lundi 26 juillet 2010

Biscuit Chinois 13 - Hôtels/motels



Geneviève Blouin - Qui aura la peau de Panzer Bishop?

Le président d’une association de combats extrêmes cherche par tous les moyens de se débarrasser de Panzer Bishop.

Je ne connais rien à la UFC, je ne peux que vous nommer notre champion québécois et encore, c’est parce que les médias en ont parlé. Dans ce récit, l’auteure nous amène dans les coulisses de ce sport et nous sert le plan machiavélique que le président veut faire. Un peu trop axé sur ce dernier et son bras droit. Bishop n’est qu’un faible élément de l’histoire. Malgré cela, l’auteure a un talent indéniable pour raconter et nous accrocher à sa plume.

Cathy Bazinet – Cuba Libre

Une touriste prend connaissance du récit d’un portier qui gagne plus qu’un neurochirurgien.

Un peu moralisateur, cette histoire coule bien et nous révèle une réalité troublante (si elle est vraie!). L’auteure a su m’embarquer dès le début.

Marie-Jeanne Gagné – Dodge Motel

Un automobiliste tombe en panne sur une route isolée. À la recherche d’un endroit pour l’aider, il tombe sur le Dodge Motel.

L’automobiliste rencontre le résident de Dodge Motel (je ne vous en dit pas plus!) et les deux deviennent rapidement de bons amis. Il ne se passe rien sauf de la mélancolie. J’ai trouvé cette nouvelle ennuyeuse.

Annie Cloutier – Monsieur Stone

Un futur où le sexe naturel a été remplacé par le sexe informatisé.

C’est une nouvelle bien rendue, des détails juste assez, mais pas trop, je me suis perdu, je me suis retrouvé, je me suis questionné, j’ai ris, je me suis dis, ça n’a pas de bon sens, bref, j’ai tripé!

Mélanie Jannard – Denise

L’histoire de Cadotte et de Mélanie, deux personnes au bas fond de leurs vies.

Si Mélanie avait été à l’atelier, elle aurait été sévèrement critiquée sur son style d’écriture. Je le sais, je l’ai vécu. Moi, ça ne me dérange pas (sauf quand ça devient extrême comme Édouard H Bond), même que j’aime ça. Le récit est bien ficelé, bravo!

Simon Thibault – Le Plaster

L’histoire de deux amants dont le chemin est sur le point de se séparer.

Intéressant, un peu classique quoique bien rendu. J’ai ressenti cet amour qui se meurt dont seule la relation physique reste.

Ulysse Hébert – En guise de remerciement

Suite à une rupture, un gars veut en finir avec la vie et ce, par pendaison.

J’avoue que les histoires de suicide moi, je ne tripe pas. Même un peu humoristique sur les bords, j’ai toujours un malaise à lire cela. Ici, le choix du narrateur n’est pas le bon, ça nous laisse des indices trop évidents sur la conclusion. Le reste est correct, sans plus.

Aude Maltais-Landry – Nuit blanche

Le quotidien de gens (camionneurs?) dans un village isolé.

Récit bien raconté d’une femme seule, loin de son conjoint dont le couple vacille. Dans ce coin perdu, il n’y a rien à faire sauf manger ensemble à la cuisine et fumer un joint. J’aurais aimé en savoir un peu plus sur l’endroit, sur le gens, sur le personnage. Utiliser M. ou A. pour désigner quelqu’un est un détail qui m'a titillé. Malgré tout, j’ai apprécié.

Bon numéro, vraiment pas déçu, je n’avais pas eu une telle satisfaction depuis le numéro sur la télécommande et colocataire. Petite pub : si vous n’avez pas remarqué, à la colonne de droite sur mon blogue, j’ai une nouvelle qui sera publiée dans le prochain numéro.

5 commentaires:

  1. Ah-ha, on se rejoint pas mal sur nos commentaires ;-)

    RépondreEffacer
  2. Hihihihi! ;) Moi j'ai une tite satisfaction : j'ai pas nommé l'UFC, le président a un nom francophone... mais tout le monde fait l'association ;p

    Et mes dieux, vous avez vraiment tous aimé Bishop?!?

    RépondreEffacer
  3. Lire une histoire mettant en vedettes des combats extrêmes, c'est original!

    RépondreEffacer
  4. @Benoit : Au rythme où je les écris, ça va le devenir de moins en moins, mais bon, je devrais pouvoir en vendre encore une couple avant que vous soyez tous écoeurés! hihihihi ;p

    RépondreEffacer