mardi 24 juillet 2012

Rafting sur la Jacques-Cartier

Dimanche, ma blonde, son fils, le mien, moi et Steve sommes allés à Stoneham participer à une excursion de rafting sur la rivière Jacques-Cartier. Je ne savais vraiment pas à quoi m'attendre.

Nous avons attendu une trentaine de minutes, le temps que l'autre groupe revienne de son périple avant de payer, remplir la paperasse et recevoir notre combinaison. Nous étions chic dans ces habits moulants! Nous avions aussi un casque, une pagaie et un gilet de sauvetage. Un moniteur a expliqué à tous les clients le déroulement de l'après-midi avant de décerner un moniteur à chacun des groupes présents.

Notre petit groupe a eu droit à un moniteur jovial, compétant et dynamique. Nous avons soulevés notre embarcation jusqu'à la rivière et sommes montés chacun notre tour. Notre moniteur nous a poussé à quelques mètres de la rive et a ensuite embarqué.

Pendant que nous naviguions à la dérive, il nous a expliqué les directives qu'il nous dictera pendant l'excursion comme à l'avant, à l'arrière, tout le monde à gauche etc et c'était parti, nous devions rejoindre les autres un peu plus loin (nous étions les derniers entrés à l'eau). Moi et Steve nous sommes installés à l'avant. Nous étions les moteurs de l'embarcation.

J'ignorais que nous devions nous asseoir sur le bord et non dans le milieu de l'embarcation. Il y avait aussi des embarcations du Village Vacances Valcartier. Tous les moniteurs se connaissent et la camaraderie les rassemble.

Je ne pensais pas avoir autant de plaisir. Oui, c'était exigeant, mais je me considère à pas pire forme et mon cardio de joueur de dek et de facteur m'a grandement aidé. Mon fils qui ne fait aucun sport, qui avait la baboune, ne participait pas vraiment. L'objectif était quand même de le sortir du sous-sol et des manettes de consoles.

À aucun moment je me suis sentis en danger. Nous avons commencé par de petites rapides pour nous diriger dans de petites chutes. J'ai alors manqué de tomber à l'eau, Steve m'a retenu à la dernière minute. Quelques minutes après, c'était le fils de ma blonde qui tombait dans la rivière. C'était comique parce que, malgré que les rapides l'éloignait de nous, le moniteur d'une autre embarcation l'a attrapé et nous avons pu récupérer notre naufrager.

Nous sommes arrêtés proche d'un gros rocher d'où nous pouvions sauter à l'eau. Mon fils l'a fait, moi, j'ai fait la planche sur la rivière, dérivant tranquillement au gré du faible courant. Quand tout le monde a sauté, nous nous sommes rejoins proche de gros rocher et chacun a repris sa place.

Plus loin, nous nous sommes baignés dans la rivière. Moi et mon fils avons eu une épreuve de force dans l'embarcation pour savoir qui tomberait à l'eau le premier. Je devais gagner le combat, pas parce qu'il est plus jeune, mais pour lui montrer que son père a encore du punch! À 180 lbs (j'ai 170 lbs), je vous avoue que j'ai eu beaucoup de difficulté à le faire passer par-dessus bord. Finalement, c'est l'expérience qui a gagné et au prix de plusieurs essais, il est tombé à l'eau!

La dernière épreuve était un secteur très rocailleux où les risques de rester pris étaient grands. Cette fois, c'est mon fils qui est tombé à l'eau. À chaque fois que nous affrontions des rapides, le moniteur nous expliquait les mesures de sécurité si nous tombions à l'eau.

Partout dans les bois, attaché aux arbres, j'ai vu des planches de secouristes. Notre moniteur nous expliquera que s'il y avait un blessé, nous serions attachés sur l'un de ses planches et les moniteurs, probablement ceux dans les kayaks qui nous suivent pendant tout le trajet, monteraient le blessé aux ambulanciers.

Pauvre moniteur qui devait sauter à l'eau pousser ou déprendre l'embarcation. Je lui lève mon chapeau, c'est tout un métier physique que le sien. Nous avons avancé de plusieurs mètres et mon fils est tombé une deuxième fois à l'eau. Incapable de s'agripper quelque part, notre moniteur lui a lancé une corde et l'a ramené au sec. Enfin, c'est relatif, l'intérieur est constamment rempli d'eau.

Le passage s'est bien déroulé, nous avons pagayé tranquillement jusqu'à notre lieu de débarquement et sommes revenus en autobus scolaire. Fiston a donné un moyen fort pour la journée, ce qui veut dire toute une réussite!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire