lundi 8 novembre 2010

Titanic 2012 - Christophe Lambert



Pour commémorer le centième anniversaire de la tragédie (14 avril 2012), un milliardaire a fait construire un hôtel et un musée 3800 mètres sous la mer permettant aux touristes de voir la célèbre épave.

Réglons d'abord la première question : l'auteur. Non, ce n'est pas la vedette de la série Highlanders, mais un auteur de science-fiction français. Je commence avec cette précision puisqu'il le fait lui aussi au début de son roman.

Ce livre n'est pas récent, il date de 1999. On parle largement du film de James Cameron et de l'acteur Leonardo DiCaprio.

L'auteur a tenté de créer divers outils qui pourraient exister 13 ans après la sortie de son livre. Malheureusement, à deux ans de la vraie date, j'ai plus le goût de rire que de dire qu'il était visionnaire. L'auteur invente à profusion des noms d'appareil futuriste dont certains ne sont plus utilisés depuis des années. Exemple : un walkman laser (lecteur mp3, qui écoute de la musique avec un discman?), mondovision (pour la télévision mondiale), data disc (pour disquette), databloc (iPad?), etc.

Par contre, Lambert a un sacré talent de vulgarisation. Je n'étais pas perdu dans les termes techniques de physique ou de construction. Plusieurs dessins bien détaillés venaient appuyer ces explications. La deuxième partie du roman est entièrement consacrée aux détails du Coeur de l'océan (le nom du projet) et quoique cela peut sembler très utile et crédible, je me demande si cela était nécessaire.

Évidemment, il y a des méchants qui ne veulent pas que le projet aboutisse. J'aurais préféré que l'auteur se concentre sur ses personnages et sur les rebondissements. J'ai eu l'impression que Lambert a mis des méchants parce qu'il devait en mettre, sur ce, l'effet est raté.

Après chaque lecture d'un roman au narrateur omniscient, je comprends de mieux en mieux pourquoi mon professeur (Élisabeth Vonarburg, pour ne pas la nommer) insiste pour qu'on utilise un narrateur aligné sur un personnage. Dans la première partie, j'étais complètement perdu dans les personnages. Qui faisait quoi? Qui allait où? Qui se faisait payer pour accomplir quoi? À chaque chapitre, l'auteur me lançait dans les bureaux ou la maison d'un nouveau personnage et ce n'était pas facile à suivre.

Par contre, à la troisième partie, quand l'action commence vraiment, on veut savoir comment ça va finir. Je suis resté accroché aux pages et j'ai lu ce livre en 3 jours. L'action est bien menée.

Pour vous faire une idée, c'est Jurassic Park, mais avec le Titanic. C'est l'océan la menace au lieu des dinosaures. Beaucoup de films ou de chansons vieillissent mal, c'est le cas de Titanic 2012. Un bon divertissement quand même.

4 commentaires:

  1. Christophe Lambert est une machine à publier. Le gars sort deux ou trois bouquins par an depuis plus de dix ans. Il écrit dans tous les genres autant en littérature jeunesse qu'en adulte. Prolifique est le mot qui convient, je crois.

    RépondreEffacer
  2. C'est drôle, avec ta critique, je ne sais même pas si je veux le lire... Ça m'a l'air bon tout en ayant l'air moyen. Que penser ?

    RépondreEffacer
  3. @Less Faudrait que je lise un roman plus à jour pour avoir une bonne idée du gars. 13 ans en arrière, ça parait.

    @Carl Essaie-le, c'est la meilleure façon de se faire une idée. Peut-être pourras-tu le trouver à la bibliothèque.

    RépondreEffacer
  4. Après avoir lu ta critique, je dois dire que mon envie de lire ce roman est pratiquement nulle.

    Je ne suis pas fan des romans qui, à priori, prennent un sujet qui appartient à la sci-fi: l'humanité, du moins il me semble, n'est pas encore rendue à cette profondeur et même en 2012, je ne pense pas que ça sera très possible.

    Utiliser une recherche que je qualifierais de "intuitive" pour créer les conditions nécessaires à l'écriture de son roman, apparaît comme difficile de vendre son idée, surtout partant du fait qu'il fait beaucoup de liens avec le film de Cameron.

    Tant qu'à y être, pourquoi ne pas écrire une suite au Dracula de Bram Stoker?... ah, on m'apprend que ça existe déjà... misère.

    RépondreEffacer