mercredi 13 juillet 2011

La porte d'Orphée - Tim Kring


En 1963, choisi comme cobaye, Chandler ingère une dose massive de LSD. Ceci développera des pouvoirs psychiques étonnants comme la lecture dans la pensée, créer des hallucinations et la prise de contrôle du cerveau d'autrui. Ces aptitudes sont convoitées par la CIA et les tueurs de la mafia.

Sous une toile de fond de la guerre froide, tout juste après l'élection de Kennedy, l'auteur, un scénariste expérimenté, a oublié qu'il écrivait un livre et non pas un film. Le récit, quoique bien ficelé, est lourd à suivre. Tellement que des fois je devais relire plusieurs fois le même passage pour être sûr de bien comprendre.

Kring nous présente des personnages historiques comme Fidel et Raul Castro et Saddam Hussein, la crise des missiles de Cuba, le communiste et leur président Nikita Khroucthev, les rumeurs d'infidélité du président américain, d'anciens nazis au service des États-Unis, l'auteur n'a rien oublié.

À plusieurs occasions, j'ai esquissé un sourire parce que Kring nommait un personnage connu (à ses débuts, bien sûr) dont il a fait la manchette ces dernières années.

Les revendications du peuple noir avec Malcolm X ou Martin Luther King expliquent avec précision la méfiance et le sentiment de confrontation avec les blancs.

Ce qui est lourd, c'est de bien suivre le mafioso, l'agent du FBI et Chandler. Nous sommes catapultés partout en Amérique et à Cuba tellement qu'on en perd le fil de l'histoire. Par exemple, Melchior, le méchant (un noir), essaie de paraître tough et impassible et ce n'est pas vraiment réussi.

Par contre, le petit côté science-fiction, celui du LSD, ses effets sur Chandler et l'utilisation de ses pouvoirs sont bien rendus. Cela a été long avant qu'il ne les utilise et que l'action commmence.

À mon avis, en film ou série, ce livre aurait beaucoup de succès, surtout chez nos voisins du Sud. Ce roman n'est pas mal raconté, mais pour moi, cela n'a pas fonctionné. Peut-être qu'un autre l'adorera.

Acheter ce livre.

1 commentaire:

  1. C'est le créateur de Heroes... et pas le premier à prendre ces expérimentations avec le LSD comme prétexte aux pouvoirs psy (King l'a fait dans Firestarter, entre autre).

    RépondreEffacer