lundi 13 septembre 2010

Réponse de Scott Shortliffe de Patrimoine Canada pour les publications à faible tirage

Le 1er septembre 2010, j'ai envoyé le même message qu'à Josée Verner, au ministre de Patrimoine Canada. Voici sa réponse :

Bonjour M.Bourdeau,

Je vous écris pour faire suite à votre courriel du 1er septembre, portant sur les revues à petit tirage. Le Fonds du Canada pour les périodiques (FCP) est un nouveau programme qui remplace le Programme d'aide aux publications et le Fonds du Canada pourles magazines, qui appuie les magazines et les journaux non quotidiens à produire et à diffuser du contenu canadien. Le gouvernement a décidé dedonner une nouvelle orientation aux programmes d'aide aux périodiques, car l'évaluation de ces programmes ont démontré, entre autres, que le programme Aide aux magazines artistiques et littéraires (AMAL) dédoublait le financement offert par le Conseil des arts du Canada.

Le Fonds du Canada pour les périodiques comportent plusieurs volets : Aide aux éditeurs, Innovation commerciale et Initiatives collectives. Les publications faisant une demande au volet Aide aux éditeurs doivent en effet compter une diffusion minimale de 5000 exemplaires payés par année. Le gouvernement reconnaît néanmoins les caractéristiques du marché francophone et a réduit ce seuil à 2500 exemplaires payés pour les publications de langue officielle en situation minoritaire.

Par ailleurs, le volet Innovation commerciale est destiné tout particulièrement aux revues de petite et moyenne taille. Pour être admissible à ce volet, il suffit, entre autres, d'afficher une diffusion d'au moins 250 exemplaires. Il faut néanmoins satisfaire aux autres critères d'admissibilité dont vous trouverez la liste dans le Guide du demandeur à : http://www.pch.gc.ca/fra/1267313838781/1268328701928.

De plus, pour l'année 2010-2011, soulignons que la priorité sera accordée aux magazines d'art et de littérature.

Enfin, le Fonds du Canada pour les périodiques n'est pas le seul programme fédéral qui s'adresse aux revues, car le Conseil des arts du Canada continue d'appuyer les revues d'art et de littérature avec une aide d'environ 3 millions de dollars par année.

Veuillez recevoir, Monsieur, mes salutations distinguées.

Scott Shortliffe
Directeur/Director Politique et programmes de l'édition des périodiques/Periodical Publishing Policy and Programs
Patrimoine canadien/Canadian Heritage
(819) 953-2838

Avec la réponse de Josée Verner, vous connaissez leur réflexion.

6 commentaires:

  1. Bref : ils en ont rien à cirer. Et toi au moins tu as eu une réponse.

    RépondreEffacer
  2. "...pour l'année 2010-2011, soulignons que la priorité sera accordée aux magazines d'art et de littérature".
    Mettons. Et après ?

    Y a-t-il eu un pire gouvernement pour la culture récemment ??

    RépondreEffacer
  3. HAHAHAHA! Je ne peux m'empêcher de rire devant leur piètre façon d'essayer de dire qu'ils n'en ont rien à crisser.

    Dans le fonds, il se remplissent les poches, se font financer par Coca-Cola (exemple) pour leurs campagnes électorales et sont récompensés pour l'argent qu'ils conservent, pas pour celui qu'ils dépensent POUR le peuple.

    Quand les magazines indépendants meurent comme les stations services indépendantes dans les années 90 (rachetées pour crever ou pour être corrom... euh, RÉNOVÉES par les multinationales), difficile de rester de glace devant de telles nouvelles.

    En fait, je rage de feu et me demande pourquoi je n'ai pas pris une caméra, des infos et fait un documentaire incendiaire.

    RépondreEffacer
  4. Surtout que, dans le cas comme la revue Virages, le montant demandé est 10 000$.

    RépondreEffacer
  5. D'ailleurs : "Le gouvernement reconnaît néanmoins les caractéristiques du marché francophone et a réduit ce seuil à 2500 exemplaires payés pour les publications de langue officielle en situation minoritaire"

    Bullshit qu'ils reconnaissent les particularités du marché francophone. Sinon ils réaliseraient que 2500 exemplaires, même en situation de français majoritaire, c'est proportionnellement énorme!!!

    RépondreEffacer
  6. Étant donné la population qui avoisine les 7,2 millions d'habitants, c'est très énorme. Je ne dis pas si nous étions un bassin anglophone, mais là, ils se foutent vraiment de notre gueule et essaient de noyer le poisson. Rien de mieux qu'un énième essai dans la futilité de la part de notre gouvernement préféré...

    RépondreEffacer