samedi 24 décembre 2011

Mexique - Les derniers jours

Nous avons passé les derniers jours à l’hôtel. Nous poirotions sur la plage et autour de la piscine tentant de prendre quelques couleurs autres que le blanc verdâtre que l'hiver québécois laisse à notre peau.

Nous nous dirigeons sur la plage vers 9h30. Nous remarquons qu’une série de chaises longues couchée sur le côté fait un mur pour cacher quelque chose. Beaucoup de monde, dont des gens de l’autorité mexicaine, s’active autour.

Ne nous préoccupant pas de cette affaire, moi et ma copine prenons des photos de la mer des Caraïbes, les deux pieds dans l’eau. Aujourd'hui, les vagues sont importantes et assez violentes.

La curiosité étant ce qu’elle est, je tourne la tête vers l’endroit interdit et remarque deux jambes étendues cachées par des serviettes de plage.

« Ça ne peut pas être ce à quoi je pense. », me dis-je.

Nous nous éloignons de la plage et après une courte recherche, nous trouvons des chaises pour nous étendre au soleil. Quelques instants plus tard, la policia municipal apparaît avec leur mitraillette au cou. C’est donc plus grave que je le croyais.

Il y a des Québécois un peu partout. J’entends des bribes de conversations.

Ce matin, trois personnes se baignaient sans surveillance d'un sauveteur. Vers 9h, au début du quart de travail de ce dernier, ces trois individus, 2 hommes et 1 femme, ont des difficultés à revenir sur la rive. Les vagues n’ont pas diminué et si le sauveteur saute à la mer les secourir, il serait agrippé et descendu profondément dans l'eau. N’importe qui en difficulté dans l’eau agirait ainsi.

Il tente donc de leur lancer la bouée de sauvetage. Trop courte, des nœuds diminuent la longueur de la corde. D’autres clients viennent aider le pauvre lifeguard qui devait se dire qu’il aurait mieux fait de rester couché ce matin.

Le groupe sort deux des trois baigneurs en difficulté. D’après la rumeur, et là c’est le jeu du téléphone arabe ce que je vous raconte n’est peut-être pas la vérité, le troisième baigneur, un homme corpulent dans la soixantaine, revenait par lui-même sur la plage. Les vagues venaient lui lécher les mollets quand, soudainement, il s’est affaissé dans l’eau, victime d’une attaque cardiaque. Il est décédé. La noyade reste toujours une hypothèse.

Les deux jambes que j’ai vues sous les couvertures étaient bien ce que je refusais de croire : celle d’un individu décédé. Cela faisait environ 2 heures que la tragédie était arrivée. Avec une civière (identique à celle utilisée lors d’une partie de hockey, mais sans les roulettes), le corps est attaché et recouvert de quelques nappes. Après quelques pas, les 4 hommes  manquent échapper le cadavre. Ils ont dû s’y prendre à 6 et faire de fréquents arrêts pour l’amener vers un véhicule motorisé. J’ai vu un bout de bras et de bedaine grisâtres. Ouf, assez morbide comme début de journée.

Nous avons pu nous baigner qu’à notre arrivée le dimanche et le lundi. Personnellement, et je ne suis pas peureux dans l’eau, mais je trouvais les remous trop fort pour m’y risquer. Merci la méfiance!

Les autres journées ont été plus tranquilles.




Le jour du départ, nous avons été avisés que nous partirions plus tard. Nous avons profité de quelques heures de chaleur avant de quitter avec 4 heures de retard pour l’aéroport de Cancún.

Donc, voici mes conseils si vous voyagez au Mexique ou dans un pays semblable :

1- N’utilisez pas Westjet, leur service est à chier. Ils mentent. Le lendemain de Chichen, ma conjointe a voulu discuter avec notre organisatrice. La fille de Bestday, leur associé dans les excursions, lui réponds que l’organisatrice est en congé. Qui ne vois-je pas arriver 5 minutes après? L’organisatrice! Je me suis levé et je lui ai parlé. Elle n'avait rien à foutre de mes commentaires. Cette femme nous avait demandé d’utiliser Bestday au cas où un problème surviendrait, cela serait plus facile à régler. Pourtant, lorsque ma blonde est retournée la voir le lendemain, elle était encore absente. Elle lui a laissé un message et jamais eu de retour d’appel.

Sans oublier que les hôtes et hôtesses de l’air dans les avions ne parlent pas français dans des avions en direction de la ville de Québec où il y a environ 99% de francophone. Je ne suis pas un maniaque du français partout, mais il me semble que c'est illogique d'avoir que des anglophones dans un vol vers une ville de langue française.

2- Évitez Bestday, ils sont là pour vendre, pas pour se soucier de vos tracas.

3- Si vous marchandez avec les Mexicains, renchérissez toujours à moitié prix de l'offre. Si vous ne voulez rien savoir, ignorez-les tout simplement. Il y a tellement de monde qu’ils vont aller quémander ailleurs.

4- Je n’aurais aucun problème à réutiliser les services de la chaîne hôtelière Iberostar.

Joyeux Noël!

2 commentaires:

  1. J'aime les changements que tu as apportés à ton blogue, c'est bien, ça fait plus lumineux et fun à consulter...

    RépondreEffacer
  2. Merci.

    Je suis resté dans les mêmes couleurs, mais j'ai changé un peu le look.

    RépondreEffacer