mercredi 14 mars 2012

Le contrat avec Dieu - Juan Gòmez-Jurado


Un multimilliardaire américain finance une expédition dans le désert de Jordanie dans le but de retrouver l'Arche d'Alliance. Des mercenaires, un professeur, une journaliste, un envoyé du Vatican, plein de gens représentant autant d'organisations supervisent et assistent à cette quête. Bien sûr, il y a de méchants terroristes!

Quel livre prévisible! Tout d'abord, l'attitude du multimilliardaire. Des manies, tics ou habitudes dont les autres doivent se soumettent s'ils veulent lui parler et cela, quand lui seul le désire. Dans le désert, il reste dans le confort de sa tente et attend les résultats des fouilles. Déjà vu.

La journaliste à la recherche du scoop du siècle est le personnage principal et elle est protégée par l'envoyé du Vatican, un prêtre au passé lourd, membre de la Sainte Alliance, genre de CIA du Vatican. Évidemment, on tentera plusieurs fois d'attenter à la vie de la journaliste. Des fois directement, d'autres fois plus sournoisement. Le prêtre viendra la sauver quelquefois. Elle lui rendra la pareille. La docteur lesbienne qui travaille pour le Mossad, genre de CIA Israélien, couchera avec la journaliste elle aussi lesbienne et on apprendra des tas de choses. Quelle nouveauté!

Il y a même un mercenaire qui tentera de violer la journaliste et elle lui donnera la raclée de sa vie! Ridicule!

On se croirait dans un téléroman québécois où ça prend un gay, un noir, un handicapé, un anglophone pour montrer que nous sommes ouvert d'esprit.

Des flashbacks de chaque personnages rendent la lecture lourde et ennuyante. Un peu plus, on nous explique pourquoi tel scorpion passait dans le coin et pourquoi il est malheureux parce qu'il n'a jamais été aimé par sa mère...

Le professeur qui dirige l'opération est évidemment très âgé. Il veut trouver l'Arche qu'il cherche depuis des décennies et se moque des autres. Il envoie paître tout le monde et méprise n'importe qui, ses assistants inclus. Du jamais vu, je vous le jure!

Tous les personnages baignent dans le cliché et le stéréotype, l'histoire aussi.

Dans le désert, pour un groupe qui reste un mois, ça prend une grosse quantité d'eau, donc l'expédition utilise un camion-citerne. C'était écrit depuis la première fois où j'ai lu le nombre de litres d'eau que la citerne allait être sabotée et l'eau rationné.

Qu'est-ce que serait un roman sur l'Arche d'Alliance sans une histoire autour du peuple Juif et un groupe terroriste islamique aveuglé par le Coran qui donnerait sa vie pour Allah? Vous avez deviné, on a droit à des musulmans aux cerveaux lavés.

On voit arriver aussi vite qu'une F1 les meurtres les uns après les autres. La panique, les soupçons, les enquêtes en Amérique pour déjouer les complots islamiques en Jordanie. Je vous le dis, tout est prévisible dans ce livre.

Acheter ce livre.

2 commentaires:

  1. Chose certaine, c'est le genre de critique qui incite à replacer le livre sur l'étalage quand on y pense... c'est probablement l'auteur qui a fait un choix personnel de raconter une histoire très américaine bourrée de clichés, et c'est dommage que l'on puisse tout voir venir, ça enlève toutes les épices de l'histoire.

    RépondreEffacer