mardi 24 août 2010

Le masque étrusque - Louis Jolicoeur



Pendant la Deuxième Guerre mondiale, les troupes canadiennes débarquent en Italie. Eugène, un médecin au front, sauve une jeune italienne d’une mort certaine. Pour le remercier, la mère de celle-ci remet au soldat un masque étrusque. D’après la légende, ce masque androgyne porterait malheur.

La guerre est terminée. En 1947, Eugène habite Naples, une des nombreuses villes dévastées par les bombes. Le masque l’intrigue. Il fréquente Anna qui lui présente une comtesse qui connaît bien ce genre d’histoire. En 1950, il rencontre le professeur Brissac. Plus tard, il délègue son fils, Théo pour continuer l’enquête. En France, il rencontre Annick qui deviendra sa future femme.

L’histoire est plus axée sur le romantisme que sur l’enquête. Les personnages principaux étant tous des hommes, le récit tourne autour de leurs conquêtes amoureuses. Il se passe plusieurs années (trop même) et chaque fois qu’ils veulent obtenir de nouvelles informations sur ce masque, on est déçu. Comme si, pour Eugène et Théo, l’obsession des origines de ce masque pour cet objet s’activait au cinq ans. Ceci a diminué l’intérêt que j’ai eu pour la légende et le fameux sort autour du masque.

Sans copier Dan Brown, peut-être un Robert Langdon d’après-guerre, avec les technologies de l’époque, aurait été intéressant (condenser l'action). Dur de croire à cette obsession du masque pendant plus de soixante ans et deux générations. J’ai trouvé cela trop long dans le temps. Surtout que la finale fait un peu « on lance toute l’info et les rebondissements ici ».

Ce livre n’est pas mauvais, mais décevant, avec de petits défauts ça et là. Je crois que le récit aurait gagné en rythme si :

au lieu de tenir le lecteur en haleine sur la malédiction du masque;
d’étendre le fil des événements sur six décennies;

de faire des rencontres d’experts sur ce peuple disparu pour qu’ils lancent des hypothèses ne servant qu’à amener le lecteur dans un faux chemin;

et finalement, de tout révéler dans les vingt dernières pages;

que l’action se déroule en quelques semaines.

Moi, j’aurais beaucoup apprécié.

Acheter ce livre.

4 commentaires:

  1. Laisse faire les livres Ben, parle nous de ton but et de ta passe lors du dernier match ;)

    RépondreEffacer
  2. Je vais peut-être sonner un peu dur, mais je crois que le but du blog à Ben est de lui permettre d'exprimer ce qu'il ressent face à différentes facettes de sa vie. La littérature occupe, il paraît évident, une place de choix dans sa vie. S'il veut un jour nous parler de sa dernière partie, il le fera. Pour le moment, je ne me plains pas de ce qu'il nous offre, loin de là.

    RépondreEffacer
  3. Max blaguait parce que j'ai compté mon premier but de l'année au dek et un méchant beau! Je n'avais pas d'angle. En plus, j'ai eu une passe sur le but de je ne sais pas qui! De plus, on a gagné. C'était le 21 août, un beau cadeau à moi de moi!

    RépondreEffacer
  4. Alors là, je comprends mieux... un sacré beau cadeau que tu t'es fait :)

    RépondreEffacer