lundi 4 février 2013

Superbowl 2013

Hier, avec des amis, j'ai regardé le superbowl, les 49ers versus les Ravens. Outre la bonne bouffe santé (!) que nous avons ingérée et mon estomac sur le point d'exploser, j'ai eu beaucoup de plaisir pendant cette soirée de gars. Ça prend ce type de sortie quelquefois! Merci les gars!

Sans oublier que ma blonde fait faire des mauvais coups à mon chien pendant que je ne suis pas là!

J'ai visionné cet évènement la première fois en 2011 plus cette année. Et ce n'est pas en 2013 que la NFL gagnera un nouveau fan (même si elle n'en a pas vraiment besoin!).

J'ai toujours trouvé ce jeu plate. Des gros gaillards qui se rentrent dedans pour protéger le maigrichon de quart arrière (3 fois costaud comme moi, mais au travers les joueurs de son équipe, c'est ce qu'il a l'air!) à lancer le ballon à son receveur pour gagner les verges requis pour le toucher.

Hier, le match se résume en 2 parties. Avant la panne de courant dominée par les Ravens et après la panne de courant, dominée par les 49ers. Et le spectacle de Beyoncé (quelle femme, wow!) était correct, ce n'est pas mon genre de musique, mais c'était réglé au quart de tour.

Entre vous et moi, c'était prévu cette panne d'une trentaine de minutes? Tout est possible chez les Américains!

Les 49ers ont presque réussi une remontée spectaculaire, les Ravens étaient devenus incapables de maîtriser le ballon. Lorsqu'il restait 11 secondes, les joueurs des Ravens ont décidé d'écouler les minutes en niaisant avec le ballon. Quelle fin de match plate!

Comme pour le soccer européen, je n'accroche pas au football américain et canadien. Je préfère de beaucoup le baseball que plusieurs n'aiment pas parce que trop lent, trop stratégique. J'ignore pourquoi, moi, j'aime beaucoup ce sport même si je le regarde moins depuis le départ des Expos.

Ce qui m'a frappé, c'est que le Superbowl représente ce que sont les États-Unis. Évènement plus grand que grand, consommation excessive, publicités onéreuses, spectacle musical parfait, hommes parfaits, femmes parfaites, spectacle sportif avec toujours un léger suspense et ce qui dirige nos voisins du sud depuis toujours : le profit.

L'opulence des États-Unis transpire par le Superbowl.

Et détrompez-vous, je ne suis pas anti-américain, loin de là. Nous sommes, les québécois, pas mal plus américains que nous le croyons et je préfère mon mode de vie actuel qu'à celui d'un pays pauvre quelque part sur la boule. Dans ces moments, mon petit côté humanitaire revient en me disant que les Américains consomment avec exagération et qu'ils sont tellement gros que si j'enlaçais une Big mama, mes mains ne se rejoindraient pas. Des gens dans les pays pauvres, qui n'ont pas choisis cette vie, doivent marcher des kilomètres pour avoir de l'eau et ne mange pas à leur faim ou sont victimes de la guerre, bref, les inégalités sociales.

Je ne vous apprends rien en écrivant qu'il y a 3 choses qui dominent le monde : l'argent, la drogue et le sexe. La première faisant foi de tout!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire