jeudi 27 décembre 2012

La Deuxième Guerre mondiale - John Keegan

La Deuxième Guerre mondiale racontée par l'historien John Keegan.

Vous n'êtes sûrement pas surpris que le second livre que je voulais lire était la suite de la Première Guerre mondiale, livre écrit par le même auteur.

De plus, le premier conflit a semé les graines du second. Les Allemands étaient frustrés de l'armistice de novembre 1918 et du traité de Versailles (perte de colonies, de l'Alsace-Lorraine, etc) pour ne nommer ceci.

Comme avec son premier ouvrage, Keegan vulgarise et raconte les faits de la guerre avec objectivité, chose rare, surtout dans le merveilleux monde d'Hollywood où les Américains représentent toujours le messie libérateur de l'humanité. Certes, leur rôle est indéniable, mais en comparaison, les Russes ont été attaqué sur leur territoire et ont souffert et ont subit des pertes humaines très élevées, Staline n'hésitant pas à envoyer son peuple à l'abattoir avec armes inadéquates et insuffisantes. Jusqu'à l'arrivée du puissant char T-34, le meilleur de toute la guerre.

Keegan m'a appris certaines anecdotes au sujet des Russes. Par exemple, les troupes de Guderian était aux portes de Moscou et les Russes ont transféré leurs usines d'armement de l'ouest occupé par les nazis vers la Sibérie ou l'Oural. Les Russes ont démonté, transporté par voies ferrées et remonté les chaînes de montage.

Keegan explique aussi la politique japonaise envers leurs possessions dans le Pacifique. L'empire japonais voulait créer une Asie de coprospérité égale ou meilleure que les États-Unis ou l'Europe. Pour cela, il avait la sympathie de plusieurs pays quoique ces derniers ont déchanté quand ils ont appris la sauvagerie nippone.

Outre le Japon, l'auteur explique avec brio les enjeux économiques et territoriaux allemands, les colonies italiennes, la faiblesse de cette armée et leur piètre combattant, la fragilité des possessions britanniques et française sous le contrôle du gouvernement de Vichy, etc. Bref, le lecteur a des faits, mais aussi il comprend les autres enjeux.

Autre aspect que j'ai apprécié c'est qu'à chaque début de partie, Keegan nous présente le dilemme du dirigeant d'un pays. Par exemple, la guerre à l'Est devient le dilemme de Staline, la guerre à l'Ouest, le dilemme du Churchill, la guerre du Pacifique, le dilemme du Tojo. L'auteur explique la stratégie proposée par les généraux par rapport à certains fronts, les ressources disponibles, sans oublier des chiffres et des statistiques intéressantes comme la production d'avions ou de tanks qui dépasse ou est insuffisant pour les besoins de la guerre.

Bref, plus de 800 pages du conflit le plus sanglant de l'Histoire. Évidemment, lisez la Première Guerre mondiale avant de plonger dans la Deuxième Guerre mondiale. J'attends maintenant de recevoir La guerre de Sécession du même auteur.

Acheter ce livre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire