lundi 7 février 2011

Le parcours du premier roman - Jean-Michel Barrault


Les aventures d'un nouvel écrivain dans ce monde qu'est la jungle de l'édition.

Étienne Caradet vient de terminer son manuscrit. Il est fier comme un paon et croit son oeuvre prête à être publiée. Ses amis, sa famille, tout le monde aiment ce que l'auteur en devenir a écrit. Sous les conseils d'un de ses professeurs qui a un contact dans l'industrie de l'édition, il soumet son manuscrit à cet endroit.

Alors, voilà, avec notre ami Étienne, nous passons par toutes les gammes d'émotions, toutes celles qu'une écrivaine ou un écrivain en devenir doit vivre quand il poste son manuscrit. Ne nous comptons pas de blague, nous croyons tous que ce que nous envoyons mérite d'être publié et qu'en modifiant quelques points et quelques virgules, nous apercevrons notre nom sur les meilleures tablettes! Erreur!

Ce que j'aime de ce livre c'est qu'il nous raconte la réalité en expliquant les motivations du marché, l'attente du public, les critiques des médias, etc. Par exemple, si Étienne croit vendre 10 000 livres et faire 100 000$ sur son produit, l'auteur nous sort les chiffres et décortique le pourcentage qui va à l'auteur, au libraire, au distributeur, à l'éditeur.

Étienne n'est pas toujours d'accord avec la direction littéraire. Étienne comprend vite qu'il est nouveau et puisqu'il ne souhaite qu'une chose, voir son nom sur les tablettes et vendre son oeuvre au public, il doit suivre les conseils et les exigences de l'éditeur. Pas le choix d'accepter ce qui s'en vient. Ça te varlope un égo ça, monsieur!

L'humour est présent dans tout le livre. L'auteur démystifie le beau monde de l'édition. Il m'a beaucoup aidé et je le recommande à tout le monde qui n'a jamais publié.

J'en profite pour remercier Christian Blanchet, un confrère de travail maintenant retraité qui rêvait de publier un roman, mais a dû se « contenter » de quelques nouvelles. Il m'a permis de lire ce qu'il avait fait dans la défunte revue Stop, thème : son choix était fait et du même coup, j'ai pu lire celle de Daniel Sernine (désolé le titre m'échappe)!

Acheter ce livre!

1 commentaire:

  1. Maudite bonne idée que d'avoir écrit ce livre. Ça m'aurait évité de frôler l'arrêt cardiaque et de penser que j'étais la pire des nulles la première fois que j'ai reçu des corrections de direction littéraire! lol!

    Heureusement, maintenant il y a les blogues pour démystifier tout ça, mais c'est vrai qu'un livre papier, c'est plus accessible.

    RépondreEffacer