dimanche 17 avril 2011

Histoire de la Gestapo tome 4


Votre ami peut devenir votre pire ennemi.

Dans ce tome (c'est le seul que je possède et il était caché parmi bien des bidules au sous-sol), les auteurs racontent l'histoire des Français de la Gestapo en première partie et la fuite pour la survie lorsque la défaite du IIIe Reich était devenue inévitable en deuxième partie.

Ce livre date de 1971. Je n'étais même pas né quand il a été publié!

Première partie

Je ne relaterai pas tous les détails de l'enquête menée par les auteurs André Brissaud, Fabrice Laroche, Jean Mabire et François D'Orcival, je vous donnerai les éléments qui m'ont le plus marqué.

Henri Lafont, de son vrai nom Henri Chamberlain, était certainement l'un des français qui a collaboré à l'Abwehr, le service de contre-espionnage allemand. Il a fait libérer les pires criminels pour les engagés sous sa direction, exigeant de ses nouveaux protégés de l'appeler « Patron ». Son bureau était situé au 93, rue Lauriston. Les collabos avaient infiltré presque toute la résistance. Les membres de la résistante étaient souvent fusillés sans procès. Lafont possédait un pouvoir énorme et quand il donnait des ordres, les subalternes obéissaient.

La Gestapo française a aussi participé à l'invasion de la zone libre, fief de la résistance. Vichy était devenu qu'une marionnette (et encore le mot est grand), même que la chasse s'était déplacée jusqu'en Algérie. Évidemment, la Gestapo française a joué un rôle important dans la déportation des juifs vers les camps de concentration. À la fin de la guerre, plusieurs collabos ont été reconnus coupables et ont été condamnés à mort.

Deuxième partie

Les Russes sont aux portes de Berlin. Le IIIe Reich vit ses derniers jours. Bien des hauts dirigeants allemands tentent de fuir vers les pays neutres ou l'Amérique du Sud. Certains, comme Martin Bormann (qui s'est probablement échappé à bord d'un U-boat), ont réussi à fuir tandis que pour d'autres, il s'agissait que d'une question de temps pour être capturé et jugé.

Négociation de la sentence, suicide, chirurgie faciale, tous les trucs étaient utilisés éviter la prison ou du moins, alléger le temps d'incarcération. Des collabos virent soudainement du côté de la résistance prétextant avoir toujours cru en eux. D'autres, comme Lafont, ont accepté toutes les accusations sans broncher.

Peut-être que les ouvrages actuels dévoilent des aspects que les historiens ignoraient à l'époque, mais ce livre est bien expliqué, divisé en petits paragraphes courts et facile à comprendre. Je suis bien content d'avoir sorti ce livre de la poussière.

Acheter la série.

1 commentaire: