mercredi 16 janvier 2013

Petit commentaire sur la fermeture du bureau de poste des Galeries de la Capitale

Hier, j'ai vu passer dans ma boîte de réception l'annonce que mon employeur fermait le bureau de poste des Galeries de la Capitale. Voici le lien.

Je comprends que Postes Canada veut réduire ses coûts d'exploitation en redirigeant la clientèle dans les comptoirs postaux de sous-traitants. Mais dans un contexte de compétition avec les UPS, Fedex, Purolator, DHL, etc., bien montrer notre présence dans le marché ne devrait-il pas motiver la haute direction à modérer  les fermetures?

La direction des Galeries de la Capitale aurait offert plusieurs centaines de dollars de réduction de loyer, mais la décision de fermer a été prise quand même. Le processus est simple, quand la consultation est demandée, c'est que la décision est déjà prise.

Lorsque Postes Canada propose la fermeture, il n'y a rien à faire pour qu'il change d'idée. Cela été pire pendant la gouvernance Mulroney et cela recommence à nouveau avec un gouvernement Harper au pouvoir.

Postes Canada a le devoir de réinvestir ses profits (quand il y en a) dans le service public. Comme propriétaire majoritaire de Purolator, elle n'a pas cette obligation, elle peut garder son argent et agir comme bon lui semble.

Je comprends très bien que le marché a changé, que les gens utilisent l'Internet pour payer leur compte, communiquer entre eux, etc. Comme je le mentionnais dans un autre billet, c'est le colis, avec ses marchés émergents, qui deviendra LA source de revenu, la poste-lettre vivant un déclin constant.

Est-ce que les biens pensants savent que la journée qu'ils auront coupé le maximum de gens, c'est eux qui seront remerciés. Et ils l'auront bien mérité!

Deux jours après la rédaction de ce billet, la résistance s'organise via la direction des Galeries de la Capitale. Voir l'article dans le journal de QuébecRadio-Canada et Québec hebdo.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire