lundi 11 avril 2011

L'actrice congédiée

Finalement, Samantha Ardente a été congédiée de son poste d'agente de bureau à l'école secondaire les Etchemins. Le direction de la commission scolaire considère sa double carrière comme nuisible à l'image de l'école. OK, elle n'a pas tort, mais cela méritait-il un congédiement? L'actrice conteste. J'espère que le grief (ou la poursuite, j'ignore la procédure qu'elle a choisi) sera gagné. Il y a des criminels qui ont reçu un meilleur traitement que cela...

Un autre choix s'offre à elle. Même si elle affirme le contraire, l'occasion est excellente pour lancer sa carrière aux États-Unis sur des sites comme BangBros ou Brazzers (2 des plus populaires). Elle pourrait en profiter pour « faire la passe ». D'ailleurs, les recherches sur le web prouve cette affirmation.

Je me trompe peut-être aussi, mais le cas Samantha Ardente est purement québécois comme Québec Sexy Girls voilà une quinzaine d'années...

D'ailleurs, lisez cet article fort intéressant d'un avocat réputé qui s'est prononcé à ce sujet.

Summum s'offre Samantha. Record de vente à prévoir?

10 commentaires:

  1. Oh shit! Je n'avais pas trop fouillé le dossier (et pas écouté les nouvelles de toute la semaine!) et je croyais qu'elle était prof! Être puritain sur la vertue d'une prof, fair. Mais congédier une agent de bureau pour ça, ça mériterait l'école de réforme avec le Marquis de Sade comme prof!

    RépondreEffacer
  2. Lorsque la nouvelle a éclatée, l'administration avait besoin d'un argument de poids pour le congédiment... malheureusement pour eux, elle devait faire un excellent travail car dans aucun des traités médiatiques il n'est fait mention d'un manque de professionnalisme, de mauvais travail ou d'un quelconque manquement.

    L'administration essaie de dire qu'ils sont plus catholiques que le pape, prétendant qu'il ne faut pas avoir de "double vie" du genre pour travailler en milieu scolaire. Je ne pense pas que ça soit vrai, surtout pas au 21ème siècle où cumuler deux jobs est presque devenu essentiel.

    RépondreEffacer
  3. Semble-t-il qu'elle ai déjà commencé à reçevoir plusieurs offres d'emplois en administration. Ça s'arrange pour elle.

    RépondreEffacer
  4. @Michel Peu importe, elle a été lésée.

    RépondreEffacer
  5. Peu importent les offres, le mal est fait... il est important pour le système, et ceux qui le gèrent, de reconnaître leur tort et pour cela, j'espère qu'elle ira jusqu'où elle peut pour le leur faire avouer.

    RépondreEffacer
  6. Moi ce qui me fait plus rire dans cette histoire, c'est que personne ne semble relever le fait que le jeune qui l'a dénoncée n'aurait même pas dû pouvoir accéder aux films. Hé, le porno, c'est 18 ans et plus! Personne le surveille ce jeune-là?

    Mais pour avoir travaillé dans une école (où je devais, sous peine de congédiement, cacher la fleur que j'ai de tatouée sur l'épaule), je suis pas du tout étonnée.

    RépondreEffacer
  7. @Gen Trop c'est comme pas assez. Les mini-jupes ou les camisoles n'ont pas leurs places dans les écoles. Un tatou, une fleur en plus, c'est exagéré.

    Pour le jeune, de la porn, si le jeune est débrouillard un tantinet, ce n'est pas ça qui est difficile à avoir!

    RépondreEffacer
  8. Quand elle a été engagée cette dame devait avoir un contrat dans lequel il devait être stipulé qu'elle ne devait pas avoir d'apparence de conflit d'intérêt. La CS devait y voir un manquement au lien de confiance, c'est pas 2e emploi qui devait faire défaut, mais le choix du 2e emploi. Disons que si elle avait eu un deuxième emploi comme vendeuse de produit Avon, ça aurait pas eu le même impact. Je ne suis pas certaine que j'aimerais savoir qu'une actrice porno travaille à l'école de mes enfants. C'est là que le bas blesse.
    Une commis de bureau dans la contruction, ou dans une shop, ça n'a pas le même impact si elle est actrice porno.

    RépondreEffacer
  9. @Isabelle Tu as raison sauf que je reviens avec mon argument de mon premier billet : la CS aurait pu la déplacer à des tâches où elle n'aurait pas eu de contact avec les étudiants comme, par exemple, au siège social de la CS.

    RépondreEffacer
  10. Oui, c'est vrai que le mal est fait même si elle peut encore avoir de la job en administration. Car elle a le droit de faire ce qu'elle veut de sa vie. C'est sa vie privé tout de même ! Mais le pire dans tout ça, c'est que le jeune, lui, ne semble pas avoir de conséquences suite à son geste. Oui, la porn c'est facile à trouver, mais me semble que les parents auraient pu voir à ce que leur fils ne puisse en voir. C'est le rôle des parents à voir à ce que fait leur enfant sur le net. Ils le disent assez: mettre l'ordinateur visible à tous (surtout à cet âge là) et non de lui avoir un ordi dans sa chambre où, justement, il n'y a pas de supervision. Contrôle parental, etc. Je dis ça pour la porn, mais c'est valable aussi pour le clavardage où certaines filles se font avoir par des inconnus qu'elles rencontres et ensuite...Trop tard. Voilà.

    RépondreEffacer