mardi 13 mars 2012

Oyé, oyé, payer, payer!

Je pourrais me prononcer sur la grève étudiante qui conteste l'augmentation des coûts, mais je n'ai pas les connaissances pour donner mon avis et je parlerais au-travers mon chapeau.

Par contre, une chose qui me rend malade, provoque de l’eczéma et des ulcères d'estomac, est de lire dans le journal que le ministre Bachand demande une plus grande participation des Québécois et des Québécoises envers les paiements pour les services fournis par l'État. Et la journaliste, cette grande gauchiste n'a même pas profité de cet entretien dans les somptueux bureaux payés à même nos impôts pour challenger un peu le ministre Claude 'peuple heureux' Bachand.

C'est drôle, quand je reçois mon chèque de paie, la moitié part en retenues de toutes sortes. Impôts fédéral et provincial, RRQ, assurance-emploi, assurance parentale, etc. Je n'utilise pas la plupart des services dont je paie. Le RRQ augmente son pourcentage de cotisation chaque année pour permettre aux baby-boomers et leurs parents de profiter d'une retraite (retraite dans le cas des boomers, prise trop tôt) et dont je n'aurais pas la chance de voir un sou noir, ou très peu, puisque la caisse sera vide dans le coin de 2037 et ça, en espérant que les marchés financiers resteront stables ou à la hausse.

Depuis les dernières années, j'ai vu mon permis de conduire passer de 86$ aux 2 ans à 86$ annuellement, l'essence passer de 90 cents à 1,30, l'augmentation de la TVQ de 2%, augmentation du % des cotisations à la RRQ, création d'une taxe pour les soins de santé qui ne changera rien aux attentes à l'urgence ni aux services octroyés aux patients, augmentation année après année des tarifs d'Hydro-Québec, augmentation de l'immatriculation, augmentation de la taxe municipale et scolaire, augmentation en flèche des prix et de l'évaluation des maisons et j'en oublie plusieurs.

Les Québécoises et Québécois ont voté 3 fois pour les libéraux de Jean Charest qui leur avaient pourtant promis la réingénierie de l'État, mais qui ont décidé d'opter pour la paix sociale et syndicale. Sans compter les mensonges racontés sans gêne et gobé sans révolte par les contribuables. Pas grave, le Canadien joue ce soir ou on doit écouter la quotidienne de Star Académie. Les journalistes ne questionnent aucunement les augmentations de taxes, tarifs et impôts puisqu'ils mangent dans la main des politiciens provinciaux autant que municipaux (à Québec surtout). Dès qu'il y a une occasion, les cancres économiques québécois (nous) demandent d'autres taxes, mais surtout l'intervention de l'État.

N'avez-vous pas compris que le gouvernement est le problème et non la solution? Que le gouvernement a un problème de dépenses et non de revenus? Tout ce que touche le gouvernement et les fonctionnaires se terminent en dépassement de coûts probablement parce que plusieurs se graissent la patte entre le projet et la livraison du projet. Le gouvernement est le problème, pas la solution.

La propagande des artistes me fait peur. Ils prônent le communiste et sont très influents. Lors d'un gala subventionné, les artistes passent des messages écolo-gauchiste contre le capitalisme et la race humaine en générale. Ces artistes de la subvention utilisent mon argent pour dénoncer en mon nom des choses que je ne pense pas. Pourquoi la fameuse majorité silencieuse ne mettrait pas son poing sur la table et dirait ça suffit?

Monsieur Bachand, avec tous les milliards que vous recevez de vos contribuables, pouvez-vous faire vos devoirs? Réduire les dépenses et cesser de piger dans le porte-feuille des citoyens qui travaillent fort chaque jour pour vous. Si vous voulez appliquer le principe utilisateur-payeur, pas de problème! Cependant, ajustez les taxes et les impôts en conséquence. On ne peut pas être les plus taxés en Amérique du Nord parce que notre système social-démocrate devait nous fournir tous les services gratuitement ou à moindre coût et nous annoncer que les Québécois devront faire plus.

Je crois, je répète et je radote que je suis le meilleur juge pour décider où mon argent ira et à quoi elle servira. Il y a aussi de bonnes chances que l'argent que j'aurais de plus, je le dépense dans l'économie payant ainsi des taxes et encourageant une entreprise. Là, c'est la course au noir.

Le Québec se dirige vers la faillite. Vous riez de la Grèce, cela s'en vient en Amérique du Nord, dans la province de Québec malheureusement.

Quand? Je devrais dire, même si je ne le souhaite pas, le plus tôt que possible parce que la dette est devenue incontrôlable, les dépenses du gouvernement aussi. J'aime mon coin de pays plus que vous ne le pensez, même si vous cliquez n'importe quoi quand je me fâche contre notre inaction. S'il vous plaît, ouvrez-vous les yeux avant qu'il ne soit trop tard.

1 commentaire:

  1. C'est rendu une vraie farandole. Nous sommes une province de moins de huit millions d'habitants, moins que l'état ou la ville de New York, et notre budget est en dérape plus accentuée encore que la ville qui ne dort jamais. C'est à croire que les choses vont si bien que les médias écrivent. En fait, c'est bien simple, nous sommes comme tu l'as dit, dans un système fait pour que les "dirigeants" se graissent la patte chacun son tour, et quand il n'y en a plus, on trouve une nouvelle taxe pour que les autres puissent expérimenter combien c'est bon de se laisser vivre. Et quand y en a plus? Une autre taxe ou on incite les gens à payer leurs dû qu'ils paient déjà plus que n'importe où au pays... mon pays ce n'est pas un pays, c'est une taaaaxe.

    RépondreEffacer