lundi 3 septembre 2012

Je n'ai pas ma pelle

Vous allez probablement me traiter de défaitiste, mais je ne crois pas au retour des Nordiques et je n'aime pas le projet public de la construction d'un amphithéâtre. Aujourd'hui se donnera les premiers coups de pelle de ceux et celles qui ont acheté leur pelle bleue à 10$.

L’initiateur du projet d'amphithéâtre n'appartient pas aux politiciens et aux groupes radiophoniques comme Radio X et Jérôme Landry qui se proclame à droite, mais défend contre vent et marée un projet public de 400 millions, et le FM 93 et Gilles Parent qui clamait à son émission qu'on avait pas le droit de jouer avec nos sentiments et que Mark Charest bullshitait. Et toi Gilles, joues-tu avec nos sentiments avec un retour de la LNH et ton appartenance au fan club de Régis Labeaume?

Le premier qui a parlé d'un éventuel retour de la ligue nationale de hockey à Québec est Mark Charest que tout le monde a ridiculisé. Dominic Maurais avait même révélé combien l'homme devait sur sa carte de crédit. Tout ce cirque avait pour but de détruite la réputation de Mark Charest.

Malgré l'amateurisme du projet, la passion pour le hockey et l'espoir de voir renaître les Nordiques revint palpiter le coeur des partisans.

Un autre projet a aussi été rejeté par le maire Labeaume. Entièrement privé, l'avocat Guy Bertrand avait trouvé les promoteurs et avait conclu le déménagement du casino inutile de Charlevoix à Québec (le contrat de location se terminant en 2015 je crois (malheureusement, je ne trouve pas de lien écrit)). Des investissements de 1 milliard. En bon social-démocrate, le maire Labeaume a presque envoyé paître l'avocat, le traitant même de menteur.

Les gens de J'ai ma place avait pour but de trouver quelques millions pour le projet, mais le montant stagne depuis plusieurs mois. Québec n'est pas une ville riche, malgré le plein emploi. Le groupe n'a plus vraiment sa raison d'être puisque le projet d'amphithéâtre sera payé par toute la population du Québec et de la ville de Québec et son agglomération. Comment peut-on réserver un siège dans un projet public?

Ce qui me fait peur dans ce rêve, c'est que tout projet public vient avec des dépassements de coûts. Le nouvel amphithéâtre de Pittsburgh a coûté 321 millions de dollars et ils ont un des clubs les plus excitants sur la glace. Pourquoi 400 millions et en bois (cela a-t-il changé?) de surcroît? Parce que Régis 1er l'a demandé?

Quand on va nous annoncer que ça coûte plus cher que prévu, décontamination du sol, main d'oeuvre, coût des matériaux, taxes, etc., le maire de Québec annoncera qu'il n'arrive plus à payer, qu'il faut augmenter le compte de taxe de 500$ par citoyen sur 20 ans plus d'autres frais. Deux décennies plus tard, les gens n'auront aucun ou peu de souvenir du 500$ de surtaxe et personne ne lèvera la main pour rappeler aux autorités en place qu'on s'est fait mentir, voler et arnaquer pour un projet ambitieux et surtout inutile pour le moment parce que les seuls locataires seront les Remparts. L'argent servira à autre chose, mais pas à rembourser la dette qui explose sous le règne Labeaume.

J'espère me tromper, mais je n'ai pas confiance au maire Labeaume. Je ne comprends pas qu'il possède un taux de satisfaction aussi élevé quand son seul projet d'envergure a été l'embauche de Daniel "Paul McCartney" Gélinas. Jean Charest a tenté de naviguer sur la popularité du maire Labeaume pour gagner des votes et conserver le pouvoir (n'oubliez que les politiciens travaillent 1 mois au 4 ans, le reste, ils tentent de vous convaincre de les réélire). Heureusement, la population n'est pas dupe et moi aussi, je me suis fourvoyé, le libéraux pourraient terminer troisième!

Petite précision : je veux moi aussi un amphithéâtre et je veux le retour de la LNH, mais je refuse de payer autre que mon billet si je me présente à un match ou un spectacle. Ce projet devait être privé, j'aurais même été prêt à un PPP. Ah, le royaume des subventions...

4 commentaires:

  1. J'étais en train de tourner des scènes dans le Parc Cartier-Brébeuf hier, quand j'ai entendu les échos de la foule parvenir jusqu'à nos oreilles. Ça n'a pas fait rater la scène, loin de là, mais disons que j'aurais cru à un tel projet si on avait la densité de population, la santé économique et les argumentations LÉGALES pour faire en sorte que ce projet voit le jour.

    Je le clame haut et fort: je n'aime pas le sport, toute catégorie confondue. Que ce soit sur une patinoire ou un terrain, de ligue officielle ou de garage, le sport n'est tout simplement pas pour moi. Cependant, je comprends ceux et celles qui désirent ardemment le retour d'une équipe et n'ai aucun problème à le leur souhaiter... mais pas au prix d'un sur-sur-sur-endettement.

    C'est bien beau de vouloir stimuler la populace, encore faut-il que les conditions soient favorables. C'est un peu comme faire un show de musique pendant un orage... qui voudrait y assister?

    RépondreEffacer
  2. Comme j'ai écrit dans mon billet, l'État n'a pas à gérer un amphithéâtre comme il n'a pas à gérer la vente de boissons et de loterie. L'État doit être réduit à sa plus simple expression comme voter des lois et investir dans les écoles et les infrastructures ce qui, à mon avis, aiderait à couper bon nombre de fonctionnaires en surnombre.

    RépondreEffacer
  3. Et sachant que tu es un grand amateur de cinéma, j'aurais le même discours si l'État voulait investir dans la rénovation ou la construction d'un cinéma ou offrirait une déduction fiscale pour l'achat d'une caméra. C'est du divertissement.

    RépondreEffacer
  4. C'est ce que je pense également. Je serais du même avis même si mon coeur de cinéphile serait sur un trip d'acide gratuit, au fond de moi, je sais que redresser les manques dans la ville est ce qui est plus important que de divertir. Oui, divertir est important, mais pour ça, aussi bien trouver du financement PRIVÉ, pas le gouvernemaman ou Labombe...

    RépondreEffacer