jeudi 9 décembre 2010

Maman poule

La mère de mon fils est arrivée 30 minutes en retard au rendez-vous au CLSC. Évidemment, elle avait une bonne raison, elle a toujours une bonne défaite pour participer le moins que possible (c'est mon impression) et je trouve cela bien dommage.

Donc, la dame que nous rencontrions nous a fortement suggéré de laisser un peu de corde à notre fils. Survint alors une réponse que je n'attendais pas : « Va falloir que je me fasse à l'idée! » Quoi? Une maman poule?

Ça fait deux ans que je dis que mon gars est assez grand pour marcher 10-15 minutes après l'école, qu'il n'a qu'une côte à monter. Depuis la maternelle, même certaines journées où il devait aller chez sa mère, j'étais obligé de lui faire un lift pour l'amener chez sa mère... Quand elle ne pouvait pas le déposer à l'école, elle payait le taxi...

La raison? Simple, elle demeure sur le territoire d'une autre école donc « c'est loin ». Malgré tous les événements, je me suis battu pour qu'il reste à la même école.

D'après moi, ça va lui faire le plus grand bien de marcher un peu. Il est capable de le faire. Je parlais avec un confrère de travail et il m'expliquait que les mères avaient plus de misère à laisser leur garçon et les pères, leur fille.

Les mamans et les papas qui me lisent, si vous avez un enfant en 5e ou 6e année, avez-vous cette réticence? J'ai une école primaire sur ma route de facteur et à l'heure du dîner, je vois des enfants plus jeunes que le mien (et de beaucoup) marcher pour aller dîner à la maison. Même moi, à son âge, j'allais chez moi pour le dîner et je marchais le trajet.

Mon gars manque d'autonomie, je le sais. Depuis quelques mois, quand il ne voulait pas participer à nos activités (c'est-à-dire presque tout le temps) nous le laissions à la maison. Ce n'était pas vraiment dangereux, il restait dans le sous-sol et jouait à l'ordinateur.

Hier, quand j'ai été le porter chez sa mère, j'ai jasé avec elle. Elle m'a dit vouloir attendre après les fêtes. J'ai insisté pour commencer tout de suite, il fait plus froid en janvier. Je n'ai pas eu de réponse. Finalement, elle m'a appelé pour me dire qu'aujourd'hui, fiston allait faire le chemin entre l'école et la maison. C'est lui qui l'a demandé. Il faut se déniaiser le secondaire commence dans quelques mois... beaucoup de travail en perceptive.

9 commentaires:

  1. ?!?!? Je ne comprendrais jamais comment on peut ne PAS laisser un enfant d'un dizaine années marcher seul pour se rendre à l'école.

    Ça explique les ti-pit de secondaire 1 pas débrouillards pour deux cennes que j'ai eu dans mes classes par contre :(

    Oui, les mères ont tendance à surprotéger les garçons et les pères les filles (quoique les pères, c'est plutôt vers 14 ans qu'ils se mettent à couver! :p ), mais un moment donné, si on veut que les enfants se prennent en main, faut leur laisser la chance de le faire.

    Oui, oui, je sais, je vais me faire dire que c'est facile, que j'ai pas d'enfant. J'en ai eu 250 pendant un an, ça compte-tu un ti peu?

    RépondreEffacer
  2. Même si tu n'as pas d'enfant, tu as pu en observer 250 pendant un an, ce qui n'est rien. Tu as découvert certains comportements des parents qui nuisent aux enfants (comme celui d'empêcher un enfant de marcher de la maison à l'école et vice-versa).

    Pour éviter les chicanes, la plupart du temps je me tais et garder mes opinions pour moi. Je me suis tellement engueuler avec cette femme que j'ai autre chose à faire que de gâcher ma journée à cause d'elle. Par contre, il faut tenir compte du retard d'autonomie et maturité que notre garçon a prit à cause de cela.

    Le fait qu'une inconnue ait suggéré cela pèse plus dans la balance que mes arguments.

    RépondreEffacer
  3. @Benoit : L'inconnue étant "neutre", je suppose que c'est normal que ton ex l'écoute plus que toi.

    J'ai souvent joué à l'élément neutre entre mes deux parents, alors je sais de quoi je parle! :p

    Dans tous les cas : tant mieux pour ton gars!

    RépondreEffacer
  4. Je marchais pas mal plus que ça pour aller à mon école, mais je dois dire que j'étais la 3e alors les parents sont plus relax ;) On a intérêt à se bouger les fesses un peu!

    RépondreEffacer
  5. Wow il était temps que la mère de ton gars se déniaise. Déjà que, comme tu le dis, elle ne semble pas participer bien fort à certaines activités, il était vraiment temps qu'elle lui laisse un peu de corde, chose que mes parents faisaient depuis la première année dans mon temps... me voilà déjà à radoter... les cheveux blancs s'en viennent :)

    RépondreEffacer
  6. Personnellement, j'habitais à quinze kilomètres de mon école primaire, alors je ne peux pas dire pour mon primaire. Au secondaire, par contre, même si j'habitais assez loin pour prendre l'autobus (1,5 à 2km), je faisais le trajet en marchant. Même chose au cégep et à l'université. Et si je travaillais dans la ville où je vis, c'est certain que je marcherais.
    Pour ce qui est de ma fille, qui n'a pas encore l'âge d'aller à l'école, je ne sais pas à partir de quel âge je vais la laisser revenir seule. À Montréal, ma soeur a été enlevée à l'âge de 8 ans, et ce, même si elle prenait l'autobus, alors je me dis que c'est par de marcher qui change ça. Sinon, il suffit que l'enfant soit conscient des règles à respecter en tant que piéton (et en tant qu'enfant) et tout ira bien.

    RépondreEffacer
  7. Je constate que j'aurais dû insister pour laisser plus d'autonomie à notre enfant. Vous savez, ce n'est pas facile quand vous êtes séparés et qu'un des parents ne prend pas les démarches au sérieux.

    À la deuxième rencontre à l'hôtel-Dieu-de-Sacré-Coeur (un institut pour l'aide aux enfants à Québec), j'étais seul, j'ai dû courir pour terminer mon travail (cette journée-là, pour faire du mal, il y avait un volume très élevé) parce qu'elle disait commencer un nouvel emploi. Entre vous et moi, ce n'est pas parce que je travaille à la place depuis 12 ans (hier je fêtais!:-S) que je peux faire le cave et m'absenter quand cela me tente. Surtout que l'assiduité est l'un des aspects que mon employeur désire taper dessus en 2011.

    Lors d'un rencontre avec tous les intervenants à l'école, encore là, j'étais le seul parent.

    J'aurais aimé avoir la garde partagé 50-50, mais mon horaire (je commence à 6h30) ne me le permet pas et en cour, mon avocate voulait plaider que la nuit, ce n'était pas une « période de vie » chez la mère. On avait éplucher l'école, le Patro et les activités connexes afin faire monter le % en ma faveur.

    Mais bon, je ne me plains pas du résultat, j'ai gagné un excellent point en retournant en cour, celui de faire cesser les multiples déménagements aux 4 coins de la province. Un enfant problématique a besoin, d'après moi, de stabilité. Bref, si elle quitte hors de la région de Québec, il s'en vient chez moi.

    Pour cette raison (qu'il dort chez elle la semaine, surtout que le dodo semble problématique là aussi(trouble d'anxiété)), elle doit être présente, écouter les conseils et informer les intervenant(e)s de ce qu'elle vit à la maison.

    Comme pour l'écriture, ça n'avance pas vite, mais chaque pas et un pas à l'avant.

    RépondreEffacer
  8. Primo, t'es pas séparé!
    Deusio, toi et Mélanie n'avez pas le même caractère que moi et Julie.

    Déjà là, c'est une grosse différence.

    RépondreEffacer