samedi 30 juin 2012

Ah, l'adolescence!

Mon fils aura 13 ans en août. Je vis une intense période d'adolescence et ce n'est pas reposant. Voici d'ailleurs les litiges quotidiens :


  1. Se laver : non, à 12 ans, prendre un bain ou une douche n'est pas in. Puer semble être la norme. Après 3 jours, vous vous imaginez bien que ça commence à sentir. Mon fils se complaît dans le dénigrement et le négativisme. Donc, si je lui dis de se laver, il pète sa coche en disant que je l'insulte. L'unique moyen que j'ai trouvé jusqu'à maintenant : lorsqu'il me demande quelque chose,  pour l'obtenir, il doit se laver. Ridicule, non?
  2. Changer de vêtements : ça non plus ce n'est plus in. Il faut garder ses bas sales et troués pendant des jours. Il y a 4 paires de bas neufs dans le tiroir de sa commode, mais bien sûr, il a trouvé une raison pour ne pas les mettre (elles seraient trop serrées). Même si je répète que son linge doit aller dans le panier à lavage, il ne le fait évidemment pas. Non, je n'irai pas vérifier si les bobettes ou les bas ont été utilisés ou pas!
  3. La nourriture : manger comme s'il s'agissait du dernier repas. C'est-à-dire vider un gros sac de chips en une seule soirée, manger 3 puddings au chocolat et laisser traîner les pots vides, finir 2 canettes de jus Minute maid la même journée, manger des biscottes et du creton et laisser un peu de creton, juste pour faire semblant qu'il n'a pas tout mangé, utiliser les 30 tranches de fromages Singles en 3 jours ou moins, vider une boîte d'ailes de poulet pour un seul repas, boire un sac de lait en un avant-midi, etc. Comme vous le constatez, je n'ai pas nommé de fruits ni de légumes. Il m'appelle ou m'informe quand il mange une pomme ou une banane. Devrais-je lui décerner une médaille!? J'ai oublié de mentionner que la mauvaise nutrition combinée au manque d'effort égale problème de poids. Eh oui, papa est plus en forme avec son job et le dek!
  4. ne plus se coucher et ne plus se lever : hier, je me suis rendu compte qu'il était 3h du matin et que les lumières étaient encore ouvertes. J'ai donc lancé un appel à se coucher. Pourquoi croyez-vous qu'il se couche à cette heure? Parce qu'il s'est levé trop tard, 13 heures pour être précis. Oui, j'essaie de le lever, mais j'essuie des grognements et j'endure son caractère de cochon le reste de la journée.
  5. le dénigrement : je ne suis plus capable de l'entendre se rabaisser en se traitant de tous les noms (et pas les plus beaux). J'ai eu une bonne discussion avec lui cette semaine (pour les points mentionnés ici), et il m'a avoué qu'il était heureux dans le négativisme. J'essaie de lui faire comprendre que juste changer sa façon de penser lui amènera du positif. Faire un effort, ce n'est pas toujours évident. Beaucoup plus facile de se traiter de tous les noms, avoir le sentiment de se faire haïr par son mauvais comportement pour retourner se dénigrer. Si les lologues avaient vu et compris pour ensuite agir avec lui, j'en serai peut-être pas là. Au moins, il ne parle plus de la mort.


Alors voilà ce que je vis au quotidien depuis une dizaine de jours, pas évident. Je me demande souvent si j'avais eu une fille à la place d'un gars, est-ce que ça aurait été différent? Jamais je ne pourrai le savoir. Aurais-je dû avoir un autre enfant, prendre une chance qu'elle ou qu'il soit complètement différent ou me retrouver avec 2 fois plus de problème. Ça aussi je ne pourrais jamais le savoir.

1 commentaire:

  1. Ouais, ça manque pas de "rebondissements" par chez-toi... dix jours de survie à ça, je crois que tu peux aisément affirmer que t'as fait quelque chose de similaire à la Guerre du golfe, les séquelles psychologiques et tout en prime...

    Je dois dire une chose similaire avec ton gars et moi: 12-13 ans, moi non plus je voulais pas me laver, mais quand t'es rendu que tes seuls amis c'est les mouches qui te tournent autour, tu commences à comprendre que quelque chose cloche. Du moins, ça a été le cas pour moi et j'en suis pas arrivé aux mouches non plus je dois dire. Alors là, le manque d'efforts et la mauvaise nutrition sont probablement deux des caractéristiques de l'adolescence... c'est IN de manger gras ou mal, c'est IN de laisser tout traîner, parce que je savais que quelqu'un le ramasserait un moment donné, sinon, j'm'en foutais un peu.

    Troisième caractéristique: l'attitude. On pourrait en écrire des livres uniquement sur ta relation avec ton gars, mais une chose est sure: l'attitude actuelle posera problème jusqu'à ce que l'un ou les deux changent (je ne dis pas ça pour dénigrer quiconque) avec les chemins de la vie.

    Bref, t'en as encore pour un petit bout je te dis, mais atèle-toi. 16 ans c'est pas encore passé, sans vouloir être pessimiste.

    RépondreEffacer