lundi 14 février 2011

La part de l'autre - Eric-Emmanuel Schmitt



Et si Hitler avait été accepté à l'Académie des Beaux-Arts de Vienne, l'Histoire aurait-elle été différente?

L'auteur a écrit un récit d'un Hitler ami des Juifs, qui fait l'amour à toutes les femmes qu'il rencontre, qui a des sentiments amoureux et plus tard, des enfants! Il vend des toiles, aide ses amis, ne comprend pas l'antisémitisme, etc. Il a été mobilisé lors de la Première Guerre mondiale et son commandant, un juif, lui a fait remettre une médaille. Adolf H. (c'est ainsi que l'auteur l'écrit quand il parle du Hitler virtuel) apprécie ce geste et l'homme.

J'ai lu 4 ou 5 ouvrages parlant d'Hitler, je sais comment il a trouvé ses motivations pour accéder au pouvoir et comment sa haine des juifs est née. Ici, l'histoire est constamment entrecoupée de la vraie origine et de celle inventée. Dès le début, cela m'a titillé. Quand je recommençais la lecture après quelques jours, le fait de devoir me taper une dizaine de pages de la vraie histoire m'éloignait de celle qui m'intriguait.

D'ailleurs, de voir Hitler coucher avec tant de femmes, flirter, participer à des soirées mondaines, rencontrer Freud pour comprendre pourquoi son blocage avec les femmes a créé un certain malaise chez moi. L'auteur ne s'en cache pas, c'était le but recherché. Plusieurs de ses amis faisait des pressions pour qu'il n'écrive pas ce livre. Il parle du déroulement de son projet pendant les 30 dernières pages.

Le livre aurait pu être coupé de moitié. Au pire, l'auteur aurait pu le séparer en deux, première partie : Adolf H. accepté à l'Académie, deuxième partie : Hitler, le führer. Schmitt n'a rien oublié sur les relations du dictateur. Geli, sa nièce qu'il était amoureux et qu'il voulait épouser, est présente. Le livre que j'ai lu à ce sujet apporte beaucoup de crédibilité à l'histoire. Je commence aussi à comprendre pourquoi Alexandre Najjar, auteur de Berlin 36, m'a dit qu'Hitler était mou avec les femmes. En fait, l'homme avait une peur bleue des femmes, elle le répugnait. L'acte sexuel, pour lui, était un échange de fluide dégoûtant, il devait rester pur, c'était son avenir et celui de l'Allemagne.

Un bon livre qui aurait été meilleur si l'auteur avait concentré ses efforts sur l'aspect Adolf H. Maintenant, je dois trouver un livre qui parle de la relation d'Hitler et des femmes. Avez-vous des titres à me suggérer?

Acheter ce livre.

3 commentaires:

  1. L'idée était de jouer sur le contraste. Il fallait montrer le côté Hitler, la part de l'autre. Sinon, l'exercice était un peu inutile.

    Ou est l'émotion de lire Adolf si on n'assiste pas en parallèle au monstre, à la troublante réalité de ce qu'il a été versus ce qu'il aurait pu être.

    RépondreEffacer
  2. Effectivement, il faut lire les 2 personnalités pour comprendre comment un et l'autre est différent. Dans ce livre, ça devenait agressant, il t'oblige à suivre 2 histoires quand tu t'attends à lire celle qui a été inventée.

    Peut-être que ceux et celles qui n'ont jamais lu sur Hitler vont trouver cela pertinent, pour moi, c'est redondant.

    RépondreEffacer
  3. J'ai trouvé un livre intitulé Les femmes d'Hitler, je vous reviens avec cela!

    RépondreEffacer