillère chinoise ou des baguettes. J'ai dû me battre un certain temps avec mes nouilles (en fait, je les ai coupé avec la cuillère pour les empêcher de glisser) avant de commencer à déguster mon repas.

Le repas était correct, sans plus. Pas bon ni mauvais.

Vous aurez remarqué que je n'ai pas mentionné mes rouleaux impériaux, la serveuse les a oubliés. Je lui ai dis quand elle a desservi la table, elle m'a proposé d'en faire préparer immédiatement, que ce n'était pas long, mais j'ai refusé. Fallait y penser avant, ma belle!

En réalité, la serveuse est seule pour toute la salle à manger et quand celle-ci est remplie, elle ne fournit plus. Un des cuisiniers lui est venu en aide. Il faudrait peut-être songer à offrir des uniformes, parce qu'il avait l'air de s'habiller au Village des Valeurs... sans oublier le plongeur avec son fond de culotte aux genoux et ses bobettes beige! Bon, ça n'a aucun rapport avec la qualité du repas, le look n'influence pas les repas, mais comme j'ai écrit plus haut, c'est typique du secteur.

Nous avons essayé la soupe-dessert. Ne vous laissez pas berner par la photo sur la fenêtre, le bol est pas mal plus petit que celui sur l'image. La soupe au chocolat froid, avec quelques fruits et de petites boules genre tapioca. Correct, sans plus aussi.

Deux heures plus tard, je commençais à avoir faim. Mon ventre criait tellement fort que ma blonde l'entendait. Je mange rarement le soir, mais j'aurais passer la nuit éveillé si je n'avais pas grignoter quelque chose.

Ce restaurant est idéal pour le dîner, pas pour un souper. Les soupes sont trop peu nutritives (dans le sens de ne plus ressentir la faim) et les portions proposées sont idéales pour les femmes qui, habituellement, mange moins que les hommes.

Ah oui, il faudrait aussi songer à changer le sens d'ouverture des portes d'entrée. La première ouvre par en-dedans et la seconde ouvre par l'extérieur, ce qui fait que les deux portes se rejoignent presque et que nous sommes bloqués dans le minuscule portique. Je ne voudrais pas voir une file d'attente!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire