mercredi 8 juin 2011

Les points en litige

Peut-être que vous en avez plein votre casse que je vous parle de la présente période de négociations, mais je vois tellement de commentaires désobligeants de gens qui ne connaissent absolument rien nos revendications et l'offre de Postes Canada, que je veux, par la petitesse de mon blogue, expliquer les points en litige. Voici quelques points importants.


  • L'employeur veut changer le programme de maladies actuel par un programme d'assurance invalidité de courte durée géré par un organisme externe (Manuvie). Postes Canada accordera 7 jours en congé personnel. 5 de ces 7 jours pourront être reportés l'année suivante ou payé en argent. La personne malade recevra une paie amputée de plusieurs centaines de dollars. Si Manuvie refuse la maladie, la formule actuelle ne permet pas au syndicat de contester par grief. L'employé pourra appeler de la décision, mais il pourrait arriver que ce soit le même agent qui examine le dossier. S'il a refusé la première fois, croyez-vous qu'il changera d'opinion la seconde fois? Il ne restera à l'employé que des recours judiciaires longues et coûteuses.
  • Les gens se demandent pourquoi le STTP demande un salaire, une pension et des avantages sociaux semblables pour les nouveaux employés. Ne croyez-vous pas que nous retournons en 1970 quand les femmes gagnaient moins que les hommes pour un travail identique? Au Québec, une telle clause protège les futurs employés, Postes Canada doit se conformer au Code canadien du travail et cette clause n'existe pas.
  • Avec l'arrivée de la poste moderne, le travail du facteur sera complètement transformé. La méthode à 2 liasses (poste-lettre dans la main et revue et grands formats sur l'avant-bras) provoquera des maladies professionnelles comme les tendinites, les bursites et autres. Sans oublier que les facteurs et factrices marcheront plus de 6 heures dehors chaque jour, le temps de tri éliminé grâce à la machine. Le STTP veut un plan concret en santé et sécurité pour protéger les membres. 
  • Un salaire décent, nous ne gagnons pas 26$ de l'heure. Nous sommes dans la classe moyenne et comme vous, l'impôt nous enlève la moitié de notre paie. Facile de dire que nous sommes des bébés gâtés quand la seule source d'information sont les journalistes. Méfiez-vous d'eux!


2 commentaires: