lundi 19 septembre 2011

L'été de 1939 avant l'orage - Jean-Pierre Charland

Après l'assassinat de la femme d'un médecin et député juif, le mari ayant été relâché faute de preuves, un richissime juif paie l'avocat Renaud Daigle pour qu'il enquête et trouve le coupable.

La guerre semble imminente en Europe. Au Québec, il y a beaucoup de Canadiens français sympathisants des régimes d'Hitler et Mussolini. La haine des juifs est de plus en plus présente. Lors de la messe dominicale, le clergé lance des propos contre le peuple israélite. À Sainte-Agathe, où Adrien Arcand et ses chemises noires ont tenu une assemblée, l'antisémitisme sévit presque partout dans le village où les chrétiens fuient et les juifs s'installent.

La folie qui s'empare des gens est étonnante. Les hôtels et restaurants chrétiens interdissent l'accès aux juifs. Les policiers mesurent la longueur des vêtements pour s'assurer qu'on ne voit rien d'autres que les genoux et les mollets, ces faits sont rendus avec précision et alimentent le livre en crédibilité.

À la librairie, (j'ai acheté la version numérique), Charland propose des livres basés sur l'histoire du Québec. L'auteur est historien est cela parait. Ce livre nous plonge directement au coeur de la triste histoire québécoise de la conservation de la race. Évidemment, l'église a eu son mot à dire.

Cette brique d'un peu moins de 500 pages se lit bien et ne se perd pas dans les mots et les termes incompréhensifs. J'apprécie le fait que ce livre demeure accessible à tous les lecteurs et les lectrices.

Un des aspects qui m'a titillé est ce narrateur omniscient un peu trop à mon goût. Souvent, après une déclaration pendant un dialogue ce narrateur vient renchérir la raison de cette affirmation. L'une des plus marquantes et après un passage sur les juifs d'Europe, le narrateur nous propulse vers 1942 lorsque la solution finale a été instaurée par les nazis. On est en 1939. Ces évènements vont se produire, en 2006 (année de publication de l'ouvrage), on le sait, mais pas en 1939.

Aussi, Nadja, la fille de 12 ans de Daigle, me semble un peu trop mature pour son âge. Elle lance des affirmations et des réflexions qui sont non-crédibles à mes yeux. Je peux me baser sur mon fils de 12 ans, mais si je veux comparer des pommes avec des pommes, à la fille de mon ex-conjointe par exemple, âgée de 14 ans. Répliquer en pleine face à un adulte, alors qu'elle accompagne son amie juive et les parents de celle-ci, en expliquant qu'il la répugne à cause de son racisme est, à mon avis, poussé par les cheveux. Plusieurs fois l'auteur oublie qu'elle a 12 ans.

J'ai adoré ce livre. J'ai lu sur les guerres, mais on nous trace toujours le portrait de l'Europe. Je comprends, ce continent a été dévasté 2 fois par les grandes guerre. Ici, en transposant l'action à Montréal et Sainte-Agathe, où il y a vraiment eu des actions contre les juifs (il y a 2 photos à la fin du livre) et en utilisant des personnages célèbres qui ont vécu à cette époque, on comprend que le Québec a aussi eu son histoire antisémite.

Acheter ce livre.

1 commentaire:

  1. J'ai été captivée dès le début de la lecture de ce roman.
    En effet, vous avez raison, Nadja (l'enfant de 12 ans),nous donne l'impression d'un enfant surdoué pour son âge.

    RépondreEffacer