mardi 22 juin 2010

La nièce d'Hitler - Ron Hansen


L’histoire incestueuse et amoureuse d’Hitler et de sa nièce Angelika « Geli » Raubal vue par cet auteur.

Après plus de 60 ans, la Deuxième Guerre mondiale me révèle encore ses secrets. J’ai su, grâce à Historia, qu’Hitler chérissait l’idée de changer le nom de Berlin pour Germania et de créer des répliques des monuments les plus célèbres de la planète, mais toujours dans des proportions démesurées. Faites une brève recherche sur Wikipédia, vous allez voir la maquette et reconnaître les inspirations d’Hitler et d’Albert Speer, son architecte.

Cette fois, je croyais que cette jeune femme avait été inventée, mais que ne fut pas mon étonnement, elle a vécu et sa relation avec le Fürher était intime et incestueuse. Voyez ici la description de Wikipédia ou ici qui parle de ses problèmes avec les femmes. Parmi ces multiples conférences, de plus en plus fréquentes et qui rassemblent de plus en plus de monde, Geli vit et réussit à conserver une certaine indépendance.

Les personnages connus du Troisième Reich viennent se greffer au récit avec une efficacité étonnante. Hermann Göring, Josef Goebbels, Heinrich Himmler, Eva Braun, je me crois presque membre d’honneur du parti nazi et observe ce qui se passe en coulisse. Si ce n’était que des commentaires à saveur éditoriale de l’auteur, ce roman serait parfait.

Pendant des conférences, nous avons droit à de vrais extraits de conférence d’Hitler, à la vraie famille et nous pouvons ressentir la crainte et le respect qu’il imposait autour de lui. En voici une :

« L’homme qui est né pour être dictateur n’est pas obligé de l’être; il le veut. Il n’est pas poussé en avant, il se pousse lui-même en avant. »

Le ministre de la propagande et de l’information, Josef Goebbels vouait une admiration sans limites à Hitler. Sans ami, il a jeté son affection sur le Fürher. Par exemple :

« Je me sens envahi par quelque chose qui ressemble au vrai bonheur! »

« Dans la détresse la plus noire une étoile est apparue. Je me sens lié à lui jusqu’à mon dernier souffle. Mes derniers doutes se sont évanouis. L’Allemagne vivra! Heil Hitler! »

À vous de découvrir avec étonnement l’étendue de ce lavage de cerveau.

C'est un livre excellent dont j'ai eu de la difficulté à arrêter ma lecture.

Pour le bien du récit, l’auteur a modifié quelques faits historiques qu’il explique dans sa note à la fin. De mes connaissances, il a reproduit fidèlement ce qu’a pu être dans sa vie intime l’un des pires monstres de l’humanité.

Acheter ce livre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire