vendredi 12 novembre 2010

Seul dans le noir - Paul Auster



Un vieillard, August Brill, critique littéraire à la retraite vit, depuis la mort de sa femme, dans la même maison que sa fille et sa petite-fille. Il raconte sa vie en utilisant une histoire parallèle.

Owen Brick se réveille dans ce monde parallèle où l'Amérique a de nouveau fait sécession et où la guerre sévit une seconde fois. Cette histoire, c'est le grand-père qui la raconte alors qu'il souffre d'insomnie.

L'auteur se promène avec aisance d'un monde à l'autre. L'aventure est entrecoupée des souvenirs du vieillard. Intéressant, bien monté, j'aimais vraiment cette Amérique qui n'a pas connu la guerre en Irak, le 11 septembre 2001, l'ancien président Georges W. Bush (il est là, mais occupe une autre fonction). Et surtout l'idée que si Owen Brick veut revenir dans sa réalité, il doit assassiner l'auteur!

Finalement, Brill termine brusquement son histoire. Katya, sa petite-fille qui a le sommeil agité depuis la mort de son mari entre dans la chambre de son grand-père. Et là, jusqu'à la dernière page, il nous raconte ses péripéties avec sa grand-mère. J'ai trouvé ça pénible, parce que j'appréciais beaucoup ce monde parallèle.

C'est un roman qui se lit bien, intéressant, mais sans plus. J'ai trouvé que les infos utiles à comprendre la tristesse des trois personnages (Brill, Miriam, sa fille et Katya, sa petite-fille) étaient concentrées dans une vingtaine de pages. J'ai trouvé que ça manquait de coconsistance et d'actions. Comme je me le fait reprocher pour mes propres histoires, c'est trop long avant qu'il se passe quelque chose.

Acheter ce livre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire