mercredi 30 mars 2011

L'attente me tue

Détrompez-vous, ce billet n'a aucun rapport avec une réponse pour mes publications! Non, je suis tanné d'attendre que mon syndicat et l'employeur parviennent à une entente de principe (même si je n'y crois pas).

Pendant ce temps, les dépenses sont réservées aux premières nécessités (maison, bouffe, hydro, etc.). Impossible de prévoir un projet ou une rénovation. D'ailleurs, la compagnie qui a acquis le jumelé voisin de chez moi a mis la maison en vente. Les acheteurs potentiels ont tous le même discours, il faut changer la toiture. Comme vous pouvez le voir sur les photos de l'hiver 2007 (les maisons du quartier sont toutes identiques), le bardeau descend sur les côtés de la maison. Donc, si l'entrepreneur désire changer le toit, il doit s'entendre avec moi. Ça m'intéresse, mais le spectre de la grève me refroidit. Si je demande un prêt et je tombe en grève ou en lock-out quelques jours plus tard, je suis dans la schnoutte! J'aimerais tellement continuer ma routine sans me soucier de cela chaque jour...

Attendu que les négos vont mal.

Qu'il soit résolu qu'ils s'entendent opc!

1 commentaire:

  1. Tu connais l'adage dépassé: le temps guéri les maux... Aujourd'hui, ça ressemblerait davantage à: le temps empire tout ce qu'il peut, surtout avec des vautours dans les hautes-sphères. Ce n'est pas pour être pessimiste (quoique c'est inné chez moi), mais je pense qu'ils vont attendre le moment le plus opportun pour EUX, lorsque ça leur rapportera le plus possible.

    RépondreEffacer