lundi 29 août 2011

Pluie noire - Masuji Ibuse

Cinq ans après l'explosion de la bombe, la jeune Yasuko vit avec son oncle et sa tante dans un village proche d'Hiroshima où ils se sont réfugiés après la destruction de la ville. Gracieuse, intelligente et douce, Yasuko ne parvient pourtant pas à se marier. En effet, le bruit court qu'elle a reçu l'averse de pluie noire qui retomba sur tout l'ouest de la ville après que c'était élevé dans le ciel le monstrueux nuage atomique. Cette pluie était radioactive.

Voilà un livre qui révèle une partie sombre de la Seconde Guerre mondiale, l'attaque atomique sur Hiroshima. Ici, l'auteur traite de l'après-explosion parce que pour convaincre les gens que Yasuko n'a pas été atomisée, l'oncle pige dans le journal qu'il tenait en 1945.

La description des horreurs est à couper le souffle. Autant celle des maisons détruites par la bombe que les cadavres présents partout dans la ville. Par exemple, l'oncle aperçoit quelqu'un qui boit de l'eau dans la rivière. Il va le voir. C'est un cadavre figé dans cette position. Les macchabées flottent sur la rivière comme de la pitoune sur le fleuve! La peau noircie, rongée jusqu'aux os, le désespoir des citoyens est palpable.On voudrait prendre le prochain avion et les aider.

N'oublions pas les malades, ceux qui expirent dans d'atroces souffrances les jours après l'explosion de la bombe. Dans son livre, l'auteur rassemble diverses explications de témoins de la montée vers le ciel du champignon atomique ou du bruit de l'impact avant la destruction. Je vous le dis, tout y est, on s'y croit vraiment.

Il n'y a plus grand-chose qui fonctionne adéquatement à Hiroshima. Des structures gouvernementales dont les employés sont tous morts et l'immeuble détruit, un pont tient encore, décoré d'avis de recherche de père, mère, grands parents ou enfants à la recherche de survivants de leur famille, etc.

Un petit point négatif, en français, c'est compliqué à suivre. Fujita, Shizuma, Tashiro, Kobatake, ce lexique japonais alourdissait ma lecture. Je sais bien que si c'était des Tremblay, Smith ou Pappas, il y aurait un problème de crédibilité, mais en plus d'avoir des notes de bas de page pour expliquer la recette d'un repas (presque toutes à base de riz), ou pour informer d'un élément culturel propre au Japon, j'avais bien de la difficulté à rester concentrer longtemps chaque soir.

Quoi qu'il en soit, passionnés de la Seconde Guerre mondiale, voici un livre qui ne raconte pas ce que les Américains veulent bien nous dire avec Truman, Little Boy et l'Enola Gay, mais la misère du peuple victime des séquelles de la bombe atomique.

Acheter ce livre.

4 commentaires:

  1. De rien. Un film a été fait sur ce livre.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Pluie_noire_(film)

    RépondreEffacer
  2. Les auteurs japonais qui ont écrit sur la deuxième guerre et ses conséquences, mettons qu'ils décoiffent quand on est habitués à la version américanisée des choses. Cela dit, tu as probablement mis la main sur l'un des meilleurs livres à ce sujet.

    RépondreEffacer
  3. Les japonais n'ont pas laissé leur place. La torture et la malnutrition étaient monnaie courante dans les camps de prisonnier. Après la guerre, plusieurs anciens vétérans disaient qu'ils avaient mangé des insectes pour survivre et en comparaison avec les camps prisonnier allemand (pas de concentration, mais de soldats), ils auraient préféré les nazis. Mais la bombe atomique reste et restera la pire invention de l'histoire de l'humanité.

    RépondreEffacer