mercredi 15 septembre 2010

Entre l'arbre et l'écorce

Est-ce que ça vous est déjà arrivé de fréquenter quelqu'un de méga impulsif?

De peser chacun de vos mots parce qu'ils sont susceptibles de le contrarier?

Avant, je pognais les nerfs pour rien, avec le temps, je me suis ramolli!

Je suis souvent mal à l'aise avec ces personnes. Premièrement, parce que je ne peux rien dire parce que cela va les contrarier et deuxièmement, il faut les prendre avec des pincettes!

Dans le temps de la musique, en plus de recevoir toutes sortes d'injures et de menaces par courriel, j'endurais les gars avec moi qui m'imposaient leurs idées. Pas qu'elles étaient mauvaises, mais la décision finale revenait à moi. C'était des obstinations du genre :

« Tu divagues. Tu dis n'importe quoi. Si tu ne fais pas telle chose, je te tiens personnellement responsable, etc. »

À cette époque, j'étais attaqué de l'extérieur et de l'intérieur. Si quelqu'un m'avait suggéré une idée que j'aimais, ce qui annulait l'idée de départ, j'avais le droit à une crise. Vous comprenez le topo?

Je m'étais juré de ne plus fréquenter ce genre de personnage. De me retrouver entre l'arbre et l'écorce pour prendre une décision. Avoir un ami ou une conjointe comme ça, je m'éclipserai sans avertissement. Par contre, là, je dois faire avec, je suis obligé. Pourtant, c'est une personne que j'apprécie beaucoup. Mais pas son caractère... tu te sens presque coupable de cligner des yeux! Ce n'est pas le pétage de coche comme tel qui me trouble, c'est le comportement enfantin et l'impossibilité de communication. Peu importe ce que tu leur dis, ils ne sont jamais content. Tu leur donnes la lune, ça leur prend une planète.

2 commentaires:

  1. Hé bien je crois, sans grand risque de me tromper, que nous avons presque tous connu une personne de ce genre à un moment où un autre dans nos vie.

    Ce qui est dommage avec ce genre de personne est qu'on peut difficilement l'approcher ou la critiquer lorsque viennent ces situations, et ça gruge pas mal d'énergie.

    D'ailleurs, la lune est, dans un sens, une planète, mais ton allégorie est juste en ce sens que ce type de personne ne peut jamais être satisfaite et que par conséquent, son humeur en vient à te démolir parce qu'en toi, tu essaies de bien faire les choses... mais ladite personne ne semble pas du tout le remarquer.

    Difficile d'avoir une solution dans ce cas, mais je pense que le mieux est d'en avoir parlé comme tu l'as fait. Reste à espérer que tu pourras obtenir des suggestions de personnes mieux avisées que moi.

    RépondreEffacer
  2. Ishhh! J'ai écrit un texte plein de fautes! À 5h20 du matin, c'est difficile! ;-)

    Dans le contexte de me faire pointer du doigt ou menacer verbalement, je ne suis pas capable, je déteste cela.

    J'aurai pu comparer Jupiter et Mercure (parce que Pluton n'est plus une planète!)

    RépondreEffacer