lundi 28 janvier 2013

Voter à 16 ans

Eh bien voici le nouveau fantasme de Pauline première : le vote à 16 ans.

Cette femme avide de pouvoir, qui a réalisé son rêve en devenant première ministre (sûrement pas à cause de son charisme ni de ses compétences (fiasco à chacun des ministères qu'elle a dirigés et les plus gros comme l'éducation, la santé et l'économie).

Voyez-vous Pauline depuis son élection? Bien sûr que non, elle voyage la première ministre. Elle vend la souveraineté aux peuples qui caressent le rêve de faire un pays et de se libérer du joug du méchant gouvernement fédéral.

Pauline monte les taxes, invente des taxes, nous saignent encore pendant que les québécois regardent La voix dans l'espoir de devenir la prochaine vedette de la province. Je n'ai rien contre, faudrait-il aussi qu'on s'occupe un peu plus de nos finances.

Si je regarde autour de moi, les adolescents ne sont pas prêts, mais pas du tout, à affronter la vie. Leur réalité se situe autour de leur console de jeux, leur portable ou leur cellulaire. La vie sociale est réduite au minimum et la vie politique n'existe pas. Si je me rappelle mes 16 ans, qui n'a pas été une belle année pour moi donc très peu de souvenirs en mémoire, je sais cependant une chose : la politique ne m'intéressait pas ou très peu. J'avais un penchant souverainiste normal, car à l'époque je pensais avec mon coeur, pas avec ma tête, celui-ci est disparu vers 25 ans.

Suivre les débats sur l'accord du Lac Meech ou la crise d'Oka n'étaient pas mes priorités.

Je mets même en doute l'affirmation que les jeunes ont des relations sexuelles vers 14 ans. Les adolescentes et les adolescents que je côtoies, qui regarde très certainement le sexe opposé et ont des désirs, n'ont pas nécessairement franchi la barrière du rêve à la réalité. Comme quoi il ne faut pas croire tout ce que raconte les lologues et les pseudo-psys.

Si nous retournons quelques centaines d'années en arrière, les gens décédaient jeunes et ils devaient donc se marier tôt et fonder une famille avant l'âge de 20 ans. Maintenant, les lois protègent (même si elles ne sont pas appliquées assez sévèrement et aux bonnes personnes) nos enfants contre les pédophiles, les femmes possèdent des postes importants dans toutes les sphères de la société et fondent une famille vers 30 ans.

Je l'ai écris sur mon Facebook et je le réécris ici, Pauline est folle, folle de la souveraineté. Tous les moyens sont bons pour réaliser son rêve de baby-boomers. Car la souveraineté est un rêve de cette génération qui ne s'est pas vraiment perpétué aux autres. Peut-être la mienne, mais très peu les autres même si les convaincus prennent beaucoup de places parmi les médias séparatistes.

Je suis contre le vote à 16 ans et j'espère que cela n'arrivera jamais.

Peut-on laisser les enfants être des enfants sans leur laver le cerveau avec la politique que ce soit la souveraineté ou le printemps érable (les associations étudiantes ont courtisé les étudiantes et les étudiants des écoles secondaire). Essayons de les préparer à affronter la vie, ses victoires et ses échecs (parce que le bon gouvernemaman à rayer l'échec de son vocabulaire pour ne pas nuire aux jeunes qui en arrachent encore plus l'année suivante car il n'a pas compris la matière enseignée), ses joies et ses peines, les guider hors du sous-sol et de leur chambre pour qu'il travaille un peu et ramasse eux-même leur argent pour leur propre dépense, etc. Je sais, ils ne sont pas tous de même, mais mon humble analyse demeure celle-ci. Notre société saura dans une quinzaine d'années si nos enfants sont devenus des adultes ou restés à l'adolescence.

2 commentaires:

  1. Je suis d'accord sur le fait que le vote à 16 ans, c'est bien trop tôt. Moi aussi, à cet âge, je n'avais pas conscience de la politique. Je ne m'y suis intéressée qu'à partir du cégep, et même encore, à petite échelle.

    C'est bien beau avoir plus de votes, mais avec des électeurs qui intègrent complètement la portée de leurs gestes, pas le contraire!

    RépondreEffacer
  2. Laissons nos adolescents grandir et prendre de la maturité, ils auront assez de tracas et de décisions à prendre au cours de leur vie adulte.

    RépondreEffacer