dimanche 14 novembre 2010

École publique (suite)

Je reviens sur le sujet, mais avec une école secondaire. Pendant ses dernières années au primaire, la fille de ma conjointe participait à un programme de volleyball. Elle apprenait comment recevoir le ballon en manchette, le retourner en touche et faire les 3 passes avant de lancer le ballon chez l'adversaire. Seule différence avec un vrai match : lors du service, les filles devaient arrêter le ballon avec leurs mains et le relancer dans les airs en direction d'une coéquipière.

De plus, j'ai jasé avec ce professeur d'éducation physique. Il m'a avoué qu'il menait ce projet par passion et après les cours. De plus, il pensait comme moi sur bien des sujets vis-à-vis le temps et l'argent dédiés aux sports.

Il a recommandé à ma conjointe l'école Jean-de-Brébeuf où il y a une concentration volleyball (à ne pas confondre avec un programme sport-études). Les premiers doivent pratiquer minimum 3 fois par semaine, le deuxième, je l'ignore, mais c'est beaucoup moins.

En secondaire un, les filles dominaient déjà. Alors imaginez une année de plus...

Il a recommandé l'école Jean-de-Brébeuf où il y a une concentration volleyball (à ne pas confondre avec un programme sport-études). Le premier doivent pratiquer 3 fois par semaine, le deuxième, je l'ignore, mais c'est beaucoup moins.

Hier, je suis allé voir une petite compétition entre quelques écoles. J'étais impressionné par le jeu des filles. Service précis en lançant le ballon au-dessus de la tête, smash, saut au filet, esprit d'équipe (cris d'équipe, chanson, rythme (vous devriez les voir frapper dans les mains et taper du pied lors d'un arrêt de jeu). Elles sont trop fortes et de beaucoup. Chaque partie s'est terminée par un massacre! On les entendaient dire que c'est plate.

Je dois vous avouer que les filles sont en shape! On oublie le gras. À part quelques petites joueuses (qui n'empêchait en rien la qualité de leur jeu), toutes les filles ont des jambes musclées. Je sais que la semaine, elles pratiquent l'entrainement physique pour améliorer le cardio.

La nôtre participe à des compétitions provinciale d'athlétisme au PEPS.

J'ai vu l'entraineur, une dame qui adore ce qu'elle fait et ça parait, parler aux filles après un mauvais jeu. Et là, tu écoutes! Si elle dit bleu, t'as pas intérêt à dire rouge!

Je veux bien croire à l'importance d'avoir son derrière assis sur une chaise et d'écouter un professeur expliquer sa matière, mais on dira ce qu'on voudra, le sport est une belle façon d'entretenir nos jeunes.

J'essaie d'encourager le mien à jouer au football l'an prochain. L'école secondaire où il risque d'aller a fait construire un terrain et des installations cet été. Il est costaud et grand, mais il manque de coeur. Je suis certain que l'activité physique l'aiderait. Dommage.

2 commentaires:

  1. Heu... je crois que le billet a besoin d'une tite relecture ;) y'a des bouts en double.

    Sinon, je suis d'accord avec toi : le sport est excellent pour motiver les jeunes et les garder en forme. À condition d'en trouver un qui leur plaît.

    J'ai passé mon secondaire dans une école où on avait plusieurs programmes de sports-études (dans mon temps, ça voulait dire 5 heures de pratique par cycle de neuf jours), mais uniquement en handball, en volleyball, en basquet et en tennis. Bref, toujours avec un ballon ou une balle. Or, moi j'suis pourrie avec un ballon ou une balle. J'ai donc passé mon secondaire à détester le sport. Heureusement, j'aimais quand même l'école.

    Puis j'ai découvert les arts martiaux. Les avoir découverts avant, j'aurais été pas mal plus en forme et moins stressée, mais bon.

    Alors bref, pour ton gars, essaie de lui faire essayer le plus de sports possibles. Si tu tombes sur un qu'il aime, ça lui donnera sans doute le coeur de s'y impliquer.

    RépondreEffacer
  2. Oups, blogger a fait des caprices ce matin et je n'ai pas tout vu. Merci!

    RépondreEffacer