dimanche 12 février 2012

J'ai fait du ménage!

Ces derniers mois ont été très déterminants en toutes sortes de décisions :

  • J'ai cessé d'organiser le hockey cosom du dimanche matin au Patro Charlesbourg. Je joue maintenant le samedi après-midi au Centre St-Roch avec un autre gang et ça me fait un bien énorme de ne plus me lever le matin, courir après un remplaçant ou constater qu'on doit jouer 4 vs 4 parce que personne n'a appelé pour me dire qu'il ne sera pas présent.
  • J'ai averti mon confrère de travail qu'à sa retraite, ce n'est pas moi qui prendra la relève pour m'occuper du club social du bureau. J'étais son adjoint, je ne veux pas devenir le patron. Il a environ 6 mois pour trouver quelqu'un d'intéressé sinon plus de club.
  • J'ai abandonné l'écriture qui devenait pour moi un fardeau de plus en plus lourd avec de moins en moins de plaisir. Les fermetures d'éditeurs plus les refus qui s'accumulaient sans oublier les idées qui ne venaient plus ont eu raison de ma motivation. J'ai donc pris la décision de cesser toutes activités reliées à l'édition de proche ou de loin. Cependant, quand l'occasion se présentera, rien ne m'empêchera de participer à des activités comme celles de Québecsf. Ah oui, j'adore toujours lire!
  • J'ai perdu l'équipe de dekhockey avec laquelle je jouais dans le b. Nous avons été éliminés mercredi. Les 3 meilleurs marqueurs manquaient à l'appel et ce, pendant les séries éliminatoires. C'est bizarre de dire ça, mais c'est une bonne affaire qu'on aille perdu. Si on se rendait en finale samedi, le 3/4 de l'équipe ne pouvait pas être là. En outre, j'ai demandé au président de la ligue de me trouver une équipe dans le c ou le d, quelque chose à mon calibre. Trois équipes sont intéressées, j'attends une réponse. Je sais que je n'aurais plus le fardeau financier ni l'obligation de remplir les feuilles de match pour indiquer le numéro des chandails et les remplaçants.
  • Je vais me représenter dans l'exécutif syndical. Deuxième vice-président ou quatrième vice-président, je ne le sais pas encore.
J'avais un agenda bien rempli ces dernières années et alléger mes obligations me fait du bien et me donne la chance de mettre mon énergie ailleurs et qui sait, d'essayer d'autres projets un jour. Peut-être vais-je réécrire, peut-être vais-je redevenir capitaine d'une équipe, pour le moment, je m'occupe d'une personne qui a été négligée : moi.

5 commentaires:

  1. C'est mieux de prendre ces décisions que de continuer quand ça ne te motive même plus. Si le système actuel suivait ton exemple et celui de ceux qui font pareil à toi, je crois qu'on aurait pas la moitié des problèmes financiers et gouvernementaux qui nous incombent actuellement.

    RépondreEffacer
  2. As-tu remarqué que le mot fardeau apparaît 2 fois. Ce n'était même pas voulu!

    RépondreEffacer
  3. Je n'avais pas remarqué, mais puisque tu le dis, ça doit bien vouloir dire que tu avais vraiment besoin de faire ce coup de balai...

    RépondreEffacer
  4. Le fardeau des finances du hockey est que le capitaine doit verser 3 chèques à la ligue pour payer l'inscription et ensuite demander au reste de l'équipe de rembourser. Dans ce cas-ci, ça a bien été, mais ça m'est arrivé qu'un gars m'a niaisé toute une saison.

    Pour l'écriture, je ne trouve plus la pertinence de passer des heures devant l'écran, des mois devant un texte, pour recevoir un non.

    RépondreEffacer
  5. C'est dommage d'abandonner l'écriture. Ce qui est souvent salutaire, c'est de faire une pause plus ou moins longue pour retrouver l'envie et laisser le temps aux idées de se régénérer.

    RépondreEffacer