vendredi 3 août 2012

Campagne électorale

C'était aussi prévisible que la neige en janvier, le Québec se dirigeait en élection. Il me semble que Charest avait promis qu'il n'y aurait pas d'élection en été. Ça ne serait pas la première fois qu'il nous ment, il le fait depuis qu'il a été élu premier ministre. Souvenez-vous de la réingénérie de l'État.

Donc, nous avons les libéraux de John James Charest dont le seul bon coup que je me souviens est la loi anti-tabac! Le reste se résume à l'achat de votes, la corruption, les hausses de tarifs et de taxes, les mensonges, les mensonges et encore les mensonges. Je n'ai jamais vu un premier ministre mentir autant et être réélu. Par défaut, je vous le concède.

Le PQ de Pauline Marois, une dame qui a essayé trois fois avant d'être élue chef du parti pour finalement sortir de sa retraite et sauter sur le poste laissé vacant par le départ d'André Boisclair. Madame Marois a été ministre de tous les gros portefeuilles (santé, finances, éducation). Elle traite le monde comme de la m et probablement qu'on lui a dit d'être plus proche du peuple si elle voulait avoir une chance d'être première ministre. Quoi qu'il en soit, Marois ne semble pas passer dans l'opinion publique puisqu'elle n'a jamais réussi à profiter de la débandade des libéraux face à la révolte des étudiants.

Et la CAQ de François Legault, fusionnée avec la défunte ADQ, nous propose on ne sait pas trop quoi. Legault hésite certainement à s'afficher à droite, car il ne l'est pas, c'est tout de même un nationaliste (il avait écrit le budget de l'an 1 d'un Québec souverain) qui veut fouetter la sociale-démocratie (me semble que j'ai déjà entendu ça en 2003...). Nous savons qu'il ne formera pas le gouvernement et surtout qu'il a peu de convictions. Voici un clip comique qui résume bien ce que je pense de l'homme.

Je comprends un peu (enfin, je crois) la révolte étudiante du printemps. Je respecte leurs positions, même si je les trouve déconnectés de la réalité économique. C'est honorable de défendre la gratuité scolaire. Moi le premier, si cela était possible, je leur donnerais. Malheureusement, ça ne fonctionne pas ainsi et surtout, nous n'en avons pas les moyens, peu importe les arguments des étudiants.

Regardons le compteur de la dette québécoise, juste pour nous donner une idée. On s'entend que pour un peu plus de 7 millions de personnes, étouffées par les taxes et les impôts et avec une population vieillissante, ça ne va pas bien. Quand allons-nous être à défaut de paiement des intérêts? Parce qu'on ne s'attaque jamais à la dette.

Même le ministre des finances n'est pas trop connecté à la réalité. Alors pour ce qui est de gérer notre argent...

Détrompez-vous, je n'aime pas Charest moi non plus et je n'ai pas vraiment confiance aux 2 autres candidats. Je vous avoue qu'au fédéral, je n'aime pas Harper non plus.

Cette campagne électorale en plein été intéresse-t-elle les gens? Avouez-que c'est très laid les pancartes fixées aux poteaux. Des millions pour tester l'opinion publique, probablement que les sondages internes des libéraux (parce qu'ils gouvernent ainsi) démontraient une chance de réélection. Mais la question qui tue : qui pouvons-nous mettre au commande de la province?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire