dimanche 3 avril 2011

La folie Samantha Ardente

Elle ne se prostitue pas et ne vend pas de drogues. Elle est actrice porno, ce n'est pas interdit par la loi.

D'accord, actrice porno dans une école, ce n'est pas la place.

Que la direction la déplace à des tâches administratives au siège social de la commission scolaire où elle n'aura pas de contacts avec les élèves et le tour est joué. On vient d'éliminer plusieurs articles dans les quotidiens!

Pauvre femme qui doit endurer cela juste parce qu'elle a choisi un sideline controversé.

Mais bon, toutes les raisons sont bonnes pour mettre la photo d'une jolie femme en première page!

D'ailleurs, le Soleil a écrit un très bon article à ce sujet.

10 commentaires:

  1. J'avais une super réplique, mais grâce à ce système électronique, Internet a effacé ma réponse.

    RépondreEffacer
  2. Voici une tentative de retranscription de ma réplique:

    En ce jeune 21ème siècle, il apparaît évident, plus que jamais, que les apparences sont aussi vitales que la structure sociale, au même titre que le matérialisme. Seulement, certains médias, conduits par un manque d'impartialité, on souvent tôt fait de dénaturer le statut choisi par ces femmes et hommes oeuvrant dans des domaines jugés moins classiques. Ces personnes ont, comme tout le monde, des besoins, des curiosités. Elles parviennent, de cette façon, à extérioriser ce que plusieurs autres ne font que réprimer.

    Parfois, l'aspect de l'argent n'est pas aussi anodin qu'on le croît. Pour une jeune femme comme Samantha Ardente, le fait d'être professeure n'est pas chose facile. Une très longue période (de deux à trois ans) de remplaçements à temps partiel est nécessaire avant de parvenir à un poste permanent. Il n'est donc pas surprenant que certaines personnes choisissent l'option de la double vie, ce qui n'en fait pas pour autant l'image douteuse véhiculée par les médias vautours.

    Les administrations scolaires impliquées, qui tentent de régler la situation au meilleur de leurs connaissances, démontrent cependant le gouffre d'un système hautement défectueux, qui a cessé d'évoluer depuis les années 80. Ainsi, il est impératif aux deux partis de se rejoindre et conclure une entente plutôt que de rester fermement sur leurs positions respectives, ce qui freine l'évolution sociale plutôt que de l'encourager (plusieurs commerces et services vivent ce problème avec des répercutions graves à prévoir dans un avenir rapproché).

    Il ne faudrait pas non plus condamner les personnes impliquées dans les administrations scolaires, mais plutôt s'arranger pour qu'elles se rejoignent sur un terrain d'entente pour ne pas heurter les deux partis, au détriment de règles inexistantes d'un système désireux de se procurer des Saints, qui, comme chacun le sait, ne sont pas plus Saint que je suis Africain.

    La nature enfouie en chacun de nous est un concept encore nouveau qui échappe aux règlements, puisque ceux-ci ont été écrits beaucoup trop tôt dans l'évolution, avant que ne soit suffisamment comprise la machine organique qu'est l'espèce humaine. La situation de Samantha Ardente n'est donc que la pointe d'un énorme iceberg qui s'apprête à frapper le Titanic des règles humaines, un bateau qu'il nous faut à tout prix redessiner si l'on veut évoluer au-delà de ces sordides apparences et des inutiles et graves conséquences en découlant.

    RépondreEffacer
  3. Rectification: Esbé77 a dit… « Pour une jeune femme comme Samantha Ardente, le fait d'être professeure n'est pas chose facile. »

    Elle est secrétaire.

    RépondreEffacer
  4. Oups... je voulais rectifier, mais j'ai passé par-dessus. Merci de la précision...

    RépondreEffacer
  5. Je me demande s'il y a quelque chose dans leur convention collection qui leur permet d'appliquer sur un poste dans une situation d'urgence. Sinon, faudrait une entente avec le syndicat pour lui permettre de le faire.

    RépondreEffacer
  6. Je trouve que c'est bien que tu ais laissé un mot à ce sujet.

    C'est le choix de la dame de décider d'avoir un tel emploi en sideline. Je trouve que ça a pris une telle envergure... Je n'approuve pas le renvoie du jeune homme. Est-il possible qu'il ne l'ait pas fait méchamment? On cache tous un petit secret et le jeune homme est parvenu à percer celui de la dame. Cependant, avait-il vraiment songé à ce qu'il faisait en publiant une page sur son compte sur facebook? Parfois, on pense pas loin à ce que nos actions peuvent engendrer sur internet. Je lui laisse le bénéfice du doute. Que sa page FB soit fermée, d'accord, mais qu'il soit expulsé en prime, je ne suis pas certaine que ça soit la bonne solution.


    (Désolée de mon irruption à une heure aussi tardive (trouve pas l'sommeil) :-P)

    RépondreEffacer
  7. @Gabrielle Ça me fait penser au cas de Tony Accurso avec Radio-Canada. D'après eux, Accurso avait participé à tous ce qui avait rapport avec le scandale de la construction. À chaque jour, la SRC parlait de lui. On fait pareil avec cette dame.

    Je crois qu'il les poursuit au civil.

    RépondreEffacer
  8. C’est asser étrange. Mais Il y a aussi le phénomène des élèves qui font des film de cul, comme cette élève québécoise qui a fait un video et qui s’est retrouvé sur le net, et que toute son école l’a vue.

    RépondreEffacer
  9. http://xa.yimg.com/kq/groups/73977153/sn/1741359599/name/pic_094.jpg

    RépondreEffacer