jeudi 17 mars 2011

Pas surpris, mais j'aimerais une bonne nouvelle dans les prochains mois

J'ai reçu un refus pour mon livre hier, mais je n'étais pas surpris, je m'attendais pas à ce que cette maison d'édition accepte toutes la violence et le sexe de mon roman de vampires.

Il n'y a, je crois, qu'une maison d'édition assez audacieuse pour me publier. Le refus n'est pas d'eux. Donc, je croise les doigts!

11 commentaires:

  1. Sacrament que t'es pas chanceux ! J'ai lu ledit livre et c'est excellent ! Pour la inième fois je ne comprend vraiment pas ce refus. J'avais bon espoir en ce projet de ta part. J'espère au moins qu'ils t'on laissé des commentaires constructifs et non la fameuse lettre circulaire. Tout ce que je peux te dire pour t'encourager c'est de ne pas lâcher. Celui que tu est en train d'écrire présentement et qui n'est pas fantastique, peut-être auras-tu plus de succès avec lui et par la suite, reproposer à l'éditeur qui te publiera ton roman de vampires. Enfin, je te le souhaite de tout coeur.

    RépondreEffacer
  2. Non, aucune explication, rien de rien.

    Je ne vais pas changer ma façon de faire pour entrer dans la masse, c'est ce genre d'histoire que j'écris. Ça va prendre une maison d'édition qui ose et un seul nom me vient en tête.

    Il y a toujours mon projet de recueil de nouvelles avec les personnages du même univers, écris selon mes humeurs et reclassé en ordre chronologique pour le lecteur qui, d'après moi, pourrait être intéressant pour un éditeur. Si ma nouvelle est acceptée, ça va me donner le boost nécessaire pour continuer. Surtout que j'ai déjà une troisième histoire d'écrite (qui demande un gros travail de réécriture, mais l'essentiel est là).

    Merci pour tes encouragements.

    RépondreEffacer
  3. Il ne faut pas changer ta façon de faire pour plaire à la masse. Que ce soit au niveau de l'histoire ou des dialogues. J'aime bien ce que King dit dans son livre Écriture:"La masse n'aime peut-être pas le terme merde, mais par moment il n'y en a pas d'autres: jamais un gamin n'a couru jusqu'à sa mère pour lui rapporter que sa petite soeur avait "déféquée" dans la bignoire. Il a pu employer diverses expressions, comme "fait caca" ou simplement "fait", mais "chié", j'en ai bien peur, est-ce qui lui sera spontanément venu à l'esprit."

    RépondreEffacer
  4. On revient toujours à la même chose. Les auteurs qui font vendre passent les premiers, c'est normal, les maisons d'éditions doivent faire de l'argent, du profit. Que recherche-t-elle au juste? Pourquoi un tel est bien, mais toi, c'est nulle? Le marché est petit aussi, ça n'aide pas. Pourtant, j'ai reçu de très bons commentaires d'un éditeurs sur ce roman, mais il m'a refusé, il a fermé ses portes quelques mois plus tard. Restons positifs!

    RépondreEffacer
  5. J'ai une analogie en lien avec le cinéma de nos voisins du sud: plusieurs préfèrent donner 270 millions à un réalisateur pour réaliser Superman Returns (en 2006) au lieu de se dire: pourquoi pas séparer ça en shots de deux ou trois millions et les donner à 135 réalisateurs potentiels? Au lieu de ça, ils ont eu un flop...

    Un jour, les auteurs confirmés, ça va, mais un autre jour, ça arrête.

    Je garde mes doigts croisés! Il y a trop de potentiel pour que ça ne marche pas!!!

    RépondreEffacer
  6. C'est sûr que c'est frustrant, mais en ce moment, j'ai tellement de tracas dans la tête, que j'ai vu la lettre et je l'ai décachetée juste pour « être sûr » et l'ai jetée à la poubelle. L'éditeur mentionnait sur son site qu'il n'expliquait pas un refus.

    Pourtant, je ne prends pas ce travail à la légère. Vous deux m'avez critiqué ainsi que d'autres gens expérimenté, dont l'un tient un concours actuellement, m'ont aidé au meilleur de leur connaissance.

    Les gens de l'atelier ont eu l'amabilité de m'aider avec ma nouvelle. Comme je l'ai dis, cet univers j'y tiens! J'ai réécris la nouvelle presque au complet. J'ai attendu quelques semaines avant de la soumettre et malheureusement, je l'ai envoyé 2-3 jours trop vite. Faut se faire confiance, j'ose croire que ce que je fais n'est pas que mauvais.

    Quoi qu'il en soit, je passe outre mes échecs et je regarde vers l'avant.

    RépondreEffacer
  7. Faut se retrousser les manches encore et encore. Tous les auteurs essuient des refus, qu'ils soient débutants ou non. Je me suis fait refusé deux manuscrits dernièrement, par des éditeurs que je connais. Je sais que j'entre bien dans leur politique éditoriale, mais ils n'ont pas aimé. Ça arrive, et ça arrivera encore!

    RépondreEffacer
  8. @Benoit : À ce que j'en sais, ça fait longtemps que tu travailles sur ce même univers. Peut-être qu'il serait temps que tu prennes un pas de recul, que tu travailles sur autre chose. Ensuite, tu pourras y revenir avec un oeil neuf et peut-être que ce qui dérange les éditeurs te sautera aux yeux.

    RépondreEffacer
  9. @Gen Mon roman n'est pas avec les personnages de cet univers. Je faisais le lien entre ma soumission à une revue de cette nouvelle et la soumission de mon roman aux éditeurs. Effectivement, je n'y touche plus depuis que je l'ai envoyé.

    RépondreEffacer
  10. Salut Benoît
    Tout écrivain a été refusé. Ca console pas forcément mais il y a quelques années, le journal français Le Monde avait envoyé les textes de grands auteurs à des éditeurs renommés et certains avaient été refusés !
    Voir un article sur un projet similaire
    http://www.suite101.fr/content/ledition-labsurde-et-beau-defi-a3181
    Comme quoi... :)
    Courage ! Persévère ! :)

    Lily

    RépondreEffacer
  11. @Mathieu Merci de tes conseils.

    @Lily Wow, spécial quand même!

    RépondreEffacer