samedi 4 février 2012

La pensée unique

Cette semaine, le sénateur Boisvenu a déclaré que les cellules devraient contenir une corde pour permettre aux détenus de se pendre avec. Déclaration maladroite dans un contexte ultra-gauchiste de la horde journaliste québécoise et bien pensante.

Qu'est-ce que vous préférez? Un politicien drabe et menteur comme l'actuel pm de la province ou avec autant de charisme qu'une huître comme notre pm canadien? Encore pire, rêvez-vous d'un bébé incontrôlable qui ne parle plus à ceux qui ne pensent pas comme lui, qui offre des coups de poings dans le front aux échevins pendant une séance du conseil municipal et qui travaille comme maire d'une ville charmante, mais qui est, en réalité, un gros village.

Ces gens jouent du violon, ne disent pas tout haut ce qu'ils pensent tout bas et surtout, ils évitent de donner de la matière qui pourraient fragiliser leur position envers les journalistes et peut-être leur faire perdre la prochaine élection. Les médias contrôlent la pensée de la population. Ils sont très influents et peuvent faire chavirer une campagne électorale ou un projet quelconque s'ils décident que ça ne passe pas dans leur salle de nouvelles.

Le problème c'est que hormis quelques chroniqueurs ou éditorialistes, toute la horde journaliste-péquiste penche à gauche, rêve du communisme sur l'île de Montréal et flirtent avec le programme de Québec Solidaire.

Donc, le sénateur Boisvenu, l'un des hommes que je respecte le plus au Québec, a eu le malheur de parler avec son coeur. Nommez-moi 3 autres sénateurs juste pour voir si la population les connait! Vous n'avez pas réussi? Réjouissez-vous d'en avoir un qui réagit!

Mon cousin, qui passe ses journées à chercher des complots chez nos voisins du Sud, dirait que les endroits où la peine de mort a été abolie, le taux de criminalité a baissé. Comme cet article paru cette semaine qui expliquait qu'un condamné à mort coûtait plus cher qu'une perpétuité.

Je ne suis pas expert, mais les images qu'on voit à la télé indique que nos luxueuses prisons sont des hôtels offrant de belles facilités comme le câble, la muscu et l'Internet. Je n'ai vu personne casser de la pierre comme les Dalton ou ramasser des déchets sur le bord des autoroutes avec une chienne orange sur le dos.

Les journaux donnent de la place à Turcotte, un meurtrier d'enfants. Il devrait être mort lui aussi. Bernardo, meurtrier voilà une vingtaine d'années, devrait être 6 pieds sous terre. Sans oublier que sa conjointe du temps, Karla Homolka vit en liberté même si elle a offert sa soeur au meurtrier. Pickton en Colombie-Britannique et Lortie à l'Assemblée Nationale sont aussi de bons exemples.

Ce qui m'attriste dans tout cela c'est le peu de place qu'on donne aux familles éprouvées.

5 commentaires:

  1. À voir les gens qui "aiment" et qui "n'aiment pas", c'est un sujet on ne peut plus divisé. D'autant plus que personne n'a tenté de commenter, probablement pour une raison bien personnelle (crainte, peur du rejet, manque d'opiniâtreté, etc.). Il est davantage ironique que ce commentaire de Boisvenu tombe à quelques moments de la semaine "contre le suicide"... les jouranlistes gauchistes ne manqueront sûrement pas de mettre une belle caricature du député affirmant qu'il est "contre le suicide... sauf en cellules"... si ce n'est pas déjà fait...

    Sommes-nous donc tombés dans un marasme si sombre que, telle une forêt trop vaste, l'unique solution se résume en une purge par le feu?

    Encore là, ce serait un bon début si c'était vrai, et la future crise économique qui s'annonce ne manquera pas de nous le rappeler. Tenez-vous le pour dit: il y aura encore plus de convergence médiatique, de fusions et autre... les pays riches seront encore plus taxés (si vous pensiez être sur-taxés, attendez dix ans et vous m'en reparlerez, voir) et le reste du monde crèvera de faim... si c'est pas un sombre marasme qui mérite une purge par le feu, j'ignore ce que c'est...

    Et oh, en dernier lieu, faudrait pas oublier les fourneaux nucléaires de l'Iran qui s'agitent de plus en plus... voilà peut-être ledit feu purificateur.

    RépondreEffacer
  2. Pour les commentaires, les gens ne sont pas forcés de le faire, mais c'est toujours plus facile et le fun de débattre autour d'un contexte que d'un simple clique.

    Pour l'économie, je crois que les québécois sont des cancres économiques. Premièrement, au lieu de nous apprendre comme coudre un étui de crayon ou préparer une soupe en économie familiale, on aurait dû nous faire comprendre comment l'économie fonctionne. Au lieu de ça, on nous a cassé (et nous casse encore) les oreilles avec la souveraineté, la méchanceté d'Ottawa envers le Québec parce que le fédéral ne verse pas assez de péréquation au pauvre petit québécois en manque de programmes sociaux, etc. Au lieu de travailler pour ne plus en avoir, nous nous plaignons de ne pas en recevoir assez.

    La prochaine crise fera mal et elle s'en vient rapidement.

    J'ai lu que pour maintenir le Québec actuel, il faudra un tvq à presque 20% dans pas si long. Ça fait vraiment peur. On peux-tu frapper le mur et commencer tout de suite à mettre de l'ordre dans nos finances?

    RépondreEffacer
  3. Freud aurait bien du fun à décortiquer ton "erreur", disons...

    RépondreEffacer
  4. Pour la TVQ à 20%, c'est pas de maintenir le Québec actuel qui devrait être le but, c'est de bâtir une société moderne basée sur des fondations adaptées et renouvelées; pas de conserver notre archaïsme, le paradis criminel et le gouvernement des quarante dernières années et tirer de la patte sans cesse vers un gouffre sans fond. Adopter un système comme celui de la présidence des USA pourrait aider à améliorer les choses un tantinet: après deux mandats ministériels, au revoir. Bref, je rêve, je serai mieux de déménager quand l'occasion se présentera pour moi, car ça n'arrivera jamais. Pas avec notre population, pas avec notre gouvernement et encore moins avec la société qui nous entoure... nous sommes prisonniers d'un cancer qui nous ronge peu à peu et nous n'en seront conscients socialement qu'une fois rendus sur notre lit de mort à deux doigts d'y passer, et on entendra comme dernière parole: à vous les jeunes... désolés qu'on ait pas pu faire mieux...

    Le Québec actuel est une vieille cabane en ruines qui menace de s'effondrer et dont les politiciens essaient de nous vendre (et de nous sur-taxer) comme une maison de luxe, ce qui est loin d'être le cas. Nous avons été aveuglés (comprendre: contrôlés) par la religion jusque dans les années 60-70, maintenant c'est la politique quand ce n'est pas la sur-consommation qui emboîte le pas. Ce sont bien des constats négatifs, on s'entend, mais il y a pire...

    Personne n'y fera jamais rien, personne ne veut lever le petit doigt parce que le contrôle a été si bien emberlificoté dans notre ADN que c'est désormais chose faite: nous sommes vaincus avant que tout combat ne commence.

    J'aimerais bien qu'on me prouve le contraire... pas qu'on me réfute ce que je dis, mais qu'on me PROUVE que j'ai tort... j'aimerais vraiment avoir tort... mais c'est une certitude dont il sera très difficile de me convaincre de me départir. Les preuves devront être lourdes et solides.

    RépondreEffacer