mardi 26 octobre 2010

L'impression d'écrire pour rien

J'ai des idées pour la suite de mon roman. Sauf qu'il n'est pas publié. J'attends des réponses. J'ai déjà une quinzaine de pages d'écrites et je prends beaucoup de notes pour ne pas oublier ces idées.

Ce qui me titille c'est justement le fait que cette histoire ne servira à rien si la première n'est pas publiée et rien n'est gagné d'avance. Geneviève a écrit ceci sur son blog. Difficile de trouver un juste milieu.

Comme elle me l'a conseillé, je ne copierai pas le courriel de refus (même si je ne crois pas que cela dérangerait cet éditeur). Je demeure positif. J'ai confiance.

Malgré tout, j'ai l'impression que ces pages sont perdues tant et aussi longtemps que mon premier ne sera pas édité.

18 commentaires:

  1. C'est sûr que c'est le danger avec les histoires à suite. Si tu places jamais le premier, t'es fait.

    J'espère juste qu'on t'a donné des critiques plus claires que celle que j'ai reçu! lol!

    RépondreEffacer
  2. Les pages sont perdues si tu écris dans le seul but de publier.

    Donc : pourquoi est-ce que tu écris?

    RépondreEffacer
  3. J'écris parce que j'aime ça. Qu'on le veuille ou non, inconsciemment, le but à atteindre est la publication. C'est toujours valorisant de savoir que notre produit est bien.

    je crois que quelqu'un qui joue de la musique veut être écouté, celui qui écrit veut être lu et celui qui écrit des scénarios de films veut être vu.

    Cependant, il ne faut pas que cela devienne un fardeau ou une obligation, sinon, où est le plaisir?

    RépondreEffacer
  4. On écrit pour le plaisir et plus on écrit, mieux on écrit.

    Qui sait si après avoir écrit le troisième, tu ne reviendras pas au premier pour le retravailler et ensuite le placer?

    Ou tu auras affiné ton écriture pour écrire autre chose...

    RépondreEffacer
  5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreEffacer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreEffacer
  7. http://epinettenoiredevingtcinqans.blogspot.com/2010/10/ecrire.html

    En passant, merci pour ce billet, Benoît. J'ai beaucoup apprécié la réflexion qu'elle a provoquée dans ma caboche.




    (désolé pour les deux message effacés, mon internet a eu le hoquet momentanément)

    RépondreEffacer
  8. @Émilie Exact. Je me suis peut-être mal exprimé. Dans n'importe quel domaine nous visons un certain objectif. Au hockey, on veut atteindre un certain calibre, avec un site web, on veut le maximum de visiteurs pour que cela devienne rentable, les animateurs de radios ou télés veulent les meilleurs cotes d'écoute, etc.

    Il faut trouver notre plaisir au travail, dans les loisirs, dans la vie familiale, et pour quelqu'un qui écrit et qui soumet des manuscrits et des nouvelles, il veut être publié. Est-ce que cela enlève au plaisir? Je ne pourrais pas le dire, j'ai trop peu de publication et aucune pression. Un auteur comme Patrick Senécal pourrait sentir les effets de cette pression.

    RépondreEffacer
  9. @Frost : Vive l'informatique! Je vois que tu viens toi aussi de publier un billet, je vais le lire tout de suite!

    RépondreEffacer
  10. Salut Benoit!
    Tiens, j'ai décidé de m'inviter dans les parages ;)

    Je suis un peu dans ta situation. J'ai un premier roman (en re-re-re-correction) qui n'a pas encore trouvé preneur.

    Et j'ai écrit deux autres suites depuis...

    Mais je n'ai jamais eu l'impression de perdre mon temps.

    Au contraire!

    L'expérience que j'ai acquise en rédigeant les deux autres, je la réinvestis dans la correction du premier.

    Si, comme tu le dis, il y a quelque chose qui te titille dans cette idée, je te conseille de foncer. De l'exploiter. Tu tiens sans doute quelque chose...

    RépondreEffacer
  11. Pat n'a pas tort... et une chose est certaine, si jamais vos romans sont choisis, au moins les suites seront déjà écrites au lieu d'attendre plusieurs années pour que les idées arrivent, vous les avez déjà.

    RépondreEffacer
  12. Ça confirme que ce sujet ne laisse personne indifférent et que tous et chacun ont des avis qui divergent quand on parle de cela.

    RépondreEffacer
  13. Plus on écrit, plus on s'améliore et plus on se connaît en tant qu'écrivain. Écrire, peu importe quoi, n'est pas une perte de temps, en ce qui me concerne. Au contraire, écrire, c'est permettre à l'écrivain intérieur de s'exprimer et d'être...

    Mais je suis d'accord avec vous, un écrivain écrit pour être lu. Cependant, ce but ne devrait pas être l'ultime, mais la cerise sur le sundae. Car le plaisir, le vrai, est le chemin que traverse l'écrivain pour en arriver là: toutes ces étapes par lesquelles il passe pour écrire sa nouvelle, son roman... Selon moi (et je dois me le redire souvent), c'est ce qui importe le plus.

    Intéressant blogue, en passant. Je vais revenir... :)

    RépondreEffacer
  14. @Annie Bienvenue sur mon blog, je suis bien content que tu le trouves intéressant.

    Je suis d'accord avec toi. J'ai écrit beaucoup de m**** avant de commencer à écrire quelque chose de potable. Encore là, mon défaut n'est pas le français comme tel, mais le récit, son déroulement et la crédibilité.

    Nous soumettons nos textes à des revues et à des éditeurs, ce qui veut dire que nous voulons aller plus loin avec nos histoires, les faire connaitre au public.

    Quoi qu'il en soit, je continue à écrire cette fameuse suite (elle s'écrit presque toute seule!) et on verra où cela m'amènera.

    RépondreEffacer
  15. Super ! Si elle s'écrit toute seule, cette fameuse suite, c'est bon signe.

    J'ai eu, moi aussi, quelques problèmes avec le contenu de mes histoires, mais j'ai lu beaucoup de livres sur l'écriture qui m'ont aidée, j'ai suivi des ateliers d'écriture. J'ai aussi fait lire mes histoires par d'autres. Et petit à petit, je m'améliore. C'est un travail d'épuration, car il faut laisser parler la VRAIE histoire, celle qui se cache derrière le surplus de mots, d'idées, et les passages inutiles dans le texte. Il faut nettoyer, enlever tout ce qui ne lui appartient pas. C'est ce que j'ai compris avec ma jeunes expérience d'écriture.

    Alors, bonne continuation dans ton projet !

    RépondreEffacer
  16. J'ai eu la chance de lire les débuts de Benoît en tant qu'écrivain et il avait déjà le potentiel avec lui... manquait juste la persévérance (j'ai découvert depuis longtemps qu'il l'a) et le temps. En moins de deux ans, il a changé du tout au tout. Lorsque je lisais ses premières nouvelles, j'aimais bien les sujets, mais pas la façon de raconter.

    Au fil des ans, il s'est forgé un style bien à lui (je n'ai jamais lu ça chez personne avant ni après) et une approche de sujet fort original. Lorsqu'on pense qu'il va nous envoyer dans un coin déjà visité, il nous surprend en empruntant une voie différente.

    C'est un plaisir de lire ses nouvelles au fil des ans et sa progression laisse penser qu'un de ces jours, c'est inévitable, il sera publié et, je lui souhaite, pourra savourer un certain succès.

    Du moins, je lui souhaite et ferai la file n'importe quand pour acheter un de ses livres.

    RépondreEffacer
  17. Oublies pas qu'il y a quelqu'un qui a déjà fait sa fortune en sortant la quatrième histoire en premier...

    RépondreEffacer