mardi 31 mai 2011

Brins d'éternité 29


Au royaume des aveugles – V.K Valev

Le peuple slovons a perdu la guerre contre l’Empire Wiching. Les 20 000 combattants slovons se font arracher les yeux sauf quelques-uns. Douze ans plus tard, Hrabar à la robe noire désire apprendre la magie et combattre l’ennemi. Il saisit l’occasion de guider dans la forêt un groupe de magiciens et une vieille femme. Il souhaite en profiter pour développer son pouvoir.

Récit magnifiquement raconté, mais il manque d'éléments, de détails. Lorsque surviennent des combats contre des patrouilles Wichingans, Hrabar est toujours loin des événements et cela m’a déçu, voire frustré dans ma lecture. Ça m’a donné l’impression d’un genre de personnage à qui il n’arrive jamais rien et qui doit suivre la parade.

De plus, Hrabar semble passif, ne prend aucune décision, obéit strictement aux autres. Cette attitude le rend inintéressant. Le passage dans la forêt, qui conclut ce que Hrabar veut savoir, m’a donné le sentiment qu’il était là « pour être là ».
La fin est prévisible, mais j'ai trouvé que le déroulement est bien amené et garde notre intérêt jusqu’à la fin.

Major – Alexandre Lavertue

Le major Keenlee survit à l’atterrissage catastrophique de son astronef sur une planète inexplorée. En attendant les secours, il explore l’environnement d'une planète guidée par un satellite artificiel.

En 2482, cela fait longtemps que l’humanité répertorie les planètes habitables. Keenlee discute avec le satellite comme s’il s’agissait d’une humaine et l’aide avec sa survie autant pour la nourriture que pour échapper à un dangereux prédateur. Bonne idée!

Cette nouvelle de 23 pages m’a totalement hypnotisé. L’auteur décrit les lieux avec justesse et je dirais même que cela devenait poétique.

Chaque item est expliqué, peut-être trop même. Par exemple, l’uniforme M-5 m’apparait trop détaillé. J’aurais préféré que l’auteur apporte ces spécificités lorsque les caractéristiques de l’uniforme sont sollicitées. Ou encore, la description des tâches des 3 satellites semble superflue puisqu’un seul est utilisé pendant toute la nouvelle. Il aurait pu garder que S-3.

Peut-être que je me plains inutilement, parce que c'est une excellente nouvelle! L’exploration est bien démontrée avec justesse, l’ambiance, la faune et la flore nous est agréables et les rebondissements sont... lisez là, vous verrez bien!

Renaissance – Pascale Raud

Parce qu’il est obligé de le faire, un jeune homme parcourt un chemin inconnu en direction d’un lieu tout aussi inconnu. Où est-il? Où s’en va-t-il? Pourquoi tant de règlements? Et il n’a pas le droit de reculer.

Voilà une nouvelle qui nous accroche dès le début. L’auteure décrit le décor, sème l’ambiance et les exprime les émotions avec précision. Rien ne manque. Elle nous révèle tranquillement les infos que nous devons savoir, tout ça pour alimenter notre curiosité de vouloir connaître la suite. Ma lecture a été plus agréable sans, pour cette fois, la multitude d’adverbes que l’auteure a tendance à mettre dans ses histoires.

Champion chuteur – Jean-Pierre April

Suite à un accident simulé, un individu mène une enquête sur une nouvelle discipline et leurs vedettes nommées « les chuteurs ».

Idée autant farfelue qu’originale, j’ai trouvé la façon utilisée pour amener le personnage à enquêter sur les chuteurs était un peu tirée par les cheveux. Cependant, l’humour présent dans le texte, autant que certaines expressions typiquement québécoises m’ont bien fait sourire.

L’auteur exploite avec brio ce qu'est l’Internet et a, à sa manière, prouvé que n’importe qui peut devenir une vedette en créant un sport extrême ou complètement fou! Mais si ça marche et que les internautes en raffolent, c'est le succès, non?

Pour compléter, il y a une bande dessinée, des critiques littéraires et des articles. Brins d'éternité 29 manque de fiction, mais évidemment, avec la BD et une nouvelle de plus de 20 pages, ça prend de la place!

1 commentaire:

  1. Merci pour le commentaire, Benoit ! Pour les adverbes, tu as bien raison : je leur fais la chasse, mais ils reviennent au galop ;-)

    RépondreEffacer