dimanche 20 mars 2011

Je m'excuse

Mon blogue a, en moyenne, 50 visites par jour. Si je me fis à Tout le monde en blogue, quand j'ajoute un message, je monte, quand je passe une journée, ça descend en pente!

J'ai souvent des opinions tranchantes et de ces temps-ci, j'ai les nerfs à vif et je suis facilement irritable. Ça va passer. J'en conviens que mes avis ou mes frustrations peuvent irriter certaines personnes. Ça ne fait pas de moi un mauvais type pour autant.

Ce qui me frappe depuis quelque temps, c'est que des gens qui n'ont jamais consulté mon blogue viennent, après un évènement, vérifier si j'ai « Quelque chose à dire ». Pourtant, ils (ou elles) n'ont jamais lu un traître mot de mes récits ou de ce blogue. Subitement, là, ça les intéresse de savoir ce que je pense. Pourtant, quelques mois auparavant ils s'en moquaient (synonyme ici du mot que j'avais le goût d'écrire!).

Je m'excuse si ça me frustre de voir le gouvernement me vider les poches pour financer plein de programmes qui mériteraient de disparaître. Je m'excuse que la passivité québécoise me lève le coeur. Je m'excuse si ça m'enrage de subir les commérages d'une personne qui va directement influencer mon quotidien. Je m'excuse d'espérer moins d'État dans ma vie, de prôner l'utilisateur/payeur, de vouloir plus d'argent sur ma paie et la dépenser aux endroits que je juge nécessaire au lieu de la donner aux gouvernements pour qu'ils la brûlent dans des commissions bidons ou des trucs quelconques comme l'Amphithéâtre à Québec. Je m'excuse d'être sensible à l'avenir de mon fils, de ne pas prendre cela à la légère, d'être dégoûté par le coup de poignard que j'ai reçu d'une T.S., d'endurer les accusations de sa mère et malgré tout, de garder une bonne humeur relative. Je m'excuse d'être inquiet qu'une grève ou un lock-out éclate avec mon employeur, moi qui nourrissais l'espoir d'une convention collective négociée, avec la première offre déposée sur la table, je doute fort qu'on puisse y parvenir. Je m'excuse d'être outré par l'indifférence de certains confrères qui disent que tout ce que le syndicat fait c'est de la merde. Je m'excuse d'avoir laissé mourir l'amour que j'avais pour la conjointe avec qui j'étais depuis plus de 8 ans et qui quittera la maison à la fin du mois. Si j'avais parlé peut-être il y aurait eu arrangement (à quelques jours du départ, ces questionnements me chicotent). Je m'excuse d'être intolérant face aux assistés sociaux qui siphonnent l'argent de l'État (notre argent, parce que l'État ne crée pas d'argent neuf) même s'ils sont aptes à l'emploi, privant, du même coup, ceux et celles qui en profiteraient réellement et, avec un chèque plus élevé, auraient une meilleure qualité de vie. Je m'excuse de penser qu'un ami doit rester un ami même dans les situations les plus difficiles dans laquelle son petit ange et son petit démon se déchirent l'action à prendre et qui payent maintenant pour avoir pris la mauvaise décision. Je m'excuse de refuser de m'endetter jusqu'aux oreilles, de rembourser une dette à la fois avant d'en contracter une autre et ainsi, remettre à plus tard des projets dont certaines personnes auraient aimé faire immédiatement. Être solvable n'est pas, d'après moi, d'être fauché le lendemain que tu as reçu ta paie. Je m'excuse de penser différemment, de ne pas me tourner la langue tout le temps et ainsi créer des frictions parce que je rame presque toujours contre le vent populaire. Je m'excuse de froisser mes confrères de travail parce que je leur ai dit qu'ils brisaient leur job en courant pour livrer le courrier. Je m'excuse d'oublier des choses dont je devrai m'excuser.

Je m'excuse que vous lisiez mes humeurs sur ce blogue bien inoffensif, mais je vous raconte ma vie, avec ses avantages et ses inconvénients, ses victoires et ses défaites, ses changements et sa routine. Bref, je m'excuse de m'excuser.

3 commentaires:

  1. Ne t'excuse donc pas de t'excuser... Continue donc à faire les choses à ta façon, et qui t'aime te suive! :)

    RépondreEffacer
  2. Tout à fait d'accord avec Isabelle. Un blog est justement créé pour que tu puisses poser tes états d'âme et les partager avec ceux qui sont susceptible de visiter et même commenter le tout.

    S'ils ne sont pas contents, bien entendu, ils ont le droit de s'exprimer, mais t'excuser et être désolé de ne pas penser comme plusieurs moutons (je ne vise personne) est un exercice dans la futilité... ça reviendrait à dire que tu es désolé d'être qui tu es en faisant fi de ta propre personne, un affront en quelque sorte.

    RépondreEffacer
  3. Ces temps-ci, je passe par toutes sortes d'émotions et de questionnements et je trouve à la limite redondant de les exposer sur mon blogue puisque j'ai l'impression de courir après ma queue. Le temps fera son oeuvre, mais tant que je baignerai dans ma réalité actuelle, mon esprit sera hanté par les hésitations, le pardon et le manque de confiance. Merci de m'aider et de me comprendre!

    RépondreEffacer