samedi 4 septembre 2010

Un petit pas pour l'homme - Stéphane Dompierre


Récemment célibataire, Daniel se remet en question tout en explorant le mystérieux monde féminin.

Daniel travaille dans une boutique de musique sur le Plateau Mont-Royal. Il nous décrit si bien ce coin de Montréal que j'ai l'impression de rester en permanence chez mon chum, Met, chez qui j'ai couché mes 2 participations à l'atelier d'écriture et qui reste, bien sûr, sur le plateau).

L'apprivoisement du célibataire de retourner vivre en logement, dans un demi sous-sol, m'a fait sourire. Un petit fait vécu m'était remonté à l'esprit.

En pleine crise de la trentaine, Daniel traverse diverses périodes identitaires. De l'espoir de retrouver l'amour, à la baise sans lendemain, Daniel, Deejay pour les autres (à cause de ses initiales), s'enfonce toujours un peu plus.

J'ai été déçu par ce titre. Peut-être parce que j'avais lu Mal élevé et que l'auteur exploite un thème semblable, mais la magie n'a pas opéré. Même l'humour que j'avais trouvé si drôle et adéquat, manque de piquant. Alex, le personnage principal de Mal élevé, est présent dans ce titre. J'ai adoré les liens que l'auteur a faits entre les deux personnages parce que je connaissais la réponse ou ce qui s'était passé. Sur ce plan, vraiment réussi.

Pour moi, il manquait un petit quelque chose pour que m'identifie à ce pauvre Daniel. À certains endroits, je me demande pourquoi l'auteur avait tant élaboré et donné des détails.

Personnellement, je vous recommande Mal élevé avant la lecture d'Un petit pas pour l'homme. Beaucoup plus drôle, dynamique et attachant.

Livre disponible à l'achat ici.

3 commentaires:

  1. C'est drôle parce que les commentaires que tu appliques aux deux romans de Dompierre sont les mêmes que les miens mais dans l'ordre inverse. J'ai d'abord lu Un petit pas que j'ai beaucoup aimé, puis Mal élevé qui m'a laissé complètement indifférent.

    RépondreEffacer
  2. Je viens de les consulter. Effectivement, c'est spécial.

    RépondreEffacer
  3. Ce qui est drôle, c'est que vous avez respectivement été charmé par le premier livre que vous avez lu (respectivement: Benoit: le second roman et Richard: le premier roman), ce qui vous a naturellement poussé à lire l'autre roman et à, d'une certaine manière, vous décevoir quelque peu.

    RépondreEffacer