samedi 20 octobre 2012

Esprit d'équipe et autres

Cette année, tous les joueurs de l'équipe de dekhockey avec qui je jouais l'an passé dans la catégorie D sont revenus pour une deuxième saison. Ce qui me fait peur, c'est que le niveau de jeu du D a monté d'un cran et on risque de manger des volées.

Vous allez me dire que je suis habitué et qu'une saison de plus ne changera rien. Je vous réponds que j'en ai mon tas de jouer dans des clubs qui sont dominés. Si on avait perdu 2-1, ce billet n'aurait pas été écrit.

Les trios à l'attaque ont été changés. On a un trio qui a du punch et qui récolte presque tous les buts et celui où j'ai été muté en arrache. Il en arrache parce que (et je ne dis pas cela pour me déculpabiliser ou m'enlever la responsabilité de mes erreurs lors d'un match) 2 attaquants sur 3 jouent seul et ne font aucune passe. Personnellement, j'essaie, mais les passes ne se rendent pas, on ne se voit pas sur le jeu. Ils me répondront qu'ils comptent des buts, je réponds que c'est vraiment plate de jouer avec du monde de même.

Ce qui m'écoeure c'est que moi, je n'ai pas le droit de lancer au but. Lors d'un 2 contre 1, si je ne reçois pas la balle, c'est correct. Frustrant terriblement frustrant.

Au dernier match, j'ai snappé sur le gardien et un joueur de mon trio s'est mis à crier. Avec le recul et quelques discussions, un doute est né dans mon esprit. Était-ce après moi qu'il criait ou après le déroulement du jeu? Moi, je pense au premier, mais lui dit le deuxième. Pas facile de parler dans cette équipe, trop de joueurs veulent avoir raison tout le temps et ne reconnaissent aucun tort.

C'est l'histoire de ma vie, tous les arguments que j'apporte offusquent les autres qui montent sur les grands chevaux et contredisent ce que j'amène sans jamais admettre que mon opinion n'est pas mauvaise. Bref, j'ai toujours tort, je suis toujours dans l'erreur. Hockey, syndicat, musique, c'est toujours pareil, j'amène de quoi, personne n'écoute. Je fais juste chialer.

Argument pour les faibles et les sans argument.

J'ai donc décidé d'avaler ma pilule, d'endurer mon sort, de ne plus participer aux discussions et de subir la saison avec comme objectif de rester en forme. Je joue actuellement de 3 à 4 fois par semaine, pas si pire le vieux!

Le capitaine m'a demandé de muter à la défensive puisque la nôtre est terriblement mauvaise. Je ne dirais pas que c'est un fromage suisse, mais le manque de rapidité et d'expérience n'aident pas. Je dois préciser que ce n'est pas moi seul qui peux changer cela, nous sommes une équipe. Si je soutire la balle à l'adversaire, mais que je ne peux pas la passer à mon ailier, je ne suis pas plus avancé. Si nous passons 8 minutes sur 10 par période en zone défensive, ça ne changera rien à la situation actuelle. Pour le moment, je préfère être à la défense, le stress est différent et le rôle aussi.

Cependant, ce n'est pas une position que je déteste. Oui ma production offensive va en souffrir, mais si j'empêche des buts pour gagner des matchs, ce sera ça de mieux! Par expérience avec l'équipe, je doute de recevoir beaucoup de passes d'un joueur à l'avant et ce, même si je me suis démarqué. Un ou deux joueurs vont le faire, mais ils sont 6 attaquants...

Au moins, je sais quoi faire à cette position, ma petite expérience va balancer mon manque de talent et mon âge (oui, 38 ans, ça commence à paraître contre des jeunes de 25 ans).

Au dernier match, l'équipe adverse a fait ce qu'il voulait avec nous. De belles passes, des one timers, écouler 2 5 vs 3, on n'était pas de taille et j'ai bien peur que ce soit l'histoire de la saison. Contre ces clubs, nous devons jouer l'homme, est-ce que les joueurs en sont capables? Je crois qu'on risque de se battre pour ne pas finir dernier.

Et l'esprit d'équipe, la raison de ce billet, est une invention, une fiction. Les gars s'engueulent entre eux, se blâment et cela créent des frictions, etc. Je n'ai pas le goût de vivre ça. Je me serais bien passé de ce conflit. Au dernier match, j'ai quitté 2 fois pour le vestiaire. Je n'accepterai pas de me faire crier après. J'ai même songé à quitter l'équipe pour une autre très bonne qui cherchait des joueurs. Oh que ça m'a effleuré l'esprit.

Je ne dévoilerais pas ce que je vais faire dans les prochains mois si l'équipe atteint le seuil de médiocrité. Mes blessures à l'aine, à la fesse et au pied semblent presque toutes guéries, mais sait-on jamais, si elles reviennent, cette fois je n'irai pas empirer mon cas.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire